21/09/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Tunisie : Al Jazeera dénonce la prise d’assaut de ses bureaux à tunis et l’expulsion forcée de ses journalistes

bureau al jazeera Tunis

La chaîne qatarie Al Jazeera a condamné le raid effectué d’aujourd’hui par les forces de sécurité tunisiennes sur le bureau d’Al Jazeera à Tunis. Ce qui a contraint tous les journalistes du bureau à quitter les lieux, et a considéré le raid comme une atteinte à la liberté de la presse.

Plus de 10 agents de sécurité ont pris d’assaut le bureau d’Al Jazeera à Tunis sans ordonnance du tribunal, ont confisqué les clés du bureau et ont empêché les journalistes de revenir récupérer leurs effets personnels. Les forces de sécurité n’ont pas expliqué les raisons de l’assaut du bureau, affirmant seulement qu’elles avaient agi “conformément aux instructions”.

Al Jazeera considère le comportement des autorités tunisiennes comme une escalade de l’inquiétude et craint qu’il ne représente un obstacle à une couverture professionnelle et objective de l’actualité du pays.

Le réseau appelle les autorités tunisiennes à permettre à ses journalistes de travailler sans entrave, car ils devraient être autorisés à exercer leur profession sans crainte ni intimidation, et salue la solidarité des institutions de défense des droits humains et des médias pour leur condamnation de ces actions contre Al Jazeera. bureau en Tunisie.

Dans un monde où les médias sont confrontés à des menaces croissantes, le réseau Al Jazeera considère la prise d’assaut de son bureau comme une atteinte à la liberté générale de la presse.

Le correspondant d’Al-Jazeera en Tunisie a déclaré que les forces de sécurité qui ont pris d’assaut le bureau d’Al-Jazeera ont demandé au personnel du bureau d’éteindre les téléphones et les ordinateurs et de “couper les connexions électriques sans raison”.


Le Syndicat des journalistes tunisiens a condamné “fermement” la prise d’assaut du siège d’Al-Jazeera et “la perturbation de la liberté du travail des journalistes en violation des lois” et a tenu le président Kais Saied pour responsable de la protection de la presse. Elle a déclaré que les correspondants d’Al Jazeera ont remarqué des interférences avec leurs communications au cours de leur travail.

Le Syndicat a appelé le Président du pays à intervenir d’urgence et immédiatement pour assurer le travail de la liberté de la presse, et pour remédier à toutes les procédures illégales conformément aux dispositions de la Constitution. Le Syndicat a demandé au Président Saeed de clarifier la vision des mesures exceptionnelles, et d’élaborer une feuille de route avec la participation de tous, exprimant sa préoccupation face à la menace qui pèse sur la liberté d’expression et les médias.

Dans le même contexte, l’ONU a déclaré qu’elle espère que les journalistes en Tunisie, y compris les journalistes d’Al Jazeera, pourront exercer leur travail sans harcèlement, exprimant leur inquiétude face aux informations faisant état d’intrusions sécuritaires dans le bureau d’Al Jazeera en Tunisie. Farhan Haq, Le porte-parole adjoint du secrétaire général de l’ONU, a ajouté que l’ONU veut « garantir le respect de la liberté de la presse au vu de la situation actuelle en Tunisie ».

De son côté, le Comité international pour la protection des journalistes a déclaré que la prise d’assaut du bureau d’Al Jazeera met en péril la position de leader de la Tunisie dans le domaine de la liberté de la presse, appelant les autorités tunisiennes à autoriser immédiatement et sans condition le bureau d’Al Jazeera à opérer librement. participation à des conflits politiques. “Nous condamnons fermement la prise d’assaut du bureau d’Al Jazeera en Tunisie, et nous exigeons le respect de la presse et des libertés”, a déclaré le Syndicat des journalistes norvégiens.

Il est à noter que le président tunisien a annoncé – hier soir, dimanche – le gel des pouvoirs du Parlement, la levée de l’immunité de ses députés et la destitution du Premier ministre, Hisham Al-Mashishi.