01/07/2022

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Macron et Le Pen se préparent pour le sprint final de la campagne présidentielle française

Marine Lepen Macron

Les deux prétendants restants à la course présidentielle française reviennent dans la mêlée lundi après une brève pause de Pâques dans la campagne et avant leur débat télévisé à enjeux élevés mercredi.

Le président Emmanuel Macron et la challenger d’extrême droite Marine Le Pen ont tous deux des horaires relativement doux lundi, se préparant jusqu’au face-à-face télévisé de mercredi, qui pourrait s’avérer être la clé de la campagne.

En 2017, lorsque les deux hommes se sont affrontés à ce stade de la campagne, il était clair que Macron s’imposait comme le candidat le plus convaincant. Il remporte confortablement les élections quelques jours plus tard.

Cette fois cependant, Le Pen insiste sur le fait qu’elle est mieux préparée. « Dans ma tête, je suis prête à exercer le pouvoir », a-t-elle déclaré dimanche soir à la télévision TF1.

Macron s’est montré tout aussi confiant dans ses propos à TF1. Le titulaire porte en effet le poids des critiques accumulées au cours de ses cinq années à la barre, notamment auprès des moins nantis.

« Je pense que j’ai un plan gagnant qui mérite d’être connu et j’ai le sentiment que du côté de l’extrême droite, il y a un plan qui mérite d’être précisé », a-t-il déclaré.

Arrivée proche prévue
Les derniers sondages d’opinion suggèrent que Macron a l’avantage avant le second tour du 24 avril , lui donnant des scores compris entre 53 et 55,5 % contre 44,5 à 47 % pour Le Pen .

Le Pen reconnaît que le débat télévisé sera décisif.

« J’ai lu tellement de bêtises sur mes projets ces derniers jours, tellement de caricatures – voire de fake news – qu’il est extrêmement important que je puisse avoir un moment avec tous les Français qui sont intéressés… afin de pouvoir rassurer tout le monde », a-t-elle déclaré samedi.

Pourquoi le pouvoir de dépenser est la clé pour gagner l’élection présidentielle française

Le Pen a pris soin de souligner ses plans pour lutter contre la hausse du coût de la vie plutôt que ses sujets habituels d’immigration et d’islam.

Dimanche, son équipe a tenu à minimiser son projet d’interdiction du foulard islamique dans les lieux publics, qui, selon elle, sera puni d’amendes par la police. Ce n’était plus sa priorité dans la lutte contre l’extrémisme, ont-ils déclaré.

Mission de convaincre
L’équipe électorale de Le Pen a également riposté à un rapport selon lequel l’organe anti-corruption de l’Union européenne l’avait accusée, ainsi que ses collègues seniors, d’avoir détourné plus de 600 000 euros de financement de l’UE pendant leur mandat de députés européens.

Son avocat, Rodolphe Bosselut, a fait part de ses soupçons quant au moment de la diffusion de l’histoire, d’abord révélée par le site d’investigation Mediapart samedi.

Lundi, Le Pen se rendra en Normandie dans le nord de la France pour ce qu’elle appelle sa « mission de convaincre », avant de se retirer de la campagne pour préparer le débat.

Les politiques : ce que défendent les candidats du second tour, Le Pen et Macron

Pendant ce temps, Macron a prévu des interviews à la radio et à la télévision et un rassemblement plus tard dans la semaine.

Une série d’hommes politiques de premier plan de gauche et de droite ont apporté leur soutien à Macron.

Cependant, les résultats d’un sondage réalisé par Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la gauche radicale arrivé en troisième position au premier tour, donneront matière à réflexion à Macron.

Mélenchon a recueilli 7,7 millions de voix au premier tour : près de 22 % du total. Sur 215 292 partisans interrogés, seul un tiers a déclaré avoir l’intention de voter pour Macron au second tour.