21/09/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Poutine rencontre Assad et s’en prend aux forces américaines et turques en Syrie

POutine

MOSCOU (Reuters) – Le président Vladimir Poutine a reçu lundi le dirigeant syrien Bachar al-Assad à Moscou pour la première fois depuis 2015 et a critiqué les forces étrangères qui se trouvent en Syrie sans mandat de l’ONU, a déclaré le Kremlin, dans une réprimande des États-Unis et Turquie.

Allié le plus puissant d’Assad dans le conflit syrien qui dure depuis une décennie, Poutine a reçu pour la dernière fois le dirigeant syrien en Russie en 2018 dans sa résidence d’été dans la station balnéaire de Sotchi sur la mer Noire.

L’armée de l’air russe a joué un rôle essentiel dans le renversement du conflit syrien en faveur d’Assad après son déploiement en 2015, l’aidant à récupérer la plupart des territoires perdus par les insurgés.

Cependant, des parties importantes de la Syrie restent hors du contrôle de l’État, avec des forces turques déployées dans une grande partie du nord et du nord-ouest – le dernier bastion majeur des rebelles anti-Assad – et des forces américaines dans l’est et le nord-est contrôlés par les Kurdes.

Assad, qui a également été soutenu par l’Iran pendant le conflit, a effectué peu de voyages à l’étranger depuis le début de la guerre en 2011.

Poutine a déclaré à Assad que les forces étrangères en Syrie sans décision de l’ONU étaient un obstacle à sa consolidation, a déclaré le Kremlin. Poutine l’a également félicité pour avoir remporté un quatrième mandat lors d’une élection présidentielle en mai.

“Les terroristes ont subi des dommages très graves, et le gouvernement syrien, dirigé par vous, contrôle 90 % des territoires”, a déclaré Poutine, selon un communiqué du Kremlin.

Le Kremlin a déclaré qu’Assad avait remercié le dirigeant russe pour l’aide humanitaire à la Syrie et pour ses efforts visant à stopper la “propagation du terrorisme”.

Il a salué ce qu’il a appelé le succès des armées russe et syrienne dans la “libération des territoires occupés” de la Syrie.

Assad a également qualifié les sanctions « antihumaines » et « illégitimes » imposées par certains pays à la Syrie.

Les États-Unis ont renforcé les sanctions contre la Syrie l’année dernière, affirmant qu’elles visaient à forcer Assad à arrêter la guerre et à accepter une solution politique.

L’agence de presse d’Etat syrienne SANA a déclaré que les deux dirigeants avaient discuté de la coopération entre les armées syrienne et russe dans “la lutte contre le terrorisme et l’achèvement de la libération de la terre qui est toujours sous le contrôle d’organisations terroristes”.