03/03/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Israël détient plus de 1 200 détenus sans inculpation. C’est le maximum en 3 décennies, selon un groupe de défense des droits

PALESTINE

JERUSALEM (AP) – Israël détient plus de 1 200 détenus – presque tous des Palestiniens – sans inculpation ni procès, le nombre le plus élevé depuis plus de trois décennies, a déclaré mardi un groupe israélien de défense des droits de l’homme.

Les détenus, dont 99 % sont des Palestiniens, sont détenus en vertu de la politique israélienne de « détention administrative », sans procès et sous des allégations que les autorités israéliennes gardent secrètes.

Les détentions peuvent aller de quelques mois à plusieurs années – et les autorités les prolongent souvent pour des raisons inconnues, selon Jessica Montell, directrice exécutive de Hamoked, le groupe de défense des droits qui a publié les chiffres.

Hamoked a déclaré que cela rend presque impossible pour les détenus ou leurs avocats de monter une défense appropriée.

« Le chiffre global est scandaleux », a déclaré Montell. « C’est une pratique manifestement illégale. Ces personnes devraient bénéficier d’un procès équitable ou être libérées.

Les autorités israéliennes peuvent renouveler indéfiniment les détentions administratives. Alors que les ordonnances de détention sont généralement fixées pour des périodes de trois ou six mois, Montell a déclaré que les détenus administratifs en Israël passent en moyenne un an en détention.

Israël affirme que la tactique controversée est nécessaire pour contenir les militants dangereux et éviter de divulguer des éléments incriminants pour des raisons de sécurité. Mais les Palestiniens et les groupes de défense des droits affirment que le système nie une procédure régulière et est largement abusé.

Le nombre de détenus administratifs a plus que doublé depuis le début de l’année dernière, quand Israël a commencé à organiser des raids d’arrestation quasi nocturnes dans les villes et villages palestiniens à la suite d’une série d’attaques palestiniennes. Un quart de tous les Palestiniens sous garde israélienne sont désormais des détenus administratifs, selon Hamoked.

La détention administrative est très rarement utilisée contre des Juifs ou des Israéliens, mais ce chiffre a également augmenté – 14 Israéliens étaient détenus en détention administrative en mars, a déclaré Montell. La plupart d’entre eux sont des citoyens palestiniens d’Israël. Mais plusieurs sont des Juifs soupçonnés de violence contre les Palestiniens lors des saccages en Cisjordanie .

Ni le service de sécurité israélien du Shin Bet ni l’armée n’ont immédiatement commenté les derniers chiffres de la détention administrative.

Israël affirme que ses activités dans les territoires occupés visent à éradiquer le militantisme et à contrecarrer de futures attaques. L’année et demie écoulée a vu certaines des pires effusions de sang dans la région depuis près de deux décennies. Plus de 160 Palestiniens ont été tués dans les combats cette année, selon un décompte de l’Associated Press.

Israël dit que la plupart des morts sont des militants. Mais beaucoup étaient des jeunes lanceurs de pierres qui protestaient contre les incursions ou des personnes non impliquées dans la violence. Au moins cinq d’entre eux avaient 14 ans ou moins.

Itamar Ben-Gvir, le ministre de la Sécurité nationale d’Israël, qui est lui-même un colon de Cisjordanie, a fait pression pour que des mesures sévères soient prises contre les prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes.

Lundi, le Club des prisonniers palestiniens et d’autres groupes de défense ont rapporté que Ben-Gvir avait mis fin à une politique permettant la libération anticipée des prisonniers palestiniens détenus pour des raisons de sécurité nationale.

Pendant des années, tous les détenus condamnés à moins de quatre ans avaient droit à une libération anticipée pour soulager la surpopulation carcérale du pays. Le service pénitentiaire israélien a confirmé qu’il respectait la renonciation de Ben-Gvir aux libérations anticipées à partir de mardi.

La Cisjordanie est sous domination militaire israélienne depuis qu’Israël a capturé le territoire lors de la guerre de 1967 au Moyen-Orient. Les Palestiniens veulent qu’elle forme l’essentiel de leur futur État.

Les près de 3 millions de résidents palestiniens du territoire sont soumis au système de justice militaire israélien, tandis que les quelque 500 000 colons juifs qui vivent à côté d’eux ont la citoyenneté israélienne et sont soumis à des tribunaux civils.

De telles disparités ont alimenté les allégations des groupes de défense des droits de l’homme selon lesquelles la politique israélienne envers les Palestiniens équivaut à l’apartheid.