05/03/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Les USA demandent des sanctions plus sévères du Conseil de sécurité de l’ONU contre la Corée du Nord

Coree nord

AFP- Les États-Unis ont appelé vendredi au Conseil de sécurité de l’ONU à des sanctions internationales plus sévères contre la Corée du Nord, accusant Pyongyang de « provocations de plus en plus dangereuses » après avoir testé son plus gros missile balistique intercontinental.

« Les États-Unis appellent tous les États membres à appliquer pleinement les résolutions existantes du Conseil de sécurité », a déclaré l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, lors de la réunion convoquée pour discuter de la Corée du Nord.

« En raison des provocations de plus en plus dangereuses de la RPDC, les Etats-Unis présenteront une (…) résolution du Conseil de sécurité pour actualiser et renforcer le régime de sanctions » qui a été adoptée en décembre 2017, a-t-elle déclaré, en utilisant l’acronyme officiel de la Corée du Nord.

À l’époque, « le conseil a décidé que nous prendrions d’autres mesures en cas de lancement d’ICBM de la RPDC », a déclaré Thomas-Greenfield.

« C’est précisément ce qui s’est passé. Il est donc temps de prendre cette mesure. »

Le texte adopté à l’unanimité a été voté un mois après que Pyongyang a tiré son dernier missile balistique intercontinental (ICBM), le Hwasong-15, jugé suffisamment puissant pour atteindre la zone continentale des États-Unis.

Après la réunion de vendredi, un groupe de 15 pays, dont les membres permanents du Conseil de sécurité, la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis – mais moins la Chine et la Russie – a publié une déclaration commune condamnant le dernier lancement de Pyongyang « dans les termes les plus forts » et avertissant qu’il « constitue une menace ».  » à toute la communauté internationale.

« La RPDC démontre sa détermination à continuer de faire progresser son programme d’armement alors qu’elle intensifie son comportement provocateur – et pourtant le Conseil est resté silencieux », ont déclaré les pays, qui comprennent également des membres non permanents du Conseil de sécurité, le Brésil, l’Irlande et la Norvège. que l’Allemagne, le Japon et la Corée du Sud.

La déclaration a exhorté les États de l’ONU, en particulier les membres du Conseil de sécurité, « à se joindre à nous pour condamner ce comportement et pour exhorter la RPDC à abandonner ses programmes d’armes de destruction massive et de missiles balistiques et à s’engager dans la diplomatie vers la dénucléarisation ».

La Chine s’est adressée à la réunion du Conseil de sécurité et a appelé à « la prudence et la raison » concernant la Corée du Nord.

« Tout n’est pas calme sur le front international. Aucune partie ne devrait prendre des mesures qui conduiraient à de plus grandes tensions », a déclaré l’ambassadeur de Chine à l’ONU, Zhang Jun.

La Russie, pour sa part, a mis en garde contre l’exemple de Washington sur le durcissement des sanctions.

L’envoyée russe adjointe auprès de l’ONU, Anna Evstigneeva, a déclaré que Moscou estimait que cela « dépasserait le cadre de l’arrêt du financement » des programmes de missiles et nucléaires de la RPDC et « menacerait les citoyens nord-coréens de problèmes socio-économiques et humanitaires inacceptables ».

En 2018, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a officialisé un moratoire sur les essais nucléaires et les lancements de missiles balistiques à longue portée, déclarant que ses objectifs avaient été atteints et proclamant que son pays était un État entièrement nucléaire.

Il a néanmoins personnellement supervisé le lancement de jeudi, qui, selon le média d’État KCNA, visait à s’assurer que le pays était prêt pour une « confrontation de longue date » avec les États-Unis.

Le G7 et l’UE ont condamné vendredi ce qu’ils ont qualifié de « violation flagrante » par la Corée du Nord de ses obligations au titre des résolutions du Conseil de sécurité.