28/11/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Le chef de la diplomatie européenne « prêt » à rencontrer l’Iran pour relancer l’accord nucléaire

Uranium Iran

AFP- Le chef de la diplomatie de l’Union européenne, Josep Borrell, a déclaré vendredi qu’il était « prêt » à rencontrer les dirigeants iraniens à Bruxelles dans le cadre des efforts visant à relancer l’accord nucléaire de 2015, mais a averti Téhéran qu’il était temps de revenir pleinement à la table des négociations.

En conclusion d’un voyage à Washington, Borrell a également écarté l’idée d’un « plan B », ou d’une éventuelle option militaire comme suggéré cette semaine par les États-Unis et Israël, si Téhéran ne revenait pas à l’accord visant à l’empêcher de développer le nucléaire. armes.

« Je sais que les Iraniens veulent avoir une sorte de pourparlers antérieurs avec moi en tant que coordinateur et avec certains membres du conseil d’administration du JCPOA », a déclaré Borrell aux journalistes, se référant au Plan d’action global commun, comme l’accord est officiellement connu.

« Je suis prêt, je suis prêt à le faire », a déclaré Borrell. « Mais le temps presse. »

L’émissaire européen Enrique Mora était jeudi à Téhéran pour demander une date ferme pour la reprise des pourparlers sur l’accord entre la République islamique et les puissances mondiales, qui sont au point mort depuis juin.

Téhéran a déclaré à la suite des discussions que l’Iran et l’UE avaient convenu de poursuivre le dialogue à Bruxelles dans quelques jours.

« Je ne peux pas vous dire de date précise. Je suis prêt à les recevoir, si nécessaire », a déclaré Borrell, qui a rencontré la veille le secrétaire d’État américain Antony Blinken, avec l’Iran à l’ordre du jour.

« Je ne dis pas que c’est absolument nécessaire mais vous savez que je dois avoir une certaine patience stratégique sur cette question, car nous ne pouvons pas nous permettre d’échouer », a-t-il ajouté.

– « Trop en jeu » –

Les États-Unis, la Chine, la Russie, l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne ont conclu l’accord JCPOA avec l’Iran sur son programme nucléaire en 2015.

Le président américain de l’époque, Donald Trump, a retiré l’Amérique de l’accord en 2018, rétablissant les sanctions que Washington avait levées dans le cadre de l’accord.

Depuis lors, Téhéran – qui insiste sur le fait que son programme nucléaire est uniquement à des fins civiles – s’est également retiré de bon nombre de ses engagements dans le cadre de l’accord.

Le président américain actuel, Joe Biden, a déclaré qu’il était prêt à revenir à l’accord si la République islamique renouvelait ces engagements en même temps.

Les négociations indirectes entre les deux adversaires ont commencé en avril à Vienne via les autres signataires de l’accord mais sont au point mort depuis juin, date à laquelle un nouveau président iranien a été élu.

Borrell a dit comprendre que le nouveau gouvernement de Téhéran « a besoin de temps pour étudier le dossier, pour instruire la négociation, mais ce temps est déjà passé. Il est temps de retourner à la table des négociations ».

La France, signataire de l’accord, a lancé vendredi un avertissement parallèle aux autorités iraniennes pour qu’elles mettent « de toute urgence » un terme à toutes les violations de l’accord de 2015, qui, selon elle, étaient d’une « gravité sans précédent ».

« Le temps joue contre un éventuel accord, car l’Iran utilise ce temps pour aggraver ses violations nucléaires, ce qui rend un retour au JCPOA encore plus improbable », a déclaré une porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

– Rejeter le ‘Plan B’ –

L’administration Biden a durci son ton sur l’Iran cette semaine – ayant jusqu’à présent refusé d’envisager toute option autre qu’une relance de l’accord de 2015.

Blinken a averti mercredi que les États-Unis avaient « d’autres options » si la diplomatie échouait sur le programme nucléaire iranien, après que son homologue israélien en visite, Yair Lapid, se soit réservé le droit d’utiliser la force pour empêcher Téhéran d’accéder aux armes atomiques.

Mais Borrell a laissé de côté les suggestions d’une alternative à l’accord de 2015.

« Je ne veux pas penser aux plans B, car aucun des plans B que je pourrais imaginer ne serait bon », a-t-il déclaré.

« C’est trop important, ce qui est en jeu. La seule façon d’empêcher l’Iran de devenir nucléaire est de revenir à l’accord. »

L’État clérical chiite d’Iran entretient des relations hostiles avec Israël et l’Arabie saoudite, bien que le royaume sunnite ait récemment entamé ses propres pourparlers avec Téhéran.

En visite également à Washington, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, a exhorté l’Iran à reprendre bientôt les pourparlers sur l’accord nucléaire, malgré les réticences initiales de Riyad à ce sujet.

« Nous pensons que nous entrons dans une phase dangereuse. Nous espérons donc que ces pourparlers reprennent rapidement », a-t-il déclaré aux journalistes.