L’armée syrienne déclare avoir intercepté plusieurs missiles tirés par israël contre d’Alep

Partagez cet article

(Reuters) – L’armée syrienne a déclaré mercredi avoir intercepté plusieurs missiles tirés par des avions israéliens contre une zone industrielle de la ville d’Alep, dans le nord de la Syrie, des frappes ayant causé seulement des dégâts matériels.

Selon des sources de l’opposition syrienne, ces raids ont atteint des dépôts de munitions de l’Iran et un aéroport militaire utilisé par les forces de Téhéran.

“L’agression israélienne visait plusieurs positions de la zone industrielle de Cheick Najar et un certain nombre de missiles ennemis ont été abattus”, a dit l’armée syrienne dans un communiqué.

Aucun commentaire n’a été effectué dans l’immédiat par Israël.

Selon des experts militaires, Alep est l’une des principales zones dans lesquelles les gardiens de la Révolution, troupe d’élite des forces armées iraniennes, disposent d’une importante présence militaire – ils soutiennent des milices locales qui combattent depuis des années aux côtés des forces gouvernementales syriennes contre les insurgés.

Deux sources de l’opposition syrienne, au fait de la présence militaire iranienne dans la région, ont déclaré que de grands dépôts de munitions et un centre logistique appartenant à des milices soutenues par Téhéran avaient été directement atteintes par les frappes israéliennes.

D’après ces sources, Tsahal a aussi ciblé pour la deuxième fois en mois d’un an les alentours de l’aéroport militaire de Nairab, situé en périphérie d’Alep, dont se sert l’armée iranienne.

Les milices chiites appuyées par Téhéran ont étendu leur contrôle sur des zones principalement sunnites situées autour de Damas, dans le sud et dans l’est de la Syrie.

Israël, qui considère l’Iran comme sa principale menace, a mené plusieurs attaques en Syrie contre des cibles iraniennes et des milices alliées à Damas comme le Hezbollah libanais.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a dit par le passé que l’Etat hébreu avait mené depuis le début du conflit syrien des “centaines” d’attaques pour lutter contre l’influence de l’Iran et du Hezbollah.

En amont des élections législatives du 9 avril en Israël, lors desquelles Netanyahu espère obtenir un nouveau mandat, le gouvernement a intensifié les attaques menées en Syrie et a adopté une position plus dure à l’égard du Hezbollah à la frontière avec le Liban.

Téhéran a prévenu par le passé qu’il allait réagir si Israël poursuivait ses attaques en Syrie, soulignant qu’il avait déployé des forces à la demande du gouvernement de Bachar al Assad.

Donner votre avis