01/07/2022

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

L’autopsie révèle que la violence a causé la mort d’un Palestinien détenu

palestne

JERUSALEM (AP) – Une autopsie a révélé qu’un Palestinien de 78 ans, qui a été déclaré mort peu de temps après avoir été détenu par les troupes israéliennes en Cisjordanie occupée, est décédé d’une crise cardiaque causée par la « violence extérieure ».

L’autopsie, réalisée par trois médecins palestiniens, a confirmé qu’Omar Asaad, qui a la nationalité américaine, souffrait de problèmes de santé sous-jacents. Mais il a également trouvé des ecchymoses sur sa tête, des rougeurs sur ses poignets parce qu’il était ligoté et des saignements dans ses paupières parce qu’il avait les yeux bandés.

Le rapport, dont une copie a été obtenue par l’Associated Press jeudi, a conclu que la cause du décès était un « arrêt soudain du muscle cardiaque causé par une tension psychologique due à la violence extérieure à laquelle il a été exposé ».

Asaad a été arrêté alors qu’il rentrait chez lui après un rassemblement social vers 3 heures du matin le 12 janvier par des soldats israéliens qui avaient mis en place un poste de contrôle volant dans son village natal de Jiljiliya. C’est un phénomène courant en Cisjordanie, qui est sous le régime militaire israélien depuis qu’Israël a capturé le territoire lors de la guerre du Moyen-Orient de 1967.

Des témoins palestiniens disent qu’Asaad a été brutalisé avant d’être ligoté et les yeux bandés, puis emmené dans un complexe d’appartements abandonné à proximité. D’autres Palestiniens qui ont été détenus dans le même bâtiment plus tard dans la nuit ont déclaré qu’ils n’avaient réalisé qu’il était là qu’après le départ des soldats, lorsqu’ils l’ont trouvé inconscient, allongé face contre terre, et ont appelé une ambulance.

L’armée israélienne a déclaré qu’il avait été arrêté après avoir résisté à une inspection, puis relâché, laissant entendre qu’il était vivant. On ne sait pas exactement quand il est mort. Les premiers rapports indiquaient qu’il avait 80 ans.

L’unité qui a détenu Asaad, Netzah Yehuda, ou « Judea Forever », est une unité spéciale pour les soldats juifs ultra-orthodoxes. Il a été formé dans le but d’intégrer une partie de la population qui n’effectue normalement pas son service militaire. Mais les médias israéliens ont rapporté des problèmes dans l’unité résultant de l’idéologie dure de nombreux soldats.

Le lieutenant-colonel Amnon Shefler, un porte-parole de l’armée israélienne, a déclaré que l’incident faisait toujours l’objet d’une enquête et que « des mesures seront prises si des actes répréhensibles sont découverts ».

L’ambassade des États-Unis a déclaré qu’elle n’avait pas encore vu de rapport final du gouvernement israélien et soutenait une « enquête approfondie sur les circonstances de l’incident ». Il s’est dit « profondément attristé » par la mort d’Asaad et a été en contact étroit avec sa famille pour fournir une assistance consulaire.

Le groupe israélien de défense des droits de l’homme B’Tselem a déclaré que la détention d’Asaad était « bizarre ».

« C’est un très petit village tranquille », a déclaré Dror Sadot, porte-parole du groupe. « Il n’y avait aucune raison de prendre un homme de 80 ans, de le traîner et de le menotter. Je n’ai aucune idée de pourquoi ils ont fait ça. »

Israël dit qu’il enquête de manière approfondie sur les incidents au cours desquels des Palestiniens sont tués par les troupes israéliennes. Mais les groupes de défense des droits disentces enquêtes débouchent rarement sur des inculpations ou des condamnations, et que dans de nombreux cas, l’armée n’interroge pas les témoins clés ou ne récupère pas les preuves.

Sadot a déclaré que le fait que l’armée enquête toujours plus de deux semaines après l’incident, même avec la pression supplémentaire de l’examen américain, indique que toute conclusion éventuelle sera un autre « blanchiment ».

« Je ne sais pas, mais d’après notre expérience, cela ne mènera à rien », a-t-elle déclaré.