21/09/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Des roquettes visent les troupes américaines alors que les principaux diplomates quittent Kaboul

taliban

(Reuters) – Les défenses antimissiles américaines ont intercepté lundi des roquettes tirées sur l’aéroport de Kaboul alors que les États-Unis faisaient quitter l’Afghanistan à leurs principaux diplomates dans les dernières heures de leur retrait chaotique.

Les dernières troupes américaines doivent quitter Kaboul d’ici mardi après la plus grande évacuation aérienne de l’histoire. Les États-Unis et leurs alliés ont envoyé par avion 122 000 personnes, dont leurs propres citoyens et des Afghans qui les ont aidés pendant 20 ans de guerre.

Deux responsables américains ont déclaré que le personnel diplomatique “de base” faisait partie des 6 000 Américains à être partis. Ils n’ont pas dit si cela comprenait l’envoyé principal Ross Wilson, qui devrait être parmi les derniers civils à partir.

Un responsable américain a déclaré que les premiers rapports n’indiquaient aucune victime américaine due aux cinq missiles tirés sur l’aéroport. L’État islamique – ennemis à la fois de l’Occident et des talibans – a revendiqué les attaques à la roquette.

Un attentat suicide de l’État islamique devant les portes grouillantes de l’aéroport jeudi a tué des dizaines d’Afghans et 13 soldats américains.

Ces derniers jours, Washington a mis en garde contre de nouvelles attaques, tout en menant deux frappes aériennes. Il a déclaré que les deux avaient touché des cibles de l’État islamique, l’une ayant déjoué une tentative d’attentat suicide à Kaboul dimanche en détruisant une voiture remplie d’explosifs, mais qui, selon les Afghans, avait touché des civils.

La date limite de départ des troupes de mardi a été fixée par le président américain Joe Biden, conformément à un accord conclu avec les talibans par son prédécesseur Donald Trump pour mettre fin à la plus longue guerre des États-Unis.

Mais n’ayant pas anticipé que les talibans conquieraient si rapidement le pays, Washington et ses alliés de l’OTAN ont été contraints à une sortie précipitée. Ils laisseront derrière eux des milliers d’Afghans qui ont aidé les pays occidentaux et qui auraient pu se qualifier pour l’évacuation.

Les talibans, des militants islamistes qui ont procédé à des exécutions publiques et interdit aux filles et aux femmes d’aller à l’école ou de travailler lorsqu’ils étaient au pouvoir il y a 20 ans, ont déclaré qu’ils protégeraient les droits et ne poursuivraient pas les vendettas. Ils disent qu’une fois les Américains partis, le pays sera en paix pour la première fois depuis plus de 40 ans.

Mais d’innombrables Afghans, surtout dans les villes, craignent pour leur avenir. Et les Nations Unies affirment que le pays tout entier est désormais confronté à une grave crise humanitaire, coupé de l’aide étrangère au milieu d’une sécheresse, de déplacements massifs et de COVID-19.

« L’effort d’évacuation a sans aucun doute sauvé des dizaines de milliers de vies, et ces efforts sont louables », a déclaré le chef de l’ONU pour les réfugiés Filippo Grandi.

“Mais lorsque le pont aérien et la frénésie médiatique seront terminés, l’écrasante majorité des Afghans, quelque 39 millions, resteront à l’intérieur de l’Afghanistan. Ils ont besoin de nous – gouvernements, humanitaires, citoyens ordinaires – pour rester avec eux et maintenir le cap.”