28/11/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Un ex-responsable saoudien revendique des informations dérangeantes contre le prince héritier

MBS Saad Al Jabri

AP- Un ancien haut responsable de la sécurité saoudien qui a aidé à superviser les efforts conjoints de lutte contre le terrorisme américain a affirmé dans une interview accordée à « 60 Minutes » que le prince héritier du royaume avait déjà parlé du meurtre d’un monarque saoudien en exercice avant que son propre père ne soit couronné roi.

Saad al-Jabri n’a pas fourni de preuves à l’émission CBS News, diffusée dimanche.

Le fonctionnaire ex-espionnage, qui réside en exil au Canada, a affirmé qu’en 2014, le Prince Mohammed se vantait qu’il pouvait tuer le roi Abdallah à l’époque, le prince Mohammed a tenu le rôle qu’aucune personne âgée au sein du gouvernement , mais servait contrôleur d’ accès à la cour royale de son père quand son père était toujours l’héritier du trône. Le roi Salman est monté sur le trône en janvier 2015 après la mort de son demi-frère, le roi Abdallah, de causes naturelles déclarées.

Al-Jabri a utilisé l’interview pour avertir le prince Mohammed bin Salman qu’il avait enregistré une vidéo qui révèle encore plus de secrets royaux et certains des États-Unis. Un court clip muet a été montré au correspondant de « 60 Minutes », Scott Pelley. La vidéo, a déclaré al-Jabri, pourrait être diffusée s’il était tué.

Il s’agit de la dernière tentative de l’ancien responsable de la lutte contre le terrorisme pour tenter de faire pression sur le prince héritier de 36 ans, qui, selon la famille al-Jabri, a détenu deux des enfants adultes d’al-Jabri et les utilise comme des pions pour forcer leur père à revenir. vers l’Arabie Saoudite. S’il revient, al-Jabri risque d’être maltraité, emprisonné ou assigné à résidence comme son ancien patron, l’ancien ministre de l’Intérieur, le prince Mohammed ben Nayef, qui a été évincé de la ligne de succession par le prince Mohammed ben Salmane en 2017.

Al-Jabri, 62 ans, affirme que le prince héritier ne se reposera pas tant qu’il « ne me verra pas mort » car « il craint mes informations ». Il a décrit le prince Mohammed ben Salmane comme « un psychopathe, un tueur ».

Le prince héritier a suscité un tollé mondial après qu’il est apparu que des collaborateurs qui travaillaient pour lui avaient tué le critique saoudien Jamal Khashoggi à l’intérieur du consulat saoudien en Turquie en octobre 2018. Après que des enregistrements de l’intérieur du consulat aient été divulgués par les autorités turques, les Saoudiens ont affirmé qu’il s’agissait d’un effort visant à ramener de force Khashoggi dans le pays, et que cela a mal tourné. Le prince héritier a nié toute connaissance de l’opération, malgré une évaluation des services de renseignement américains du contraire.

Al-Jabri a affirmé que lors d’une réunion en 2014 avec le prince Mohammed ben Nayef, qui était à l’époque chef du renseignement en tant que ministre de l’Intérieur, le prince Mohammed ben Salmane, beaucoup plus jeune, a déclaré qu’il pourrait tuer le roi Abdallah pour faire place à son père sur le trône. .

« Il lui a dit : ‘Je veux assassiner le roi Abdallah. Je reçois une bague empoisonnée de Russie. Il me suffit de lui serrer la main et il en aura fini », a déclaré Al-Jabri, affirmant que les services de renseignement saoudiens prenaient la menace au sérieux. La question a été traitée au sein de la famille royale, a déclaré al-Jabri.

Un enregistrement vidéo de cette réunion existe toujours, a-t-il déclaré.

Le gouvernement saoudien a déclaré à CBS News qu’al-Jabri est « un ancien fonctionnaire discrédité avec une longue histoire de fabrication et de création de distractions pour cacher les crimes financiers qu’il a commis ». Le gouvernement a émis des demandes d’extradition et des avis d’Interpol pour al-Jabri, alléguant qu’il est recherché pour corruption. Al-Jabri prétend que sa richesse vient de la générosité des rois qu’il a servis.

Bien que ce ne soit pas la première fois qu’al-Jabri tente de faire pression sur le prince héritier, il s’agit de sa première interview enregistrée depuis que son fils Omar al-Jabri, 23 ans, et sa fille Sarah al-Jabri, 21 ans, ont été arrêtés à Mars 2020 à Riyad, Arabie Saoudite. Un gendre aurait été enlevé dans un pays tiers, renvoyé de force en Arabie saoudite, torturé et détenu.

Human Rights Watch affirme que l’arrestation de membres de la famille est un effort apparent pour contraindre al-Jabri à retourner en Arabie saoudite. Un tribunal saoudien a condamné son fils et sa fille à neuf ans et six ans et demi de prison, respectivement, pour blanchiment d’argent et tentative illégale de fuir l’Arabie saoudite, selon le groupe de défense des droits. Une cour d’appel aurait confirmé la peine de prison en mai, sans en informer la famille.

Al-Jabri a déposé une plainte fédérale aux États-Unis contre le prince héritier saoudien, alléguant que le royal avait tenté de le piéger et de le tuer aux États-Unis et au Canada.

Pendant ce temps, des entités saoudiennes le poursuivent aux États-Unis et au Canada, affirmant qu’il a volé un demi-milliard de dollars du budget de la lutte contre le terrorisme. Un juge canadien a gelé ses avoirs en raison de preuves de fraude au fur et à mesure que l’affaire avance, selon le rapport de CBS News.