18/08/2022

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

L’Iran dit qu’il est prêt pour de nouvelles discussions avec les États-Unis sur un accord nucléaire

Nucléaire iran

NUCLEAIRE– Le principal négociateur nucléaire iranien Ali Bagheri Kani écoute le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d’une réunion à Téhéran, Iran, le 23 juin 2022. L’Iran et les États-Unis semblent sur le point d’entamer des pourparlers indirects au Qatar visant à trouver un moyen de sauver Téhéran accord nucléaire en lambeaux avec les puissances mondiales. La société d’État Tehran Times a publié mardi 28 juin 2022 une photo de Kani, dans le hall d’un hôtel avec l’ambassadeur d’Iran au Qatar Hamidreza Dehghani.

Le négociateur nucléaire iranien Ali Bagheri Kani écoute le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d’une réunion la semaine dernière à Téhéran. (Vahid Salemi / Associated Press)
L’Iran a déclaré jeudi qu’il était prêt pour de nouvelles discussions indirectes avec les États-Unis afin de surmonter les derniers obstacles pour relancer son accord nucléaire en lambeaux de 2015 avec les grandes puissances au milieu d’une crise croissante sur le programme atomique du pays.

L’ambassadeur iranien à l’ONU, Majid Takht Ravanchi, a déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU que « l’équipe de négociation iranienne est prête à s’engager à nouveau de manière constructive pour conclure et parvenir à un accord ».

« La balle est dans le camp des États-Unis, et si les États-Unis agissent de manière réaliste et montrent leur intention sérieuse de mettre en œuvre leurs obligations, l’accord n’est pas hors de portée », a-t-il ajouté.

Les remarques de Ravanchi sont intervenues un jour après la fin des négociations indirectes entre l’Iran et les États-Unis au Qatar après avoir échoué à faire des progrès significatifs. Pourtant, Ravanchi a qualifié les pourparlers du Qatar de « sérieux et positifs ».

Il a déclaré que l’Iran contacterait les coordinateurs de l’Union européenne « pour la prochaine étape des pourparlers ».

Lors de consultations intensives avec le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, à Téhéran la semaine dernière, « l’Iran a une fois de plus souligné sa volonté de fournir des solutions créatives aux problèmes restants dans l’espoir de sortir de l’impasse », a déclaré Ravanchi.

Il a pris la parole lors d’une réunion du Conseil de sécurité sur la résolution de l’ONU qui a approuvé l’ accord nucléaire de 2015 et ses cinq membres permanents – les États-Unis, la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne et la France – et l’Allemagne. En 2018, le président Trump de l’époque a retiré l’Amérique de l’accord, connu sous le nom de JCPOA, augmentant les tensions dans tout le Moyen-Orient et déclenchant une série d’attaques et d’incidents.

L’administration du président Biden s’est efforcée de renouveler l’accord, qui a mis des freins au programme nucléaire iranien en échange de milliards de dollars d’allègement des sanctions, que l’Iran insiste sur le fait qu’il n’a jamais reçu.

Le département d’État a déclaré après les pourparlers de cette semaine à Doha que l’Iran « a soulevé des questions sans rapport avec le JCPOA et n’est apparemment pas prêt à prendre une décision fondamentale quant à savoir s’il veut relancer l’accord ou l’enterrer ».

Avant que Ravanchi ne prenne la parole, l’ambassadeur adjoint des États-Unis, Richard Mills, a déclaré au conseil que les États-Unis « restaient attachés à un retour mutuel à la pleine mise en œuvre » du JCPOA.

Mills a déclaré que les États-Unis étaient prêts depuis des mois à conclure un accord basé sur des accords négociés à Vienne en mars, « mais nous ne pouvons conclure un accord et le mettre en œuvre que si l’Iran abandonne ses exigences supplémentaires qui ne relèvent pas du JCPOA. ”

Les pourparlers de Vienne sont en « pause » depuis mars. Et depuis l’effondrement de l’accord, l’Iran utilise des centrifugeuses avancées et des stocks en croissance rapide d’uranium enrichi jusqu’à une pureté de 60 %, une courte étape technique loin des niveaux de qualité militaire.

Cependant, Téhéran continue de souffrir de sanctions économiques intenses tandis que l’Occident espère à nouveau réduire son programme nucléaire.

Avant la réunion du Conseil, la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne ont publié une déclaration commune affirmant que le programme nucléaire iranien « est maintenant plus avancé qu’à aucun moment dans le passé » et que ses actions « perturbent rapidement l’équilibre du paquet que nous avions négocié pendant de nombreux mois ». ”

La déclaration a exhorté l’Iran à « conclure l’accord tant qu’il est encore possible » et a averti que ses actions soulevaient de nouveaux obstacles à la capacité de l’AIEA « à fournir l’assurance de la nature pacifique du programme nucléaire iranien ».

La chef politique de l’ONU, Rosemary DiCarlo, a exprimé l’espoir que l’Iran et les États-Unis « continueront de s’appuyer sur l’élan des derniers jours de pourparlers » au Qatar pour résoudre les problèmes restants.

Bien que l’agence nucléaire de l’ONU n’ait pas été en mesure de vérifier le stock d’uranium enrichi de l’Iran, elle estime que le stock représente plus de 15 fois la quantité autorisée par le JCPOA, y compris l’uranium enrichi à 20 % et 60 % — « ce qui est extrêmement inquiétant ». , » dit-elle.

En outre, l’Agence internationale de l’énergie atomique a signalé que l’Iran avait commencé à installer des centrifugeuses avancées supplémentaires dans les usines d’enrichissement de Natanz et de Fordo.

L’ambassadeur de l’UE, Olof Skoog, a déclaré qu’au vu de la « trajectoire nucléaire inquiétante » de l’Iran et des nouvelles sanctions américaines, il est vital qu’un accord soit conclu dès que possible, soulignant que « l’espace pour de nouveaux changements significatifs a été épuisé ».

« C’est important pour l’Europe, pour l’Iran, la région mais aussi le monde dans son ensemble qui – maintenant plus que jamais – a besoin de plus de sécurité et de stabilité », a déclaré Skoog.

L’ambassadeur adjoint russe à l’ONU, Dmitry Polyansky, tout en critiquant les allégations contre l’Iran, a déclaré que Moscou « soutient sans réserve les négociations » pour relancer le JCPOA et ne voit « pas de problèmes insurmontables ».

« Les tentatives d’intensification de la pression sur l’Iran en alimentant de manière injustifiée les tensions autour du JCPOA pourraient totalement invalider les perspectives de relance de l’accord », a-t-il averti et exhorté toutes les parties à se concentrer sur le compromis.