20/04/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Le porte-parole du Parlement déclare que l’une des administrations rivales de la Libye a suspendu le Premier ministre

parlement libye

LE CAIRE (AP) – L’une des deux administrations libyennes a voté mardi pour suspendre et enquêter sur son Premier ministre, l’accusant de ne pas avoir atteint les objectifs de son gouvernement, a déclaré le porte-parole du Parlement.

Fathi Bashagha était Premier ministre du parlement basé à l’est de la Libye, connu sous le nom de Chambre des représentants, qui opère à Tobrouk. Mohamed Mansour, porte-parole de Bashagha, a déclaré que l’ancien Premier ministre publierait bientôt une déclaration officielle concernant la décision de mardi.

Dans une déclaration enregistrée envoyée à l’Associated Press, Abdullah Belhaiq, le porte-parole du parlement, a critiqué Bashagha pour ne pas avoir tenu l’engagement du gouvernement d’entrer dans la capitale, Tripoli, siège de l’administration rivale occidentale.

Bashagha, qui a été élu Premier ministre en février 2022, a tenté de faire asseoir son gouvernement dans la capitale en mai dernier, en arrivant à Tripoli avec un certain nombre de ses ministres. Des affrontements éclatent bientôt entre milices rivales, obligeant l’ancien pilote de l’armée de l’air à se retirer dans la ville de Syrte.

Déchirée par un conflit civil depuis 2011, la Libye est divisée entre deux gouvernements rivaux, chacun soutenu par des patrons internationaux et de nombreuses milices armées sur le terrain. Le gouvernement libyen basé à Tripoli est dirigé par le Premier ministre Abdul Hamid Dbeibah.

« Un certain nombre de membres de la Chambre des représentants ont demandé en plus d’une session que le Premier ministre fasse l’objet d’une enquête », a déclaré Belhaiq. Cependant, peu de détails sur les autres manquements présumés de Bashagha ont été fournis. Le ministre des Finances de la Chambre des représentants, Oussama Hamada, a repris les fonctions de Bashagha, a-t-il déclaré.

Plus tôt mardi, cependant, Bashagha a publié une déclaration au parlement annonçant qu’il transmettait ses fonctions au vice-Premier ministre Ali Qatrani. Aucun autre détail n’a été donné. Le conflit entre les deux déclarations n’a pas pu être immédiatement concilié.

Malgré l’explication de Belhaiq, Jalel Harchaoui, spécialiste de la Libye et chercheur associé au Royal United Services Institute, estime que le Premier ministre suspendu a peut-être rendu service à Khalifa Hifter, commandant de la soi-disant armée nationale libyenne. Le groupe est la force armée dominante dans l’est et le sud du pays.

Hifter et sa famille cherchent plus d’influence à Tripoli et se sont engagés dans des pourparlers réguliers avec le neveu de Dbeibah ainsi qu’avec des chefs de milice de l’ouest, a déclaré Harchaoui.

Le représentant spécial de l’ONU en Libye, Abdoulaye Bathily, a dévoilé fin février une nouvelle initiative visant à conduire le pays divisé aux urnes avant la fin de 2023. , les progrès ont ralenti depuis.

Un précédent processus négocié par l’ONU a installé un gouvernement intérimaire – avec Dbeibah à sa tête – au début de 2021 dans le but de guider le pays vers des élections plus tard cette année-là. Les élections n’ont jamais eu lieu à la suite de désaccords sur plusieurs questions clés, notamment l’éligibilité à la candidature présidentielle.