25/05/2022

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

La police israélienne expulse les habitants de Jérusalem des maisons sont démolies

carte palestine 1948

JERUSALEM (AP) – La police israélienne a expulsé mercredi des résidents palestiniens d’une propriété contestée dans un quartier brûlant de Jérusalem et a démoli le bâtiment, quelques jours après une impasse tendue.

La démolition avant l’aube a eu lieu à Sheikh Jarrah, un quartier de Jérusalem-Est où les tentatives des colons juifs d’expulser les résidents palestiniens de longue date ont déclenché des manifestations qui ont contribué l’année dernière à une guerre de 11 jours entre Israël et les militants de Gaza.

La dernière démolition est un cas distinct, la ville supprimant la famille pour faire place à ce qui, selon elle, sera une grande école spécialisée pour les enfants palestiniens de la région. Mais il a également déclenché des protestations locales et suscité des critiques internationales.

En début de semaine, les habitants de l’immeuble ont eu un bras de fer tendu avec la police venue les expulser. Ils sont montés sur le toit de la maison et ont menacé de mettre le feu aux réservoirs d’essence. Finalement, la police a reculé après avoir démoli une pépinière voisine appartenant à la famille.

La police est intervenue sous le couvert de l’obscurité tôt mercredi, enlevant la famille et démolissant la maison. Selon la police, 18 personnes ont été arrêtées pour troubles à l’ordre public.

La famille Salhiya dit avoir acheté la propriété avant 1967, quand Israël a capturé Jérusalem-Est, tandis que l’État a contesté les revendications de la famille devant les tribunaux.

La municipalité affirme que le terrain a toujours été zoné pour un usage public et a saisi la propriété en 2017. Elle affirme que la famille Salhiya est des squatters et que les bâtiments ont été construits illégalement dans les années 1990. Il dit qu’il indemnisera les propriétaires légitimes et construira l’école pour servir la communauté palestinienne locale.

« Ces constructions illégales empêchaient la construction d’une école qui pourrait bénéficier aux enfants de toute la communauté de Sheikh Jarrah », ont déclaré la ville et la police dans un communiqué conjoint.

L’affaire est devant les tribunaux depuis plusieurs années et un juge de Jérusalem l’année dernière a statué en faveur de la ville et autorisé l’expulsion. La famille a fait appel et attend une décision, mais le juge n’a pas gelé l’ordonnance d’expulsion.

Les Palestiniens de Jérusalem-Est disent qu’il est presque impossible d’obtenir un permis de construire de la ville, ce qui les oblige à construire des maisons sans permis.

Hagit Ofran, chercheur pour le groupe anti-colonisation Peace Now, a reconnu que la famille n’avait pas été en mesure de prouver la propriété. Mais elle a dit qu’il était clair qu’ils y vivaient depuis des années.

Elle a dit qu’un autre site dans le quartier donné à un internat juif ultra-orthodoxe aurait pu être utilisé pour l’école pour les besoins spéciaux. Elle a également déclaré que la maison aurait pu être laissée intacte puisque la nouvelle école doit être construite sur un terrain voisin.

« Cette expropriation aurait pu se faire sans les expulser », a-t-elle déclaré. « C’est à Sheikh Jarrah, c’est en cette période très sensible, tout le monde regarde et le gouvernement n’a pas trouvé le sens de l’arrêter. »

Laura Wharton, membre dovish du conseil municipal, a accusé la ville de décennies de « négligence criminelle » envers ses habitants palestiniens, qui représentent environ un tiers de la population.

« Je proteste, objecte et regrette la conduite de tout cela et j’attends de la municipalité et du gouvernement qu’ils commencent à traiter chaque résident avec égalité et respect », a-t-elle déclaré.

Des dizaines de familles palestiniennes à Jérusalem-Est risquent d’être expulsées par des organisations de colons juifs, et des milliers sont menacées de démolition en raison de politiques discriminatoires qui rendent extrêmement difficile pour les Palestiniens de construire de nouvelles maisons ou d’agrandir celles qui existent déjà.

D’autres menaces d’expulsion à Sheikh Jarrah et dans d’autres quartiers, qui sont bloqués dans batailles juridiques vieilles de plusieurs décennies entre résidents palestiniens et colons juifs, a déclenché des manifestations et des affrontements l’année dernière qui ont finalement contribué à déclencher la guerre de 11 jours à Gaza.

Israël a capturé Jérusalem-Est, ainsi que la Cisjordanie, lors de la guerre du Moyen-Orient de 1967 et l’a annexée dans un mouvement non reconnu par la plupart de la communauté internationale. Israël considère la ville entière comme sa capitale et la municipalité affirme qu’elle s’efforce d’améliorer les services pour tous les résidents.

Les Palestiniens veulent que Jérusalem-Est soit la capitale de leur futur État, et le sort de la ville est l’une des questions les plus controversées du conflit israélo-palestinien vieux d’un siècle.