28/11/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

La Russie et l’Occident s’affrontent sur la présence militaire russe en République Centrafrique

Centrafrique diamant

NATIONS UNIES (AP) – Le Conseil de sécurité de l’ONU a prolongé le mandat de la force de maintien de la paix de l’ONU en République centrafricaine lors d’une réunion vendredi qui a vu la Russie et l’Occident s’affronter au sujet de la présence militaire de la Russie dans ce pays en proie au conflit.

Le vote sur la résolution rédigée par la France était de 13-0, avec l’abstention de la Russie et de la Chine. Il maintient un plafond de 14 400 militaires et de 3 020 policiers internationaux dans la mission de l’ONU connue sous le nom de MINUSCA jusqu’au 15 novembre 2022.

La République centrafricaine, riche en minéraux mais appauvrie, est confrontée à des combats intercommunautaires meurtriers depuis 2013, lorsque les rebelles à majorité musulmane de la Séléka ont pris le pouvoir et forcé le président de l’époque, François Bozizé, à quitter ses fonctions. Des milices majoritairement chrétiennes anti-Balaka ont ensuite riposté, ciblant également les civils dans les rues. Des milliers de personnes ont été tuées et la plupart des musulmans de la capitale ont fui dans la peur.

Un accord de paix entre le gouvernement et 14 groupes rebelles a été signé en février 2019, mais des violences ont éclaté après que la Cour constitutionnelle a rejeté la candidature de Bozizé à la présidentielle en décembre dernier. Touadera a remporté un second mandat avec 53% des voix, mais il continue de faire face à l’opposition d’une coalition rebelle liée à Bozizé.

Le Conseil de sécurité a salué l’annonce par Touadera d’un cessez-le-feu le 15 octobre et a exhorté toutes les parties au conflit à le respecter. Les membres du Conseil ont encouragé le président et son gouvernement à rechercher une paix et une stabilité durables à travers « un processus politique et de paix global et revigoré », y compris un dialogue national et la mise en œuvre de l’accord de cessez-le-feu.

Mais la forte défense par Touadera de sa décision de demander aux instructeurs russes et aux forces rwandaises d’aider à contrer les rebelles menaçant le gouvernement lors d’une réunion du Conseil de sécurité le mois dernier, a suscité une forte opposition occidentale – et cette opposition et cet affrontement avec la Russie se sont répétés vendredi.

Le vice-ambassadeur américain Richard Mills a fermement soutenu l’extension de la MINUSCA et son travail, y compris la protection des civils et le soutien à la Commission spéciale d’enquête du gouvernement pour enquêter sur les abus et les violations des droits humains.

Mais il a exprimé sa déception que la résolution soit « silencieuse » au sujet des « individus soutenus par la Fédération de Russie et invités dans le pays par le gouvernement de la RCA (qui) sont accusés d’avoir commis des violations flagrantes des droits humains et des violations du droit international humanitaire, y compris celles impliquant des violences sexuelles. , les exécutions sommaires, la torture et les vols à main armée.

Il a souligné de nombreux rapports de l’ONU, de journalistes d’investigation et du gouvernement centrafricain lui-même concluant « que les acteurs soutenus par la Russie ont commis des crimes au cours d’opérations de combat ».

Mills a déclaré que l’utilisation de l’expression « toutes les parties au conflit » dans la résolution, du point de vue américain, « inclut ces entrepreneurs russes ».

L’ambassadeur de France à l’ONU Nicolas De Rivière a déclaré aux journalistes après le vote du conseil que la résolution permettra à la MINUSCA de soutenir le cessez-le-feu et « accorde une plus grande importance à l’accès humanitaire et au respect des droits de l’homme, car les violations ont augmenté de manière alarmante depuis la crise de l’hiver dernier, notamment par des mercenaires.

Il a réitéré que la présence du groupe Wagner, une société militaire russe privée qui aurait des liens étroits avec le Kremlin, est « profondément déstabilisante ». Sa présence « est un facteur de guerre, pas un facteur de paix », a-t-il déclaré, et les preuves s’accumulent d’abus commis par Wagner, notamment des arrestations et exécutions extrajudiciaires, des violences sexuelles et sexistes, des menaces contre les défenseurs des droits humains et des entraves à l’action humanitaire. accès.

Touadera n’a jamais mentionné les mercenaires ou Wagner lorsqu’il s’est adressé au Conseil de sécurité le mois dernier, ni l’ambassadeur adjoint de la Russie à l’ONU, Anna Evstigneeva – et elle n’a pas non plus mentionné les mercenaires ou Wagner vendredi.

Elle a déclaré que la Russie s’était abstenue parce que la résolution n’incluait pas les points recherchés par le gouvernement centrafricain. Mais elle a salué le renouvellement de la MINUSCA et l’annonce du cessez-le-feu de Touadera et sa volonté d’aller de l’avant avec la paix et la réconciliation.

Evstigneeva a rejeté les « accusations flagrantes » de certains membres du conseil contre des « spécialistes russes » travaillant en RCA, affirmant qu’ils augmentaient avec succès la formation des soldats du pays à l’invitation du gouvernement.

« La situation dans le pays s’est dans une large mesure stabilisée », a-t-elle déclaré, ajoutant que les autorités centrafricaines devraient enquêter sur toute violation.

Evstigneeva a également vivement critiqué les soldats de la paix de l’ONU qui ont été accusés d’abus sexuels, y compris contre des enfants, et de trafic des ressources de la RCA, plus récemment prétendument de contrebande de diamants vers l’Europe.

La police portugaise a perquisitionné lundi des installations militaires et des maisons à travers le pays à la suite d’une information selon laquelle les troupes portugaises servant avec la MINUSCA ont introduit en contrebande des diamants, de la drogue et de l’or en Europe à bord d’avions cargo militaires.

Mills, l’envoyé américain, a déclaré que les États-Unis étaient déçus que la résolution ne fasse aucune mention d’un incident du 1er novembre au cours duquel 10 soldats de la paix de l’ONU non armés récemment arrivés d’Égypte ont été blessés lorsque la garde présidentielle aurait ouvert le feu. Une femme a été heurtée et tuée par un véhicule de l’ONU qui fuyait les lieux.

« Nous exhortons les autorités centrafricaines à mener une enquête transparente et crédible, à demander des comptes aux responsables et à lutter contre la désinformation concernant cet incident », a déclaré Mill. « Nous soulignons que cet incident met en évidence le besoin urgent d’instaurer la confiance et d’améliorer la coordination opérationnelle et tactique. La désinformation doit cesser ».

La Russe Evstigneeva a déclaré qu’il y avait de nombreuses questions concernant les troupes égyptiennes et a appelé à une enquête sur les « erreurs », elle a affirmé que « la direction de la MINUSCA est autorisée à transférer des personnes ».

« Nous notons que le contexte négatif constant entourant la MINUSCA entrave le Conseil de sécurité et sape la confiance dans l’ONU elle-même », a-t-elle déclaré. « Bien que l’adoption de cette résolution soit un gage de confiance dans la mission, malheureusement, à ce jour, nous ne pouvons pas qualifier son travail de compétent, et nous allons surveiller attentivement la situation. »