21/09/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Un ex agent du FBI affirme que les exécutants du 11 septembre avaient un réseau de soutien basé aux USA

11septembre

Le président Biden a signé vendredi un décret ordonnant au ministère de la Justice de superviser un examen de déclassification de certains documents liés aux attentats du 11 septembre, sous la pression des familles des victimes qui exigent de savoir si l’Arabie saoudite a aidé les pirates de l’air. L’ordonnance oblige le procureur général à divulguer tout document déclassifié au cours des six prochains mois.

Certains dossiers se rapportent à une enquête encore secrète, nommée « Opération Encore », qui était centrée sur les deux pirates de l’air qui vivaient à San Diego et qui les ont peut-être aidés. Bien que la publication des documents puisse prendre des mois, Danny Gonzalez, un ancien agent du FBI qui a travaillé sur l’opération, a déclaré à CBS News qu’il était convaincu que deux des pirates de l’air disposaient d’un réseau de soutien basé aux États-Unis.

“19 pirates de l’air ne peuvent pas commettre 3 000 meurtres de masse à eux seuls”, a déclaré Gonzalez dans sa première interview télévisée sur l’enquête.

« D’après ce que vous avez trouvé, pensez-vous qu’il y avait un réseau de soutien national pour les pirates de l’air ? La correspondante d’enquête principale de CBS News, Catherine Herridge, a demandé à Gonzalez.

“Évidemment,” dit-il. “Je ne peux pas en parler, mais vous n’avez pas besoin d’être un agent du FBI avec 26 ans d’expérience pour le comprendre.”

Gonzalez a déclaré que les deux pirates de l’air – Nawaf al-Hazmi et Khalid al-Mihdhar – avaient été aidés par un certain nombre de Saoudiens, dont Omar al-Bayoumi.

Bayoumi, qui travaillait pour le gouvernement saoudien, a déclaré qu’il avait rencontré au hasard les deux pirates de l’air dans un restaurant de Los Angeles et les avait exhortés à déménager à San Diego. Là, il les a aidés à trouver un appartement et à ouvrir un compte bancaire. Les deux pirates de l’air ont même commencé une école de pilotage à proximité.

Gonzalez a déclaré qu’il était sous les ordres du FBI de ne pas révéler certaines informations classifiées sur l’opération Encore. Tout comme un autre ancien agent, Ken Williams, qui a écrit une note avant le 11 septembre pour avertir que des terroristes potentiels suivaient des cours de pilotage en Arizona.

“Les preuves sont là. Je les ai vues. Mais je ne peux pas entrer dans les détails à cause de l’ordonnance de protection”, a déclaré Williams. Les deux anciens agents travaillent maintenant pour les familles en tant qu’enquêteurs.

“Je ne peux pas rester sur la touche quand je connais la vérité”, a déclaré Gonzalez.

Les familles du 11 septembre poursuivent l’Arabie saoudite pour de l’argent. Les Saoudiens nient toute implication officielle et le rapport de la Commission sur le 11 septembre n’a trouvé aucun lien. Le rapport de la commission a également révélé que Bayoumi était un “candidat peu probable pour une implication clandestine avec des extrémistes islamistes”, et a déclaré qu’il n’y avait “aucune preuve crédible qu’il croyait à l’extrémisme violent ou qu’il aidait sciemment des groupes extrémistes”.

CBS a contacté l’ambassade saoudienne à Washington avec des questions et a demandé à entendre directement Bayoumi, parmi d’autres ressortissants saoudiens. Un porte-parole de l’ambassade n’a fait aucun commentaire.

Gonzalez a déclaré que le public apprendrait “beaucoup” si les dossiers de l’opération Encore – qui a commencé deux ans après le rapport de la commission – étaient publiés, et que cela changerait la compréhension du public du 11 septembre.

Brett Eagleson dirige un groupe de familles du 11 septembre qui se battent pour que les documents soient publiés. Il avait 15 ans lorsque son père, Bruce, a été tué dans la tour sud du World Trade Center – et vingt ans plus tard, il a dit qu’il voulait que sa fille connaisse les secrets du 11 septembre et qui a tué son grand-père.

« Votre grand-père était un héros, lui dit-il.

Eagleson a qualifié le décret de Biden de “première étape critique”, mais a déclaré qu’il restait sceptique.

En réponse à la décision du président de déclassifier certains documents, le FBI a déclaré dans un communiqué qu’il “continuerait à travailler en coordination avec le ministère de la Justice et d’autres agences pour déclassifier et publier les documents liés à l’enquête sur le 11 septembre”.