19/01/2022

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

La Chine adopte une nouvelle loi pour riposter aux sanctions étrangères

PÉKIN (Reuters) – Confrontée à des pressions occidentales accrues sur de nombreux dossiers comme le commerce, Hong Kong ou le Xinjiang, la Chine a adopté jeudi une nouvelle loi destinée à riposter aux sanctions étrangères.

Cette législation adoptée par le Parlement, dont aucun détail n’a filtré, viserait à donner plus de légitimité et de prévisibilité aux mesures de rétorsion chinoises.

En mars dernier, le Parlement chinois avait annoncé son intention de « mettre à niveau la boîte à outils juridique » de la Chine pour faire face aux risques de sanctions et d’ingérences étrangères.

La Chambre de commerce de l’Union européenne en Chine s’est alarmée du manque de transparence qui a selon elle entouré l’adoption de cette loi, examinée en première lecture en avril et approuvée deux jours à peine après l’annonce par l’Assemblée nationale populaire de son examen en deuxième lecture, alors qu’une troisième lecture est normalement requise pour les textes de loi.

« La Chine semble pressée. Une telle action n’est pas propice à attirer les investissements étrangers ou rassurer les entreprises qui sentent de plus en plus qu’elles seront utilisées comme des pions sacrificiels dans une partie d’échecs politique », a confié à Reuters Jörg Wuttke, le président de la Chambre.

Selon des analystes chinois, Pékin ne fait que prendre exemple sur les États-Unis et l’Union européenne qui ont adopté ces dernières années diverses lois pour donner une base légale à leurs relations avec la Chine.

« La Chine n’avait auparavant ni la puissance économique ni la volonté politique d’utiliser des moyens légaux pour répondre aux sanctions des États-Unis. Elle a désormais les deux », a déclaré Wang Jiangyu, professeur de droit à l’Université municipale de Hong Kong.

« La coopération est la meilleure option mais les États-Unis n’en veulent pas. Contre-attaquer, comme avec cette nouvelle loi, s’avère la deuxième meilleure option. Souffrir en silence serait le pire », a-t-il affirmé.