04/10/2022

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

La Russie va fermer « complètement » le gazoduc Nord Stream vers l’Europe

Nord Stream

Le géant gazier russe Gazprom va fermer complètement le gazoduc Nord Stream, jusqu’à ce qu’une turbine soit réparée – alors même que les services devaient reprendre samedi après une opération de maintenance.

Dans un communiqué, Gazprom a indiqué avoir découvert des « fuites d’huile » dans la turbine lors des travaux de maintenance, et que « jusqu’à la réparation (…) le transport de gaz via Nord Stream est totalement suspendu ».

Gazprom a déclaré avoir découvert les nouveaux problèmes lors d’une inspection technique avec des représentants du groupe allemand Siemens, qui a fabriqué la turbine.

Le groupe russe rapporte que la fuite d’huile touche « les câbles reliés aux compteurs de vitesse d’un rotor ». Sur Telegram, le groupe a posté une photo montrant des câbles entourés d’un liquide brunâtre.

Plus tôt dans la journée, le Kremlin avait indiqué que l’exploitation du gazoduc Nord Stream était « menacée » par une pénurie de pièces détachées en raison des sanctions visant Moscou pour son offensive en Ukraine.

Depuis le début de l’intervention militaire du Kremlin en Ukraine fin février, Moscou a fortement réduit ses livraisons de gaz aux Européens en réponse aux sanctions occidentales massives.

Des pays européens, dont certains sont fortement dépendants du gaz russe, accusent le Kremlin de l’utiliser comme moyen de pression, ce que Moscou réfute, évoquant des problèmes techniques causés par les sanctions ou des retards de paiement.

Quelle a été une partie de la réaction?
Avant l’invasion de l’Ukraine, l’Allemagne était traditionnellement l’un des plus gros importateurs de gaz russe, mais a déclaré vendredi que ses approvisionnements étaient sûrs, malgré la fermeture de Gazprom.

« La situation sur le marché du gaz est tendue, mais la sécurité d’approvisionnement est garantie », a déclaré une porte-parole du ministère allemand de l’Economie dans un communiqué.

Sans commenter l’annonce de Gazprom, la porte-parole a déclaré que l’Allemagne avait « déjà constaté le manque de fiabilité de la Russie ces dernières semaines ».

Pour compenser le manque d’approvisionnement en gaz, les pays européens tentent de trouver d’autres fournisseurs et de réduire leur consommation sur fond de flambée des prix du gaz sur les marchés et de spectre de récession.

Une coupure totale du gaz russe pourrait couper d’un point la croissance française, a déclaré le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire.