23/05/2022

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Les États-Unis suspendent l’aide militaire à l’Égypte après une énorme vente d’armes

sissi

WASHINGTON (AP) – L’administration Biden a annoncé vendredi qu’elle annulait 130 millions de dollars d’aide militaire à l’Égypte pour des raisons de droits de l’homme. L’annonce intervient quelques jours seulement après que l’administration a approuvé une vente massive d’armes de 2,5 milliards de dollars au pays.

Le département d’État a déclaré vendredi que l’Égypte n’avait pas rempli les conditions pour recevoir les 130 millions de dollars de financement militaire étranger suspendus depuis septembre. Il a dit que l’argent serait transféré à d’autres programmes. Il n’a pas précisé.

En annonçant l’annulation, le ministère n’a fait aucune mention de la vente de 2,5 milliards de dollars d’avions de transport militaire et de systèmes radar qu’il avait approuvé mardi sans aucune mention des 130 millions de dollars gelés.

En septembre, le secrétaire d’État Antony Blinken a approuvé le déblocage de 300 millions de dollars de financement militaire étranger à l’Égypte, mais a retenu 130 millions de dollars supplémentaires à moins que le gouvernement n’aborde les « conditions spécifiques liées aux droits de l’homme » d’ici la fin janvier.

« Le délai pour remplir ces conditions sera bientôt dépassé », a déclaré le ministère. « Le (gouvernement égyptien) a fait des progrès notables sur les conditions, mais à ce jour, il ne les a pas toutes remplies. Par conséquent, après le 30 janvier, le secrétaire a l’intention de reprogrammer les 130 millions de dollars vers d’autres priorités de sécurité nationale.

Interrogés sur l’apparente incohérence, les responsables américains ont déclaré que l’aide militaire et la vente d’armes n’étaient pas liées. Ils disent que l’Égypte assumera le coût de l’achat de 2,2 milliards de dollars des 12 avions de transport Super Hercules C-130 et des systèmes radar de défense aérienne d’une valeur estimée à 355 millions de dollars.

Les démocrates du Congrès qui avaient exhorté Blinken à ne pas approuver les 130 millions de dollars étaient satisfaits de la décision de vendredi, mais n’ont pas abordé la vente d’armes qui éclipse le montant de l’aide retenue.

« Je suis heureux que l’administration Biden ait maintenu la ligne en reprogrammant ces fonds », a déclaré le sénateur Chris Murphy du Connecticut. les dictateurs reçoivent des chèques en blanc de l’Amérique.

Mardi, le département d’État a annoncé la vente d’armes de 2,5 milliards de dollars, affirmant qu’elle « soutiendrait la politique étrangère et la sécurité nationale des États-Unis en contribuant à améliorer la sécurité d’un grand pays allié non membre de l’OTAN qui continue d’être un partenaire stratégique important ». au Moyen-Orient. »

« Nous maintenons que nos relations bilatérales avec l’Égypte seront plus fortes et que les intérêts américains seront mieux servis, grâce à l’engagement continu des États-Unis pour faire avancer nos intérêts de sécurité nationale, y compris en répondant à nos préoccupations en matière de droits de l’homme », a déclaré le département.

Le gouvernement égyptien a mené ces dernières années une répression à grande échelle contre la dissidence, emprisonnant des milliers de personnes, principalement des islamistes mais aussi des militants laïcs impliqués dans le soulèvement du printemps arabe de 2011 qui a renversé l’autocrate de longue date du pays, Hosni Moubarak.

L’Égypte a imposé l’état d’urgence en avril 2017, à la suite d’attentats meurtriers contre des églises et d’attaques contre des chrétiens coptes qui ont fait plus de 100 morts et des dizaines de blessés. Il a permis des arrestations sans mandat, des poursuites rapides contre des suspects et la création de tribunaux spéciaux.

L’état d’urgence a depuis été prolongé à plusieurs reprises. Cependant, le président Abdel Fattah el-Sissi a annoncé en octobre, à l’expiration de la dernière prolongation, que son gouvernement ne la renouvellerait plus.