15/04/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

OMS : L’épidémie d’Ebola en Ouganda « évolue rapidement » après 1 mois

carte Ebola

KAMPALA, Ouganda (AP) – L’épidémie d’Ebola en Ouganda « évolue rapidement » un mois après que la maladie a été signalée dans ce pays d’Afrique de l’Est, a déclaré jeudi un haut responsable de l’Organisation mondiale de la santé, décrivant une situation difficile pour les agents de santé.

« Le ministère de la Santé de l’Ouganda a fait preuve d’une résilience et d’une efficacité remarquables et (est) en train d’affiner constamment une réponse à une situation difficile », a déclaré aux journalistes le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l’agence de santé des Nations Unies pour l’Afrique. « Une meilleure compréhension des chaînes de transmission aide ceux qui sont sur le terrain à réagir plus efficacement. »

L’Ouganda a déclaré une épidémie d’Ebola le 20 septembre, plusieurs jours après que la maladie contagieuse a commencé à se propager dans une communauté agricole rurale. Ebola a depuis infecté 64 personnes et en a tué 24, bien que les chiffres officiels n’incluent pas les personnes qui sont probablement mortes d’Ebola avant la confirmation de l’épidémie.

Au moins trois des patients confirmés ont voyagé du point chaud du virus dans le centre de l’Ouganda vers la capitale, Kampala, à environ 150 kilomètres (93 miles), selon Moeti. La crainte qu’Ebola ne se propage loin de l’épicentre de l’épidémie a poussé les autorités à imposer un confinement , y compris des couvre-feux nocturnes, à deux des cinq districts signalant des cas d’Ebola.

« Les chiffres d’Ebola que nous constatons présentent un risque de propagation dans le pays et ses voisins », a déclaré jeudi le Dr Ahmed Ogwell, directeur par intérim des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies.

Bien que le risque de contamination transfrontalière soit là, « c’est un risque gérable », a déclaré Ogwell, ajoutant que l’épidémie ne nécessite pas encore de passer en ce qu’il a appelé « le mode d’urgence complet ».

Il n’existe aucun vaccin éprouvé contre la souche soudanaise d’Ebola qui circule en Ouganda. Un responsable de l’OMS en Ouganda a déclaré mercredi à l’AP que des plans sont en cours pour déployer deux vaccins expérimentaux dans une étude ciblant les agents de santé et les contacts des patients atteints d’Ebola.

Les responsables ougandais ont documenté plus de 1 800 contacts Ebola, dont 747 ont effectué 21 jours de surveillance pour détecter d’éventuels signes de la maladie qui se manifeste par une fièvre hémorragique virale, a déclaré Ogwell.

Ebola se transmet par contact avec les fluides corporels d’une personne infectée ou des matériaux contaminés. Les symptômes comprennent de la fièvre, des vomissements, de la diarrhée, des douleurs musculaires et, parfois, des saignements internes et externes.

Les scientifiques ne connaissent pas le réservoir naturel d’Ebola, mais ils soupçonnent que la première personne infectée lors d’une épidémie a contracté le virus par contact avec un animal infecté ou en mangeant sa viande crue. Les autorités ougandaises enquêtent toujours sur la source de l’épidémie actuelle.

L’Ouganda a connu plusieurs épidémies d’Ebola, dont une en 2000 qui a tué plus de 200 personnes. L’épidémie d’Ebola de 2014-16 en Afrique de l’Ouest a tué plus de 11 000 personnes, le plus grand nombre de morts de la maladie.

Ebola a été découvert en 1976 lors de deux épidémies simultanées au Soudan du Sud et au Congo, où il s’est produit dans un village près de la rivière Ebola, d’où le nom de la maladie.