28/11/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Liban : Le chef du Hezbollah dit que le mouvement peut mobiliser 100 000 combattants

Hizb Allah armée

Le chef du Hezbollah libanais a déclaré lundi que son mouvement soutenu par l’Iran disposait de 100 000 combattants « entraînés » et « armés », s’exprimant après les violences meurtrières à Beyrouth la semaine dernière.

Hassan Nasrallah lors d’un discours télévisé a accusé les Forces libanaises, un parti chrétien, d’être à l’origine du meurtre de sept membres de son mouvement et allié chiite Amal lors d’un rassemblement jeudi et l’a mis en garde contre le déclenchement de toute « guerre civile ».

« Je suis pour la première fois contraint d’annoncer ce nombre », a déclaré Nasrallah, expliquant avoir révélé combien de combattants libanais sont dans ses rangs « pour empêcher la guerre, pas pour menacer une guerre civile ».

Nasrallah a pris la parole alors que les tensions bouillonnent au Liban sur le sort du juge menant une enquête sur une explosion dans un port l’année dernière qui a tué plus de 210 personnes, blessé des milliers et détruit des pans de Beyrouth.

Des violences ont éclaté au cœur de Beyrouth jeudi après que des partisans du Hezbollah et d’Amal se soient rassemblés pour demander la démission du juge Tarek Bitar.

Le Hezbollah et Amal ont accusé des tireurs d’élite des Forces libanaises d’avoir déclenché le combat.

Mais le chef des Forces libanaises Samir Geagea a démenti et a déclaré vendredi que les habitants du quartier chrétien d’Ain al-Remmaneh s’étaient « défendus » contre « les miliciens du Hezbollah qui tentaient de pénétrer chez eux ».

Le bruit des coups de feu et des grenades propulsées par fusée a laissé les écoliers se recroqueviller sous les bureaux et les adultes se cacher à l’intérieur de leurs maisons pendant des heures, pour beaucoup de ces derniers ravivant les souvenirs des batailles de rue pendant la guerre civile de 1975-1990.

Nasrallah a appelé à une enquête pour déterminer qui était responsable de l’effusion de sang, « parce que nous ne laissons pas le sang de notre frère sur le sol » sans rien faire.

Le chef du Hezbollah a critiqué ce qu’il a qualifié de « partialité » dans l’enquête sur l’explosion du port et de « ciblage politique… de nos alliés et amis ».

« Nous sommes très… très désireux de connaître la vérité derrière cette explosion », a-t-il déclaré.

Lundi dernier, il avait accusé Bitar de politiser l’enquête et appelé à la relève d’un juge « honnête ».

Les tensions surviennent alors que le Liban est plongé dans l’une des pires crises économiques au monde depuis les années 1850.

Le différend sur le sort de l’enquêteur principal a conduit le cabinet à reporter une session la semaine dernière, après l’entrée en fonction d’un nouveau gouvernement en septembre après 13 mois d’impasse politique.

Beaucoup craignent que Bitar ne soit limogé comme son prédécesseur Fadi Sawan l’était en février.

Le deuxième juge a convoqué de hauts responsables politiques et officiels pour un interrogatoire, mais aucun n’a comparu devant lui, essayant plutôt d’entraver l’enquête à chaque instant.

Le Hezbollah est le seul camp à ne pas avoir désarmé après la guerre civile.

Il est désigné comme un groupe terroriste par une grande partie de l’Occident, mais sa branche politique détient des sièges au parlement et un poids considérable dans la politique libanaise.