03/03/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

L’Organisation de la coopération islamique réfléchit à des propositions pour faire face à l’incendie du Coran lors d’une réunion d’urgence

Suede

BEYROUTH (AP) – Le ministre irakien des Affaires étrangères a appelé lundi l’Organisation pour la coopération islamique à former un comité de pourparlers avec l’Union européenne sur ses pays membres autorisant la profanation du Coran et à recruter des volontaires pour intenter des poursuites pour mettre fin à cette pratique.

Le ministre des Affaires étrangères Fouad Hussein a également appelé les Nations unies à « prendre des mesures pour prévenir ces incidents ».

Hussein a fait sa déclaration lors d’une réunion d’urgence en ligne des ministres des Affaires étrangères de l’organisation basée à Djeddah pour discuter des incidents récents au cours desquels le livre sacré islamique a été brûlé ou autrement dégradé lors de manifestations officiellement autorisées en Suède et au Danemark.

L’organisme n’a rendu aucune décision ou déclaration officielle après la réunion de lundi.

Avant la réunion, deux hommes qui avaient auparavant brûlé une copie du Coran en Suède l’ont fait une fois de plus, devant une foule de quelques dizaines de spectateurs et une vingtaine de contre-manifestants.

Tant en Suède qu’au Danemark, il n’y a pas de loi contre le blasphème et la liberté d’expression est généralement tenue en haute estime.

Mais alors que les récents incendies du Coran ont déclenché des manifestations de colère et des réactions diplomatiques dans les pays musulmans, les responsables des pays scandinaves ont commencé à se demander s’il devrait y avoir des freins à la défiguration publique des livres saints ou d’autres symboles religieux.

Le ministre danois des Affaires étrangères, Lars Løkke Rasmussen, a déclaré dimanche dans une interview accordée à la chaîne de télévision publique danoise DR que le gouvernement cherchait un « outil juridique » pour interdire de tels actes incendiaires sans compromettre la liberté d’expression.

En Suède, le Premier ministre Ulf Kristersson a déclaré dimanche sur Instagram que son gouvernement analysait la situation juridique concernant la profanation du Coran et d’autres livres saints, compte tenu de l’animosité que de tels actes suscitent contre la Suède.

Avant la réunion de lundi, l’OCI avait déjà suspendu le statut d’envoyé spécial de la Suède sur les incendies du Coran.

Le ministre suédois des Affaires étrangères, Tobias Billström, a déclaré dans un communiqué qu’il s’était entretenu ces derniers jours avec ses homologues des pays de l’OCI pour expliquer comment fonctionne la liberté d’expression en Suède et que la police prend des décisions indépendantes sur les demandes de protestation. Il a ajouté que « le gouvernement est très clair dans sa distance vis-à-vis des actes islamophobes commis par des individus lors de manifestations en Suède ».

Le ministre danois des Affaires étrangères a déclaré que son « gouvernement a condamné et dénoncé l’insulte » au Coran et « qu’il étudie cette question avec un grand intérêt ».