18/08/2022

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Référendum en Tunisie : le président Kaïs Saied célèbre la victoire attendue du référendum

kais Saeid Ghannouchi

Le président tunisien Kais Saied a célébré sa victoire apparente lors d’un référendum sur une nouvelle constitution qui lui donne des pouvoirs presque illimités.

M. Saied est apparu devant des partisans en liesse après qu’un sondage à la sortie ait indiqué que plus de 90% de ceux qui avaient voté avaient soutenu le plan du président.

Mais le taux de participation n’a été que de 27,5 %, les principaux partis d’opposition ayant boycotté le scrutin.

Les opposants au président disent que ses changements ne feraient que renforcer les pouvoirs personnels dont il s’est emparé il y a un an.

M. Saied a déclaré que la participation – annoncée par la commission électorale du pays – aurait été plus élevée si le vote s’était déroulé sur deux jours.

Il a promis que la Tunisie entrerait désormais dans une nouvelle phase après une décennie d’impasse politique. Mais ses adversaires citeront le faible taux de participation comme un déni de légitimité à ce qu’ils considèrent comme un retour inquiétant vers l’autocratie.

Le vote en Tunisie marque la mort d’un rêve pour certains

Le président tunisien – sauveur ou usurpateur du pouvoir ?

La Tunisie est devenue le berceau du printemps arabe lorsqu’elle a renversé son dirigeant de longue date Zine al-Abidine Ben Ali en 2011.

La date du référendum a été choisie par le président Saied pour marquer un an jour pour jour depuis sa décision dramatique de suspendre le parlement et de renverser le gouvernement.

Depuis lors, il a effectivement gouverné par décret.

La nouvelle constitution, qui remplace celle rédigée en 2014 trois ans après le printemps arabe, donnerait au chef de l’État le plein contrôle exécutif, le commandement suprême de l’armée et la possibilité de nommer un gouvernement sans l’approbation du Parlement.

M. Saied a déclaré qu’il était nécessaire de briser un cycle de paralysie politique et de déclin économique.

Il a déclaré que ses réformes étaient faites dans l’esprit de la révolution de 2011 et assureront un avenir meilleur.

« Notre argent et notre richesse sont énormes, et notre volonté est encore plus grande, pour reconstruire une nouvelle Tunisie et une nouvelle république, celle qui rompt avec le passé », a déclaré le président après le vote de lundi matin.

Ses nombreux détracteurs disent que cela pourrait ramener la Tunisie à la dictature en tout sauf en nom.

Bien que le président Saied ait toujours un noyau de soutien parmi les Tunisiens qui pensent que le pays a besoin d’un dirigeant fort pour résoudre ses problèmes, il semble y avoir peu d’enthousiasme pour le référendum.