27/10/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Les Etats-Unis et Israël ont eu des discussions secrètes pour le « plan B » iranien

Iran USA

Les États-Unis et Israël ont tenu des pourparlers secrets sur l’Iran la semaine dernière pour discuter d’un éventuel « plan B » si les pourparlers nucléaires ne reprennent pas, me disent deux hauts responsables israéliens.

Pourquoi c’est important : c’est la première fois qu’un groupe de travail stratégique top secret américano-israélien sur l’Iran se réunit depuis que le nouveau gouvernement israélien a pris ses fonctions en juin.

Conduire l’actualité : La réunion de la semaine dernière s’est tenue via une vidéoconférence sécurisée et dirigée par le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan et son homologue israélien, Eyal Hulata.

La partie israélienne a souligné la nécessité d’aller de l’avant avec un « plan B » sur l’Iran en raison de l’impasse dans les pourparlers diplomatiques et de l’accélération nucléaire de l’Iran.

La partie américaine a souligné qu’elle était également préoccupée par l’impasse et a déclaré que les États-Unis imposeraient des sanctions supplémentaires à l’Iran si les pourparlers ne reprenaient pas bientôt, m’a dit un responsable israélien.

Un porte-parole de la Maison Blanche a déclaré à Axios que les États-Unis « restaient engagés dans des consultations en cours avec le gouvernement israélien sur une série de questions liées au défi posé par l’Iran ».

Flashback : Le groupe de travail, dont le nom de code est « Opal » (Leshem en hébreu), a été créé au début de l’administration Obama et était dirigé par les conseillers à la sécurité nationale des deux côtés.

C’était le lieu principal pour élaborer des stratégies sur la façon d’exercer des pressions sur l’Iran pendant le premier mandat d’Obama, et c’est devenu le principal cadre pour exprimer les désaccords sur l’accord nucléaire pendant le deuxième mandat d’Obama.

Sous le mandat de Donald Trump, le forum s’est réuni pour discuter du retrait américain de l’accord nucléaire et pour coordonner la campagne de « pression maximale ».

En février, alors que Benjamin Netanyahu était encore Premier ministre, l’administration Biden a proposé la reprise du forum , et le groupe s’est réuni en mars et avril.

Lorsque le Premier ministre Naftali Bennett s’est rendu à la Maison Blanche le mois dernier, lui et le président Biden ont accepté de reprendre le groupe de travail.

Prochaine étape : un porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré mardi que l’Iran serait prêt à reprendre les pourparlers nucléaires de Vienne dans quelques semaines.

Ils sont au point mort sous la nouvelle administration dure de l’Iran, qui dit qu’elle abandonnera le projet d’accord conclu avant les élections iraniennes et adoptera une position plus dure.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Hussein Amir Abdollahian a rencontré mardi à New York le plus haut diplomate de l’UE, Josep Borrell, et rencontrera cette semaine les ministres des Affaires étrangères d’Allemagne, de France et du Royaume-Uni pour discuter d’une éventuelle reprise des pourparlers de Vienne.