Japon : Le 1er ministre Suga va lancer un nouveau plan de relance dès novembre

Partagez cet article

TOKYO (Reuters) – Le Premier ministre japonais, Yoshihide Suga, va demander à son gouvernement de mettre en place des mesures de relance économique supplémentaires dès novembre, a rapporté mardi le quotidien Nikkei.

Cette décision signalerait que le gouvernement est prêt à déployer davantage de soutien pour protéger son économie contre l’impact de la pandémie de coronavirus qui a fortement touché les consommateurs et les entreprises du pays.

Les mesures économiques pourraient se concentrer sur le soutien aux secteurs du tourisme et de la restauration qui ont souffert d’une baisse de la consommation, a indiqué le journal.

Tokyo pourrait également envisager d’étendre sa campagne de relance du tourisme domestique intitulée “Go To Travel”, a annoncé le Nikkei, sans donner de détails sur l’obtention de cette information.

Le Japon a déjà déployé un ensemble de 2.200 milliards de dollars (1.870 milliards d’euros) de mesures de relance en réponse à la crise sanitaire, notamment par des versements en espèces aux ménages et des prêts aux petites entreprises, partiellement financés par deux budgets additionnels.

Le gouvernement pourrait également se décider fin décembre sur l’implémentation d’un troisième volet budgétaire pour financer les mesures de reprise, durant l’élaboration du projet de budget pour son prochain exercice fiscal, selon le Nikkei.

La troisième plus grande économie mondiale a commencé à se remettre des conséquences de la crise du coronavirus sur la demande intérieure et extérieure, notamment sur ses exportations de voitures et d’autres produits manufacturés.

La confiance des dirigeants des grandes entreprises industrielles japonaises s’est améliorée au troisième trimestre après avoir chuté sur la période avril-juin à un plus bas en 11 ans, selon une enquête de la Banque du Japon (BoJ).

Il s’agit d’un motif d’espoir pour l’administration de Yoshihide Suga, qui a fait de la relance post-coronavirus une priorité et qui estimait mercredi dernier que l’économie nippone avait probablement cessé de se contracter en août.

Donner votre avis