26/10/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Il est presque certain que les dirigeants talibans afghans n’auront pas la parole lors de la réunion de l’ONU

onu

NATIONS UNIES (AP) – Il est presque certain que les dirigeants talibans afghans n’auront pas la parole lors de la réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies de cette année.

Les talibans ont contesté les pouvoirs de l’ambassadeur de l’ancien gouvernement afghan, qu’ils ont renversé le 15 août, et ont demandé à représenter le pays lors du débat général de haut niveau de l’Assemblée. Elle a commencé mardi et se termine lundi, avec le représentant de l’Afghanistan comme dernier orateur.

Le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, a déclaré qu’à partir de vendredi, l’ambassadeur afghan actuellement reconnu à l’ONU, Ghulam Isaczai, qui représente le gouvernement maintenant évincé de l’ancien président Ashraf Ghani, est répertorié comme parlant au nom du pays.

La principale raison est que le comité de l’Assemblée générale qui décide des défis liés aux pouvoirs ne s’est pas réuni et il est très peu probable qu’il se réunisse au cours du week-end.

La porte-parole de l’Assemblée, Monica Grayley, a déclaré mercredi que le comité de neuf membres se réunissait généralement en novembre et rendrait une décision « en temps voulu ».

Les talibans, qui ont envahi la majeure partie de l’Afghanistan le mois dernier alors que les forces américaines et de l’OTAN en étaient aux dernières étapes de leur retrait chaotique du pays après 20 ans, soutiennent qu’ils sont désormais en charge et ont le droit de nommer des ambassadeurs.

Dans une lettre adressée au secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, le nouveau ministre des Affaires étrangères des talibans, Ameer Khan Muttaqi, a déclaré que Ghani avait été « évincé » le 15 août et que les pays du monde « ne le reconnaissaient plus comme président ».

Par conséquent, a déclaré Muttaqi, Isaczai ne représente plus l’Afghanistan et les talibans nommaient un nouveau représentant permanent de l’ONU, Mohammad Suhail Shaheen. Il a été porte-parole des talibans lors des négociations de paix au Qatar.

« Nous avons toutes les conditions nécessaires à la reconnaissance d’un gouvernement », a déclaré Shaheen à l’Associated Press mercredi. « Nous espérons donc que l’ONU, en tant qu’organisme mondial neutre, reconnaîtra le gouvernement actuel de l’Afghanistan. »

Lorsque les talibans ont régné pour la dernière fois de 1996 à 2001, l’ONU a refusé de reconnaître leur gouvernement et a plutôt cédé le siège de l’Afghanistan à l’ancien gouvernement dominé par les seigneurs de la guerre du président Burhanuddin Rabbani, qui a été tué par un kamikaze en 2011. C’est le gouvernement de Rabbani qui a amené Oussama ben Laden, le cerveau du 11 septembre, en Afghanistan depuis le Soudan en 1996.

Les talibans ont déclaré qu’ils voulaient une reconnaissance internationale et une aide financière pour reconstruire le pays ravagé par la guerre. Mais la composition du nouveau gouvernement taliban pose un dilemme aux Nations Unies. Plusieurs des ministres par intérim, dont Muttaqi, figurent sur la soi-disant liste noire de l’ONU des terroristes internationaux et des bailleurs de fonds du terrorisme.

Les membres du comité de vérification des pouvoirs pourraient également utiliser la reconnaissance des talibans comme levier pour faire pression en faveur d’un gouvernement plus inclusif qui garantisse les droits humains, en particulier pour les filles qui n’avaient pas le droit d’aller à l’école pendant leur règne précédent et les femmes qui n’étaient pas en mesure de travailler.

Les membres du comité sont les États-Unis, la Russie, la Chine, les Bahamas, le Bhoutan, le Chili, la Namibie, la Sierra Leone et la Suède.

Un responsable du département d’État américain a déclaré plus tôt cette semaine que le comité « prendrait un certain temps pour délibérer ».

Il semble donc que les talibans vont devoir attendre, et Isaczai parlera d’un pays où le gouvernement qu’il représentait s’est enfui sans que son armée ne se batte.