05/03/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Le chef du Hezbollah qualifie le meurtre du leader du Hamas d’« attaque israélienne flagrante »

NASRALLAH

Le secrétaire général du Hezbollah libanais, allié à l’Iran, Hassan Nasrallah, prononce un discours télévisé pour marquer le troisième anniversaire de l’assassinat de Qassem Soleimani, commandant de la force d’élite Qods des Gardiens de la révolution iranienne, et d’Abou Mahdi al-Muhandis, chef adjoint des Forces de mobilisation populaire (PMF), à majorité musulmane. L’assassinat du leader du Hamas Saleh al-Arouri constitue une « attaque israélienne flagrante » contre la banlieue sud de Beyrouth, la capitale libanaise, a déclaré mercredi le secrétaire général du mouvement pro-iranien Hezbollah, Hassan Nasrallah.

« Si l’ennemi [Israël] envisage de mener une guerre contre le Liban, nous ne respecterons aucune règle », a déclaré Nasrallah dans un discours par liaison vidéo lors d’un rassemblement marquant le quatrième anniversaire de l’assassinat du puissant général iranien Qassem Soleimani. par un drone américain en Irak en 2020.

Il a réitéré que l’assassinat d’al-Arouri ne se déroulerait pas sans punition.

« Jusqu’à présent, nous combattons sur le front avec des calculs précis. Si l’ennemi déclenche une guerre contre le Liban, nos combats se dérouleront sans plafonds, sans limites, sans règles et sans contrôles… Celui qui pense à la guerre avec nous le regrettera, comme la guerre avec nous coûte très, très cher », a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’Israël avait tenté de projeter « une image de victoire à travers l’assassinat d’Al Arouri ».

Dans le contexte de l’assassinat d’al-Arouri, le discours de Nasrallah était très attendu.

Al-Arouri, chef adjoint du bureau politique du Hamas, a été tué mardi soir dans une explosion dans la capitale libanaise. Le Hamas a blâmé Israël. Interrogée, l’armée israélienne n’a pas souhaité commenter cette tuerie.

Depuis le début de la guerre à Gaza, le 7 octobre, des bombardements répétés ont eu lieu entre le Hezbollah et l’armée israélienne à la frontière libano-israélienne. Il y a eu des morts des deux côtés.