21/09/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

USA : Le ministère de la Justice s’apprête à publier des documents du FBI sur d’éventuels liens avec le pirate de l’air saoudien du 11 septembre

11 septembre

GUANTANAMO, Cuba -Le ministère de la Justice a demandé à un tribunal fédéral pour la permission de publier  des documents du FBI qui peuvent montrer des liens entre le gouvernement saoudien et les Al – Qaïda pirates de l’ air derrière 9/11 , avec le nouveau dépôt à venir deux jours avant le 20e anniversaire de la attaques terroristes.

Les familles des victimes du 11 septembre ont recherché une multitude de détails liés à une éventuelle implication du gouvernement saoudien dans les attaques, qui ont tué près de 3 000 Américains. La semaine dernière, le président Joe Biden a publié un décret ordonnant au ministère de la Justice de déclassifier les informations issues d’une enquête du FBI baptisée Opération Encore, qui s’est terminée en 2016.

Le dossier judiciaire de l’avocate américaine Audrey Strauss jeudi a demandé au juge « d’autoriser les États-Unis à divulguer publiquement certaines analyses sur les documents du grand jury » liées à l’enquête du FBI sur le 11 septembre saoudien. Bien que les informations étaient auparavant considérées comme privilégiées et confidentielles, Strauss a demandé un « examen accéléré » de sa demande en raison du décret de Biden.

Ce que les documents révéleraient n’était pas immédiatement clair. Strauss a déclaré que certaines informations qui pourraient être déclassifiées comprennent les enregistrements téléphoniques, mais toute divulgation publique est toujours soumise à des suppressions en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels.

Bien que l’ Arabie saoudite ait nié à plusieurs reprises toute implication dans les attentats du 11 septembre, certains liens probables ont déjà été signalés. Omar al Bayoumi, qui aurait été un ancien officier du renseignement saoudien, et Fahad al Thumairy, un ancien responsable du consulat saoudien, auraient eu des contacts avec Khalid al Mihdhar et Nawaf al Hazmi, deux des 15 Saoudiens parmi les 19 pirates de l’air.

Mihdhar et Hazmi, qui sont devenus les pirates de l’air « musclés » dans l’avion qui s’est écrasé sur le Pentagone, sont allés au camp d’entraînement en Afghanistan et ont été sélectionnés par Oussama ben Laden pour l’opération de détournement du 11 septembre. Ils ont été les premiers pirates de l’air à entrer aux États-Unis, arrivant à Los Angeles en janvier 2000. Les deux ont rencontré Bayoumi dans un restaurant de Los Angeles au début du mois suivant, et il aurait aidé le duo à ouvrir des comptes bancaires et à louer des appartements dans le même complexe que lui. à San Diego.

L’ordonnance de Biden est requise procureur général Guirlande Merrick de diffuser les documents déclassifiés applicables au public au cours des six prochains mois. Il a déclaré que l’effort de déclassification doit inclure un examen plus approfondi du document du FBI d’avril 2016 et un examen de la communication électronique du FBI 2021 clôturant l’opération Encore cette année.

“Quand je me suis présenté à la présidence, je me suis engagé à assurer la transparence concernant la déclassification des documents sur les attaques terroristes du 11 septembre 2001 contre l’Amérique”, a déclaré Biden. “Alors que nous approchons du 20e anniversaire de ce jour tragique, je suis honorer cet engagement.

Un mois d’août déclaration signé par près de 1 800 personnes personnellement affectées par le 11 septembre a déclaré que « nous ne pouvons pas, de bonne foi, et avec vénération pour ceux qui sont perdus, malades et blessés, accueillir le président sur nos terres sacrées » – le 11 septembre de la nation monuments commémoratifs— “jusqu’à ce qu’il remplisse son engagement” de publier plus d’informations sur les attentats. Ils ont appelé Biden à « autoriser la divulgation de tous les documents et informations à la communauté du 11 septembre que notre gouvernement a accumulés dans son enquête sur le Royaume d’Arabie saoudite ».

L’ancien procureur général William Barr s’est opposé à la publication d’autres documents liés au 11 septembre dans un dossier judiciaire d’avril 2020, affirmant que cela pourrait « causer un préjudice important à la sécurité nationale ».

L’agent spécial du FBI Stephen Moore, qui a dirigé un groupe de travail de Los Angeles enquêtant sur le 11 septembre, mentionné dans une déclaration sous serment de 2017 que « j’ai conclu que le personnel diplomatique et de renseignement du Royaume d’Arabie saoudite a sciemment fourni un soutien matériel aux deux pirates de l’air du 11 septembre et a facilité le complot du 11 septembre » et que ses collègues étaient d’accord avec lui. Washington examiner