01/07/2022

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Le Premier ministre libyen rival mettra en place un gouvernement à Syrte après les affrontements à Tripoli

carte libye

LE CAIRE (AP) – L’un des premiers ministres rivaux de la Libye a déclaré mercredi qu’il siègerait son gouvernement dans la ville centrale de Syrte, après que des affrontements l’ont forcé à avorter sa tentative de la veille d’amener son cabinet dans la capitale libyenne de Tripoli.

Le Premier ministre Fathi Bashagha a annoncé qu’il avait choisi la ville de Syrte, le long de la côte méditerranéenne de la Libye et à mi-chemin entre l’est et l’ouest du pays, servant de lien entre eux.

La Libye, riche en pétrole, a été détruite par le conflit depuis que le soulèvement soutenu par l’OTAN a renversé et tué le dictateur de longue date Mouammar Kadhafi en 2011 et est depuis des années divisée entre des administrations rivales à l’est et à l’ouest, chacune soutenue par différentes milices et gouvernements étrangers.

Bashagha, ancien ministre de l’Intérieur, a été nommé Premier ministre par le parlement basé à l’est du pays en février. Mais son rival, le Premier ministre Abdul Hamid Dbeibah, basé à Tripoli, dans l’ouest du pays, a refusé de se retirer, insistant sur le fait qu’il ne céderait le pouvoir qu’à un gouvernement élu.

Dbeibah a été nommé l’année dernière dans le cadre d’un processus dirigé par l’ONU, embourbé dans des allégations de corruption et de pots-de-vin, pour diriger le pays lors d’élections en décembre qui n’ont jamais eu lieu.

Bashagha a tenté mardi de faire asseoir son gouvernement à Tripoli, dans une décision qui a entraîné des affrontements avec des milices alliées à Dbeibah quelques heures seulement après l’entrée de Bashagha et de ses ministres dans la capitale libyenne. Au moins un homme a été tué et cinq autres blessés dans les affrontements, ont indiqué les autorités.

Les deux Premiers ministres se sont accusés d’avoir provoqué la violence, ce qui a fait craindre que le pays ne revienne à nouveau à la guerre civile après plus d’un an de calme tendu.

« La Libye ne sera pas arrêtée par une ville ou une région », a déclaré Bashagha aux journalistes de Syrte mardi soir, décrivant Tripoli comme une « ville kidnappée » détenue par son rival, Dbeibah. Bashagha a déclaré qu’il reviendrait à Tripoli une fois qu’il s’assurerait il n’y aura pas d’effusion de sang.

Syrte est également la porte d’entrée des principaux champs pétrolifères et terminaux d’exportation du pays. La ville cruciale et stratégique est contrôlée par les forces basées à l’est du commandant militaire Khalifa Hifter, un allié des Bashagha.

Le déménagement de Bashagha à Syrte est susceptible d’approfondir la division politique dans le pays déjà divisé et d’intensifier la crise.

L’idée d’installer le gouvernement libyen à Syrte a été lancée lors des pourparlers de 2020 qui ont mis fin au dernier combat majeur en Libye. Plus récemment, l’influent président du Parlement, Aguila Saleh – également un allié de Bashagha – l’a appelé à opérer depuis Syrte plutôt que de tenter de mettre en place son gouvernement à Tripoli.