28/11/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

La Chine met en garde contre une nouvelle vague suite à la dernière flambée du coronavirus

carte covid19

BEIJING (Reuters) – La dernière épidémie de COVID-19 en Chine est de plus en plus susceptible de se propager davantage, a déclaré dimanche un responsable de la santé, alors que les autorités exhortaient toutes les régions à intensifier la surveillance et appelaient à une réduction des déplacements à travers les provinces.

La Chine a largement contenu le virus, mais elle est déterminée à éliminer toute épidémie locale sporadique, en particulier à l’approche des Jeux olympiques d’hiver de 2022 en février.

Plus de 100 cas transmis localement ont été confirmés au cours de la semaine dernière dans 11 régions provinciales, la plupart étant liés à 13 groupes de touristes différents.

Il existe un risque croissant que l’épidémie se propage davantage, aidée par des « facteurs saisonniers », a déclaré dimanche aux journalistes Mi Feng, porte-parole de la Commission nationale de la santé.

La variante Delta à l’origine de l’épidémie est également hautement transmissible, a déclaré le directeur adjoint de la commission Wu Liangyou, ajoutant que le séquençage a montré qu’elle était différente de la source d’une épidémie antérieure, et suggérant que les nouveaux cas provenaient d’une nouvelle source étrangère.

Les autorités ont interdit aux agences de voyages d’organiser des visites interprovinciales impliquant des régions considérées comme présentant un risque de virus plus élevé et ont imposé une suspension nationale de certains services de voyage reliant plusieurs attractions touristiques.

La capitale Pékin a déclaré qu’elle imposerait une restriction stricte aux déplacements dans la ville des personnes qui se sont rendues dans des comtés avec au moins une infection.

Les autorités sanitaires ont également déclaré dimanche qu’environ 75,6% de la population chinoise avait reçu des doses complètes de vaccin au 23 octobre, soit quelque 1,068 milliard de personnes.

La Chine donne des rappels aux adultes dont la dernière dose remonte à au moins six mois, avec des groupes prioritaires comprenant les travailleurs essentiels, les personnes âgées et celles dont le système immunitaire est plus faible. Les données ont montré que les anticorps provoqués par les vaccins, y compris les injections les plus utilisées de Sinovac et de Sinopharm, ont diminué en quelques mois.

Wang Huaqing, expert en chef du programme de vaccination au Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, a déclaré que la Chine ne continuerait pas à donner aux gens des vaccins de rappel indéfiniment.

« Même s’il doit être renforcé plus tard, le nombre de boosters est limité », a déclaré Wang lors du briefing. « Nous espérons qu’à l’avenir il y aura de meilleurs vaccins et de meilleures procédures de vaccination pour obtenir une protection solide parmi le public. »