20/04/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Plus de 29 000 Palestiniens ont été tués dans la guerre entre Israël et le Hamas, selon le ministère de la Santé de Gaza

GAZA

RAFAH, bande de Gaza (AP) — L’attaque israélienne à Gaza a tué plus de 29 000 Palestiniens depuis le 7 octobre, a déclaré lundi le ministère de la Santé du territoire, marquant une nouvelle étape sombre dans l’une des campagnes militaires les plus meurtrières et les plus destructrices de l’histoire récente.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est engagé à poursuivre l’offensive jusqu’à la « victoire totale » contre le Hamas après l’attaque des militants contre les communautés israéliennes le 7 octobre. Lui et l’armée ont déclaré que les troupes allaient bientôt se déplacer vers la ville la plus méridionale de Rafah , à la frontière égyptienne, où plus de la moitié des 2,3 millions d’habitants de Gaza ont cherché refuge pour fuir les combats ailleurs.

Les États-Unis, principal allié d’Israël, affirment qu’ils travaillent toujours avec les médiateurs égyptiens et qatariens pour tenter de négocier un autre accord de cessez-le-feu et de libération des otages. Mais ces efforts semblent être au point mort ces derniers jours , et Netanyahu a provoqué la colère du Qatar en l’appelant à faire pression sur le Hamas et en suggérant qu’il finance le groupe militant.

Le conflit a également donné lieu à des échanges de tirs quasi quotidiens entre Israël et le groupe militant du Hezbollah libanais, qui menacent fréquemment de s’intensifier.

Les avions de combat israéliens ont mené lundi au moins deux frappes près de la ville portuaire de Sidon, dans le sud du pays, dans l’une des plus grandes attaques près d’une grande ville, blessant 14 personnes, ont indiqué les médias officiels libanais. L’armée israélienne a déclaré avoir attaqué des dépôts d’armes du Hezbollah près de Sidon en représailles à un drone qui a explosé dans un champ ouvert près de la ville de Tibériade, dans le nord d’Israël, plus tôt lundi.

À Gaza, le ministère de la Santé a déclaré que le nombre de morts s’élevait à 29 092 depuis le début de la guerre, dont environ deux tiers de femmes et d’enfants. Plus de 69 000 Palestiniens ont été blessés, submergeant les hôpitaux du territoire, dont moins de la moitié fonctionnent même partiellement. Le ministère ne fait pas de distinction entre civils et combattants dans son décompte.

La guerre a commencé lorsque des militants dirigés par le Hamas ont fait irruption dans le sud d’Israël depuis Gaza le 7 octobre, tuant quelque 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et prenant en otage environ 250 hommes, femmes et enfants . Après une série d’échanges de Palestiniens emprisonnés par Israël en novembre, environ 130 restent captifs, dont un quart serait mort.

L’armée israélienne a publié lundi une vidéo montrant ce qui serait le plus jeune otage, son frère et sa mère, conduits dans les rues de la ville de Khan Younis, au sud de Gaza, peu après leur enlèvement le 7 octobre.

La vidéo prouve que Shiri Bibas et ses deux jeunes garçons, Ariel, 4 ans, et Kfir, alors âgé de 9 mois, ont survécu à l’enlèvement initial. Les garçons sont les seuls enfants à rester en captivité, avec leur mère.

Le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole en chef de l’armée, a déclaré que l’armée était « très préoccupée » par le bien-être de la famille. Il a déclaré que l’armée avait trouvé les vidéos des caméras de sécurité saisies lors de son offensive à Khan Younis.

La vidéo semble montrer Bibas, enveloppée dans une couverture, conduite à travers une rue sale par ses ravisseurs alors qu’elle porte Ariel. L’armée a déclaré qu’elle pensait que Kfir était dans un porte-bébé et qu’on ne pouvait pas le voir sous la couverture.

Le nourrisson aux cheveux roux et au sourire édenté est devenu un symbole dans tout Israël de l’impuissance et de la colère face aux otages toujours détenus à Gaza. Leur père, Yarden Bibas, est également toujours en captivité.

Dans un communiqué, la famille élargie Bibas a déclaré que les vidéos « nous déchirent le cœur ». Ils ont lancé un appel désespéré en faveur de négociations visant à libérer tous les otages. En janvier, la famille et des centaines de militants ont célébré le premier anniversaire de Kfir lors de ce que sa famille a appelé « la fête d’anniversaire la plus triste au monde ».

Alors que des milliers de Palestiniens sont détenus par Israël depuis le début de la guerre, un groupe israélien de défense des droits de l’homme a rapporté que les Palestiniens dans les prisons israéliennes sont confrontés à la violence quotidienne des gardiens, qui entrent dans les cellules et frappent les détenus avec des matraques, des coups de pied et des poings sans provocation. torture. Médecins pour les droits de l’homme – Israël a déclaré lundi dans un rapport que des détenus rapportaient que des gardes urinaient sur eux et les forçaient à embrasser le drapeau israélien et à se déshabiller. Les prisonniers sont également détenus dans des cellules surpeuplées et privés d’eau pendant de longues périodes, précise le communiqué.

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a exprimé son inquiétude concernant des centaines de femmes et de filles palestiniennes détenues en Israël. Il a indiqué qu’il existait des informations crédibles selon lesquelles au moins deux avaient été violées et d’autres « soumises à de multiples formes d’agression sexuelle », notamment avoir été déshabillées et fouillées par des policiers masculins et photographiées « dans des circonstances dégradantes ».

Israël affirme avoir tué plus de 10 000 militants palestiniens, mais n’a fourni aucune preuve de ce décompte. L’armée affirme qu’elle essaie d’éviter de blesser les civils et impute le nombre élevé de morts au Hamas, car le groupe militant combat dans des quartiers résidentiels denses. L’armée affirme que 236 de ses soldats ont été tués depuis le début de l’offensive terrestre fin octobre.

Dimanche, Benny Gantz, membre du cabinet de guerre de Netanyahu, composé de trois hommes, a averti que l’offensive s’étendrait à Rafah si les otages ne étaient pas libérés d’ici le début du mois sacré musulman du Ramadan, prévu vers le 10 mars.

Israël a déclaré qu’il élaborait des plans pour évacuer les civils de Rafah, mais il n’est pas clair où ils iraient dans le territoire dévasté, dont de grandes zones ont été rasées . L’Égypte a fermé la frontière et averti que tout afflux massif de Palestiniens pourrait menacer son traité de paix vieux de plusieurs décennies avec Israël .

La guerre a déjà chassé environ 80 % des Palestiniens de Gaza de leurs foyers et a laissé un quart de la population affamée , selon des responsables de l’ONU.

Les États-Unis affirment qu’ils continuent de faire pression en faveur d’une trêve et de la libération des otages, et qu’ils opposeraient leur veto à une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU appelant à un cessez-le-feu immédiat parce qu’elle serait en contradiction avec ces efforts.

Dans une interview avec Al-Jazeera, un haut responsable du Hamas, Khalil al-Haya, a réitéré les exigences du groupe concernant la libération des otages restants : la fin de l’assaut israélien, le retrait de ses troupes de Gaza et la libération de centaines de prisonniers palestiniens. , y compris de hauts militants. Il a également déclaré que la stabilité régionale dépend de la création d’un État palestinien pleinement souverain – sans toutefois préciser quelles devraient être ses frontières.

Netanyahu a rejeté les demandes de Hanas. Dans un discours devant les dirigeants juifs américains dimanche, il a déclaré que des pressions devraient être exercées sur le Qatar, qui a joué un rôle clé dans la médiation de l’accord de cessez-le-feu et de libération des otages de l’année dernière.

« Le Qatar peut faire pression sur le Hamas comme personne d’autre. Ils accueillent les dirigeants du Hamas, dont le Hamas dépend financièrement », a déclaré Netanyahu. « Je vous exhorte à faire pression sur le Qatar pour qu’il fasse pression sur le Hamas parce que nous voulons que nos otages soient libérés. »

Majed al-Ansari, porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar, a qualifié les propos de Netanyahu de « nouvelle tentative de bloquer et de prolonger la guerre pour des raisons devenues évidentes pour tout le monde », faisant allusion aux troubles politiques intérieurs du dirigeant israélien .

Le Qatar nie financer le Hamas et affirme que son aide à Gaza ces dernières années a été réalisée en pleine coordination avec Israël, les États-Unis et d’autres parties.

« Le Premier ministre israélien sait très bien que le Qatar s’est engagé dès le premier jour dans des efforts de médiation, mettant fin à la crise et libérant les otages », a déclaré al-Ansari.