15/04/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Israël s’attaque à la menace de drones iraniens lors de la visite de Biden

Systeme Defense IRON

AFP- Quelques instants après l’atterrissage du président américain Joe Biden à Tel-Aviv mercredi, l’armée israélienne lui montrera un nouveau matériel qui, selon elle, est essentiel pour affronter l’Iran : des lasers anti-drones.

Alors qu’Israël est connu depuis longtemps pour ses efforts visant à contrecarrer les ambitions nucléaires de Téhéran, les responsables israéliens ont de plus en plus sonné l’alarme sur la flotte iranienne de véhicules aériens sans pilote (UAV).

Ce mois-ci, l’armée israélienne a déclaré avoir intercepté un total de quatre drones non armés se dirigeant vers une plate-forme gazière offshore. Il a déclaré que les drones étaient de fabrication iranienne et lancés par le groupe libanais Hezbollah, qui est soutenu par Téhéran.

Alors que les inquiétudes augmentent au sujet de la guerre des drones, Israël espère que le nouveau système « Iron Beam » sécurisera son ciel.

Bien qu’il ne soit pas encore opérationnel, le matériel militaire a été décrit comme un « changeur de jeu » en avril par le Premier ministre de l’époque, Naftali Bennett.

Présenter une telle technologie à Biden est une décision stratégique pour Israël, qui a vu Washington approuver un paquet d’un milliard de dollars en septembre pour le système actif d’Iron Dome d’Israël.

Le système de défense a été utilisé d’innombrables fois pour intercepter des roquettes tirées par des militants de la bande de Gaza, qui est contrôlée par l’allié de l’Iran, le Hamas.

L’Iron Dome coûte environ 50 000 $ par lancement, tandis que Bennett a fixé le prix de l’Iron Beam à 3,50 $ par déploiement.

Il a déclaré que le nouveau système de défense était « silencieux » et pouvait « intercepter les drones, les mortiers, les roquettes et les missiles antichars entrants ».

Uzi Rubin, un ancien spécialiste des systèmes anti-missiles du ministère israélien de la Défense, a déclaré que l’interception des drones était un défi important.

« La technologie laser aura plus de capacité contre les drones que les roquettes et les missiles », a déclaré Rubin, qui est basé à l’Institut de stratégie et de sécurité de Jérusalem.

« Cela aidera si nous obtenons un financement américain » pour l’Iron Beam, a-t-il ajouté.

– Rares discussions régionales –
Pour Israël, une priorité de la tournée de Biden au Moyen-Orient est d’élargir la coopération en matière de sécurité soutenue par les États-Unis entre les pays de la région partageant une hostilité envers l’Iran.

Le président américain s’envolera vendredi pour l’Arabie saoudite, principal rival régional de l’Iran, à la suite de rencontres avec des responsables israéliens et palestiniens.

L’Arabie saoudite et son voisin les Émirats arabes unis ont tous deux été attaqués par des drones par les rebelles houthis soutenus par l’Iran au Yémen depuis 2019.

Le Wall Street Journal a rapporté le mois dernier que de hauts responsables militaires israéliens et américains s’étaient rendus en Égypte pour discuter des drones iraniens.

Les participants aux pourparlers comprenaient les Émirats arabes unis et Bahreïn, qui ont tous deux normalisé leurs relations avec Israël en 2020, ainsi que l’Arabie saoudite et le Qatar, qui ne reconnaissent pas l’État juif.

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a ensuite fait des commentaires qui ont été largement interprétés comme confirmant les discussions.

« Nous construisons notre large partenariat avec d’autres pays de la région pour assurer un Moyen-Orient sûr, stable et prospère. Entre autres choses, cela inclut également la défense aérienne », a déclaré Gantz.

La course au développement d’arsenaux de drones dans la région a été décrite comme une « révolution des drones » par le Middle East Institute de Washington.

La normalisation des liens avec l’Etat juif a « ouvert de nouveaux horizons » pour le secteur technologique d’Abu Dhabi, a déclaré l’institut en mars, alors qu’Israël est « à la pointe de l’industrie des drones depuis les années 1980 ».

– ‘Plateforme importante’ –
Selon Eyal Pinko, un ancien officier du renseignement de la marine israélienne, Israël a anticipé la menace croissante des drones de l’Iran et de ses mandataires régionaux.

« Depuis 2009, les services de renseignement navals israéliens comprenaient que les drones du Hezbollah seraient une menace pour les plates-formes israéliennes », a déclaré Pinko, spécialiste à l’université Bar-Ilan de Tel-Aviv.

« L’Iran a compris il y a de nombreuses années que les drones étaient des multiplicateurs de force, une plate-forme importante et relativement bon marché », a-t-il déclaré à l’AFP.

Plus tôt cette année, l’armée israélienne a déclaré qu’en mars 2021, elle avait intercepté deux drones iraniens chargés d’armes pour les militants de Gaza.

Téhéran « se positionne comme une puissance drone majeure dans la région », selon un article publié par le groupe de réflexion European Council on Foreign Relations.

« Le pays a construit sa vaste flotte de drones pendant de nombreuses années, principalement par nécessité, dans le but de compenser son armée de l’air ancienne et en décomposition, qui a été battue par des décennies de sanctions », indique le rapport de mai.

Sa flotte comprend le drone « Gaza », qui peut voler pendant 35 heures, selon l’agence de presse iranienne Fars.

Lundi, la Maison Blanche a révélé des informations selon lesquelles Téhéran « se préparait à fournir à la Russie jusqu’à plusieurs centaines de drones … dans un délai accéléré » pour une utilisation dans la guerre en Ukraine.

Alors qu’Israël vise à contrer les drones iraniens avec de nouvelles technologies et des alliances régionales, il pourrait également passer à l’offensive.

En mars, les médias israéliens ont déclaré que l’armée avait lancé une attaque contre un site iranien stockant des dizaines de drones armés.

Mais des semaines plus tard, la télévision d’État iranienne a diffusé des images d’une installation cachée dans les montagnes : une base souterraine pour des dizaines de drones militaires.