22/02/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Des militants palestiniens tuent deux informateurs présumés d’Israël et la foule traîne les corps dans les ruelles du camp

JERUSALEM (AP) — Des militants palestiniens dans un camp de réfugiés en Cisjordanie ont abattu deux collaborateurs présumés d’Israël tôt samedi, ont déclaré des responsables palestiniens. La foule a ensuite donné des coups de pied aux cadavres ensanglantés et les a traînés dans les ruelles avant de tenter de les attacher à une tour électrique.

Les scènes, largement partagées sur les réseaux sociaux, rappellent le chaos en Cisjordanie occupée lors des deux soulèvements palestiniens contre la domination israélienne qui ont éclaté respectivement en 1987 et en 2000, chacun durant plusieurs années. Au cours de ces périodes de conflit intensifié, les meurtres d’informateurs présumés ont été fréquents , parfois avec des corps exposés en public.

Les meurtres de samedi dans le camp de réfugiés de Tulkarem ont mis à nu les pressions qui s’exercent sur la société palestinienne alors que la guerre entre Israël et le Hamas aggrave ce qui a déjà été une année sanglante pour le territoire. Les raids militaires israéliens meurtriers, les attaques de colons et le militantisme palestinien en Cisjordanie ont augmenté depuis qu’Israël a lancé son offensive dévastatrice à Gaza en réponse au déchaînement sanglant du Hamas le 7 octobre dans le sud d’Israël.

Plus de 230 Palestiniens ont été tués par les tirs israéliens en Cisjordanie au cours des sept dernières semaines seulement, la plupart lors de raids de l’armée israélienne ciblant des militants. Samedi, les forces israéliennes ont attaqué la ville palestinienne de Qabatiya, dans le nord du pays, cherchant à arrêter des militants, déclenchant des échanges de tirs et tuant un médecin local de premier plan, Shamekh Abu al-Rub, 25 ans, ont indiqué les responsables palestiniens de la santé. Abu al-Rub était le fils de Kamal Abu al-Rub, gouverneur de la ville palestinienne de Jénine.

Dans le camp de réfugiés de Tulkarem, un groupe militant local a accusé deux Palestiniens d’avoir aidé les forces de sécurité israéliennes à cibler le groupe lors d’un raid militaire majeur qui a tué trois militants clés le 6 novembre, a déclaré un officier de sécurité palestinien. Les deux informateurs présumés étaient respectivement âgés d’une vingtaine d’années et d’un début de trentaine, et l’un d’eux était originaire du camp, a déclaré l’officier, qui a requis l’anonymat car il n’était pas autorisé à parler aux médias.

Un deuxième responsable palestinien, s’exprimant sous couvert d’anonymat pour la même raison, a confirmé que les forces de sécurité palestiniennes étaient au courant de l’incident. Le parquet a déclaré qu’il disposerait dans les prochains jours de détails sur l’enquête policière menée sur ces meurtres.

Le groupe militant local – affilié à la Brigade des martyrs d’Al Aqsa, une branche armée du parti nationaliste laïc Fatah – a publié une déclaration énigmatique juste après que les deux hommes aient été tués. « Nous ne leur avons pas fait de tort, mais ils se sont fait du tort à eux-mêmes », peut-on lire.

La famille de l’un des informateurs accusés a pris ses distances samedi dans un communiqué, qualifiant son proche en disgrâce de « doigt malveillant que nous avons coupé sans regret ».

« Nous affirmons notre totale innocence », a ajouté la famille, « et nous ne permettrons à personne de nous blâmer pour sa culpabilité ».

Un journaliste palestinien du camp, s’exprimant sous couvert d’anonymat par crainte de représailles, a déclaré que les habitants du camp avaient battu et piétiné les cadavres après que les deux hommes aient été abattus par des militants dans les rues. Des vidéos montrent des centaines de Palestiniens affluant à l’entrée du camp, bouche bée et filmant avec leur téléphone pendant que des hommes tentent de suspendre les cadavres mutilés à une tour électrique.

Cela s’est apparemment avéré trop difficile et les habitants ont fini par jeter les corps par-dessus les murs d’une école des Nations Unies dans le camp, en attachant leurs pieds à une clôture en grillage, a expliqué le journaliste. Ils n’ont pas été transportés à l’hôpital, a-t-elle précisé.

De prétendues vidéos de confession ont fait surface en ligne montrant les deux hommes, épuisés, les yeux baissés, décrivant leurs récentes interactions avec des responsables des renseignements israéliens qui, selon eux, leur auraient payé des milliers de dollars pour obtenir des informations.

Le service de sécurité israélien Shin Bet fait depuis longtemps pression sur les Palestiniens pour qu’ils deviennent des informateurs, notamment par le chantage ou en promettant du travail ou des permis d’entrée pour Israël. Le Shin Bet n’a pas répondu à une demande de commentaires sur les meurtres.