20/09/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Tunisie : Vers la nomination du premier ministre et des intellectuels rejettent le “coup de force” de Kais Saied

Kaîs Saïd

Les intellectuels et militants tunisiens ont exprimé dans un appel ouvert leur rejet des décisions prises par le président Kais Saied depuis qu’il a annoncé le gel du parlement et la destitution du gouvernement la semaine dernière, et ont considéré cela comme un “coup contre la constitution”, au moment où la rue attend l’annonce du nouveau premier ministre, coïncidant avec le limogeage du président et de deux ministres et sa promesse à nouveau de rendre des comptes aux corrompus.

Un certain nombre d’intellectuels, d’universitaires, d’activistes civils et d’hommes politiques tunisiens ont lancé un appel à l’opinion publique nationale et internationale, exprimant leur rejet catégorique de ce qu’ils ont qualifié de « coup d’État contre la constitution », et ont appelé le président à mettre fin à « l’arbitraire et mesures exceptionnelles”, a-t-il annoncé, retour à la légitimité constitutionnelle et reprise du parlement. 

Les auteurs de la déclaration ont indiqué que l’article 80 de la Constitution n’autorise pas le Président de la République à prendre les mesures susmentionnées, et ils ont également exprimé leur profonde crainte des atteintes successives aux libertés individuelles, aux droits de l’homme et à la liberté des médias.

Parmi les signataires les plus importants de la déclaration figurent Mahdi Al-Mabrouk, l’ancien ministre de la Culture, et le dirigeant syndical, Abd al-Salam al-Kikli.

Le président tunisien affirme que ses mesures exceptionnelles s’appuient sur l’article 80 de la constitution, et visent à sauver l’Etat tunisien, face aux protestations populaires contre les crises politiques, économiques et sanitaires (la pandémie du Coronavirus).

Cependant, la plupart des partis tunisiens ont rejeté ces mesures, et certains les ont considérées comme un “coup contre la constitution”, tandis que d’autres les ont soutenus et les ont vues comme une correction du cours.

chef du gouvernement économique
En revanche, le député du Mouvement populaire, Heikal Al-Makki, a laissé entendre que le nom du premier ministre attendu serait annoncé dans les prochaines heures, au plus tard en fin de journée, mardi.

Des sources bien informées ont également suggéré que le président désignerait une personnalité économique à la tête du gouvernement, compte tenu de la grave crise économique à laquelle le pays est confronté.

Les noms du gouverneur de la Banque centrale Marwan Abbasi et de l’ancien ministre des Finances Nizar Yaish circulent en Tunisie, et la présidence tunisienne n’a émis aucun commentaire sur ce qui est diffusé jusqu’à présent.

Parallèlement, la présidence tunisienne a annoncé l’exemption de leurs fonctions du ministre des Finances Ali Al-Kaali et du ministre des Technologies de la communication Muhammad Al-Fadil Karim et a nommé Siham Al-Boughdiri et Nizar Bennaji à la tête des deux ministères.

Dans ses dernières déclarations, le président tunisien a déclaré qu’il s’en tiendrait au pacte jusqu’à ce que les demandes du peuple soient satisfaites, ajoutant : “Nous affirmons la responsabilité de tous ceux qui ont volé l’argent du peuple”.

Dans le cadre du suivi judiciaire, le tribunal militaire de Tunisie a décidé hier, lundi, d’annuler un mandat d’arrêt contre un avocat et 4 parlementaires de la “Coalition Dignité”, en attendant l’aboutissement des procédures judiciaires à leur encontre.

Le premier juge d’instruction du Tribunal militaire permanent de Tunis a émis un mandat d’arrêt contre la perquisition judiciaire de l’avocat Al-Mahdi Zagrouba, et des adjoints : Seif El-Din Makhlouf, Nidal Al-Saudi, Abdel-Latif Al-Alawi et Muhammad Al-Afas, en attendant l’achèvement du reste des procédures judiciaires à leur encontre.

Des sources de l’Autorité nationale des avocats tunisiens ont déclaré à Al Jazeera que d’importantes forces de sécurité assiégeaient le tribunal de première instance de la capitale, ainsi que le déploiement de forces à l’intérieur pour arrêter l’avocat Mahdi Zagrouba.

L’avocat tunisien Mahdi Zagrouba proteste au siège du Décanat des avocats tunisiens, refusant de le renvoyer devant la justice militaire dans ce qu’on appelle l’affaire de prise d’assaut de l’aéroport, exigeant qu’il comparaisse devant une enquête judiciaire et non militaire.

Plusieurs avocats tunisiens ont confirmé la présence de membres des forces de sécurité à proximité du tribunal, où se trouve le doyen des avocats, dans le but d’arrêter l’avocat Zagrouba.