21/09/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Le FBI publie un nouveau dossier déclassifié sur les attentats du 11 septembre

11septembre

WASHINGTON (AP) – Le FBI a publié samedi soir un document récemment déclassifié concernant le soutien logistique apporté à deux des pirates de l’air saoudiens à l’approche des attentats terroristes du 11 septembre 2001. Le document détaille les contacts que les pirates de l’air avaient avec des associés saoudiens aux États-Unis, mais ne fournit pas la preuve que de hauts responsables du gouvernement saoudien étaient complices du complot.

Publié à l’occasion du 20e anniversaire des attentats, le document est le premier dossier d’enquête à être divulgué depuis que le président Joe Biden a ordonné un examen de déclassification de documents qui, pendant des années, sont restés hors de vue du public. Le document de 16 pages est un résumé d’un entretien du FBI réalisé en 2015 avec un homme qui avait des contacts fréquents avec des ressortissants saoudiens aux États-Unis qui soutenaient les premiers pirates de l’air à arriver dans le pays avant les attentats.

Biden a ordonné la semaine dernière au ministère de la Justice et à d’autres agences de procéder à un examen de déclassification et de publier les documents qu’ils peuvent au cours des six prochains mois. Il avait subi des pressions de la part des familles des victimes, qui cherchaient depuis longtemps les dossiers alors qu’elles poursuivaient un procès à New York alléguant que des responsables du gouvernement saoudien avaient soutenu les pirates de l’air.

Le document fortement expurgé a été divulgué samedi soir, quelques heures après que Biden a assisté aux événements commémoratifs du 11 septembre à New York, en Pennsylvanie et dans le nord de la Virginie. Les proches des victimes s’étaient auparavant opposés à la présence de Biden lors d’événements cérémoniels tant que les documents restaient confidentiels.

Le gouvernement saoudien a longtemps nié toute implication dans les attaques. L’ambassade saoudienne à Washington a soutenu la déclassification complète de tous les dossiers comme un moyen de “mettre fin une fois pour toutes aux allégations sans fondement contre le Royaume”. L’ambassade a déclaré que toute allégation selon laquelle l’Arabie saoudite était complice était “catégoriquement fausse”.

La mine de documents est publiée à un moment politiquement délicat pour les États-Unis et l’Arabie saoudite, deux pays qui ont forgé une alliance stratégique – quoique difficile –, en particulier sur les questions de lutte contre le terrorisme. L’administration Biden a publié en février une évaluation du renseignement impliquant le prince héritier Mohammed bin Salman dans le meurtre en 2018 du journaliste américain Jamal Khashoggi, mais a attiré les critiques des démocrates pour avoir évité une punition directe du prince héritier lui-même.

Les proches des victimes ont salué la publication du document comme une étape importante dans leurs efforts pour relier les attaques à l’Arabie saoudite. Brett Eagleson, dont le père, Bruce, a été tué dans l’attaque du World Trade Center, a déclaré que la publication du matériel du FBI « accélère notre quête de la vérité et de la justice ».

Jim Kreindler, un avocat des proches des victimes, a déclaré dans un communiqué que « les constatations et conclusions de cette enquête du FBI valident les arguments que nous avons avancés dans le litige concernant la responsabilité du gouvernement saoudien dans les attentats du 11 septembre.

“Ce document, ainsi que les preuves publiques rassemblées à ce jour, fournissent un schéma de la manière dont (al-Qaida) a opéré à l’intérieur des États-Unis avec le soutien actif et conscient du gouvernement saoudien”, a-t-il déclaré.

Cela inclut, a-t-il ajouté, des responsables saoudiens échangeant des appels téléphoniques entre eux et des agents d’Al-Qaida, puis ayant des «rencontres accidentelles» avec les pirates de l’air tout en leur fournissant une assistance pour s’installer et trouver des écoles de pilotage.

En ce qui concerne le 11 septembre, il y a eu des spéculations sur une implication officielle depuis peu de temps après les attentats, lorsqu’il a été révélé que 15 des 19 attaquants étaient des Saoudiens. Oussama ben Laden, le chef d’al-Qaida à l’époque, était issu d’une famille éminente du royaume.

Les États-Unis ont enquêté sur certains diplomates saoudiens et d’autres ayant des liens avec le gouvernement saoudien qui connaissaient les pirates de l’air après leur arrivée aux États-Unis, selon des documents qui ont déjà été déclassifiés.

Pourtant, le rapport de la Commission sur le 11 septembre en 2004 n’a trouvé “aucune preuve que le gouvernement saoudien en tant qu’institution ou de hauts responsables saoudiens ont financé individuellement” les attaques orchestrées par al-Qaida, bien qu’il ait noté que des organisations caritatives liées à l’Arabie saoudite auraient pu détourner de l’argent vers le groupe. .

Un examen particulier s’est concentré sur les deux premiers pirates de l’air à arriver aux États-Unis, Nawaf al-Hazmi et Khalid al-Mihdhar et le soutien qu’ils ont reçu.

En février 2000, peu de temps après leur arrivée dans le sud de la Californie, ils ont rencontré dans un restaurant halal un ressortissant saoudien du nom d’Omar al-Bayoumi qui les a aidés à trouver et à louer un appartement à San Diego, avait des liens avec le gouvernement saoudien et avait auparavant attiré l’attention du FBI. .

Bayoumi a décrit sa rencontre au restaurant avec Hazmi et Mihdhar comme une « rencontre fortuite », et le FBI, lors de son entretien, a tenté à plusieurs reprises de déterminer si cette caractérisation était exacte ou si elle avait été arrangée à l’avance, selon le document.

L’interview de 2015 qui constitue la base du document concernait un homme qui demandait la citoyenneté américaine et qui, des années plus tôt, avait eu des contacts répétés avec des ressortissants saoudiens qui, selon les enquêteurs, ont fourni un “soutien logistique important” à plusieurs des pirates de l’air. Parmi ses contacts figurait Bayoumi, selon le document.

L’identité de l’homme est expurgée tout au long du document, mais il est décrit comme ayant travaillé au consulat saoudien à Los Angeles.

Le document fait également référence à Fahad al-Thumairy, à l’époque diplomate accrédité au consulat saoudien à Los Angeles qui, selon les enquêteurs, dirigeait une faction extrémiste dans sa mosquée. Le document indique que l’analyse des communications a identifié un appel téléphonique de sept minutes en 1999 du téléphone de Thumairy au téléphone de la famille saoudienne de deux frères qui sont devenus de futurs détenus à la prison de Guantanamo Bay, à Cuba.

Bayoumi et Thumairy ont tous deux quitté les États-Unis des semaines avant les attentats.