21/09/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Pour les Afghans “Les malheurs que le peuple subi actuellement sont dus à l’Amérique”

kaboul aeroport

(Reuters) – Les habitants de Kaboul, fatigués par la guerre, ont exprimé leur colère et leurs sentiments de trahison de la part des États-Unis samedi, alors que le monde marquait le 20e anniversaire des attentats du 11 septembre qui ont provoqué une invasion américaine de l’Afghanistan et le renversement de ses dirigeants talibans .

Après une occupation de deux décennies, les forces américaines se sont brusquement retirées d’Afghanistan le mois dernier, déclenchant l’effondrement de son gouvernement soutenu par l’Occident et le retour spectaculaire des talibans au pouvoir.

“Les malheurs que nous vivons actuellement sont dus à l’Amérique”, a déclaré Abdul Waris, un habitant de Kaboul, alors que les drapeaux blancs des talibans arborant des lignes du Coran étaient suspendus aux lampadaires à proximité.

Certains des hommes, pour la plupart jeunes, qui ont parlé à Reuters se sont plaints que les forces américaines n’avaient pas essayé d’aider le peuple afghan.

“Après les événements du 11 septembre, les Américains sont restés 20 ans dans notre pays pour leur propre bénéfice”, a déclaré Jalil Ahmad.

“Ils ont pris les avantages qu’ils avaient en tête depuis 20 ans alors que nous n’en avons tiré aucun avantage. Ils ont laissé le pays dans la confusion.”

Des combattants talibans barbus avec des armes en bandoulière étaient visibles autour de la capitale mais l’ambiance était calme et calme suite aux changements dramatiques de ces dernières semaines.

“Maintenant, il y a la sécurité et la sécurité est bonne… Que Dieu donne aux talibans plus de force pour maintenir ce (calme) pour toujours”, a déclaré Gul Agha Laghmni, un habitant.

‘BEAUCOUP DE COMMOTION’

Les forces américaines ont renversé les talibans après les attentats du 11 septembre parce qu’ils avaient fourni un refuge à Oussama ben Laden, chef d’al-Qaïda, qui a mené les attaques.

Depuis leur retour au pouvoir le mois dernier, les talibans ont nommé un cabinet intérimaire comprenant plusieurs anciens militants détenus par les États-Unis à Guantanamo Bay.

Les dirigeants occidentaux ont exprimé leur inquiétude quant aux perspectives des droits humains, en particulier pour les femmes, sous le régime taliban. Plusieurs manifestations de rue menées par des femmes ont été dispersées au cours des deux dernières semaines, et certaines personnes ont été arrêtées et battues. Les talibans ont promis d’enquêter sur de tels incidents.

Lorsqu’ils étaient au pouvoir pour la dernière fois de 1996 à 2001, les talibans ont imposé une version stricte de la loi islamique et ont souvent puni les gens par des flagellations publiques, des amputations et des exécutions. Les droits des femmes au travail et à l’éducation étaient sévèrement restreints.

Il y avait relativement peu de femmes dans les rues de Kaboul samedi, et toutes celles qui étaient dehors avaient la tête couverte – un fait bien accueilli par des habitants comme Shah Raoof.

“En présence de l’Amérique, il y avait beaucoup d’agitation dans notre pays. Les femmes ont été dévoilées”, a-t-il déclaré.

“La majorité de nos jeunes ont fui, un certain nombre ont été martyrisés et un certain nombre d’autres ont été affligés par l’Amérique à cause de la guerre et de la misère.”