04/12/2022

C'est le 1er Novembre

Qu'on n'oublie pas les vrais Chouhadas

L’ONU suspend les vols de maintien de la paix au Mali

carte mali

NATIONS UNIES (AP) – Le gouvernement militaire du Mali a bloqué de nombreux vols de la force de maintien de la paix de l’ONU dans ce pays d’Afrique de l’Ouest et l’ONU a immobilisé tous les vols non urgents depuis vendredi, a annoncé mardi l’ONU.

Le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, a déclaré que la mission de l’ONU au Mali, connue sous le nom de MINUSMA, est en pourparlers avec l’armée sur de nouvelles procédures permettant à l’ONU d’obtenir l’autorisation pour ses vols.

« À ce stade, tous les vols sont cloués au sol alors que nous essayons d’obtenir des éclaircissements sur ces procédures », a déclaré Dujarric. « Ils rendent extrêmement difficile pour l’ONU de remplir son mandat. »

La mission MINUSMA, qui compte 16 600 hommes, est la plus dangereuse des 12 missions lointaines de l’ONU. Dix-neuf casques bleus ont perdu la vie en 2021. au Mali

Dujarric a déclaré que les pays contrôlent leur ciel mais que l’ONU veut pouvoir opérer là où les procédures d’obtention des autorisations ne sont pas extrêmement difficiles.

La mission MINUSMA, qui compte 16 600 hommes, est la plus dangereuse des 16 missions lointaines de l’ONU. Dix-neuf Casques bleus ont perdu la vie en 2021.

Le Mali lutte pour contenir une insurrection extrémiste islamique depuis 2012. Les rebelles extrémistes ont été chassés du pouvoir dans les villes du nord du Mali avec l’aide d’une opération militaire dirigée par la France, mais ils se sont regroupés dans le désert et ont commencé à lancer des attaques contre l’armée malienne et ses alliés. . L’insécurité s’est aggravée avec les attaques contre les civils et les casques bleus de l’ONU.

En août 2020, le président malien Boubacar Ibrahim Keita, décédé dimanche, a été renversé lors d’un coup d’État auquel participait Assimi Goita, alors colonel de l’armée. En juin dernier, Goita a prêté serment en tant que président d’un gouvernement de transition après avoir mené son deuxième coup d’État en neuf mois.

La junte avait initialement accepté d’organiser de nouvelles élections fin février, mais les dirigeants militaires ont déclaré plus tôt ce mois-ci qu’ils reportaient les élections jusqu’en 2026 en raison de l’aggravation de l’insécurité dans tout le pays, ce qui donnera à Goita quatre ans de plus au pouvoir.

Le bloc régional de la CEDEAO, composé de 15 pays d’Afrique de l’Ouest, a imposé des sanctions économiques plus sévères au Mali en réponse, affirmant que le gouvernement de transition n’avait pas progressé vers la tenue d’une élection présidentielle comme promis.