New Start: Possible prolongation du traité russo-américain de désarmement nucléaire

New Start: Possible prolongation du traité russo-américain de désarmement nucléaire

AFP- La Russie et les Etats-Unis ont jusqu’au 5 février pour prolonger un traité-clé de désarmement de leurs arsenaux nucléaires, New Start, le dernier accord du genre entre les deux anciens rivaux de la Guerre froide.

Voici les principales choses à savoir sur ce texte que Joe Biden, au lendemain de sa prise de fonction, a assuré être prêt à prolonger pour cinq ans supplémentaires:

– Héritage du “reset” –

Cet accord a été signé en 2010 à Prague, la capitale tchèque, par les présidents d’alors: Barack Obama pour les Etats-Unis et Dmitri Medvedev pour la Russie. Il s’agissait alors d’une des composantes clés de la politique du “reset”, une tentative de l’administration américaine de “réinitialiser” les relations avec le Kremlin.

Les négociations sur son prolongement avant le 5 février se font dans un climat de défiance mutuelle maximale. Les relations entre Moscou et Washington sont au plus bas depuis la fin de la Guerre froide, entre désaccords persistants sur un nombre croissant de dossiers internationaux, accusations d’ingérence électorale, d’espionnage et plus récemment de vague massive de cyberattaques.

– Réduction des arsenaux –

L’accord New Start limite les arsenaux des deux puissances nucléaires à un maximum de 1.550 ogives déployées chacun, soit une réduction de près de 30% par rapport à la limite précédente fixée en 2002. Il limite aussi le nombre de lanceurs et bombardiers lourds à 800, ce qui reste suffisant pour détruire la Terre plusieurs fois.

Le traité implique aussi une série d’inspections mutuelles de sites militaires, un pilier de la politique de désarmement dite du “Faites confiance, mais vérifiez”, prônée par l’ancien président américain Ronald Reagan.

Le processus de renouvellement du traité est simple et nécessite seulement que Washington et Moscou donnent leur accord par note diplomatique.

– Inclure la Chine? –

Les négociations en vue du renouvellement de l’accord ont été dans l’impasse pendant toute la présidence de Donald Trump, qui voulait voir la Chine, autre puissance nucléaire majeure, être incluse dans les restrictions des arsenaux.

Lors de l’une des sessions de pourparlers à Vienne l’année dernière, l’émissaire américain a publié sur Twitter une photographie d’un drapeau chinois à côté d’une chaise vide au sein de la salle des négociations. “La Chine ne s’est pas présentée”, a-t-il écrit, même si Pékin n’était pas attendu.

– Dernier traité –

Pendant la présidence de Donald Trump, les Etats-Unis se sont retirés avec fracas de deux traités internationaux majeurs: l’accord sur le nucléaire iranien et le traité “Ciel Ouvert” de surveillance aérienne. Washington a aussi dénoncé l’important traité de désarmement sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF), signé lors de la Guerre froide avec Moscou.

Le dernier dirigeant de l’URSS, Mikhaïl Gorbatchev, qui a conclu en 1987 le traité INF avec son homologue Ronald Reagan, a récemment appelé la Russie et les Etats-Unis à se mettre d’accord et à prolonger l’accord New Start arrivant à expiration.

– Vers une prolongation? –

Dans les mois qui ont précédé l’élection présidentielle aux Etats-Unis, Moscou comme Washington ont fait des concessions mais n’ont pas réussi à trouver un accord.

Le président russe Vladimir Poutine a proposé une extension d’un an sans aucune condition préalable afin d’offrir aux deux pays la possibilité de mener des “négociations substantielles”, mais les négociations n’ont pas abouti.

Le nouveau président américain Joe Biden, au lendemain de sa prise de fonction, a dit par la voix de sa porte-parole Jen Psaki être prêt à prolonger de cinq ans le traité, qui est “dans l’intérêt de la sécurité nationale des Etats-Unis”.

La Russie a répondu, disant “saluer” cette proposition mais attendant de voir les détails.

Share

Written by:

3 255 Posts

View All Posts
Follow Me :

Donner votre avis