15/04/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

L’Occident accuse la Russie d’utiliser le Conseil de l’ONU pour diffuser de la propagande

onu

NATIONS UNIES (AP) – Six pays occidentaux ont accusé la Russie d’utiliser le Conseil de sécurité de l’ONU pour blanchir la désinformation, diffuser de la propagande et justifier une attaque non provoquée contre l’Ukraine vendredi, et les États-Unis ont de nouveau averti que Moscou prétendait que les États-Unis avaient des laboratoires de guerre biologique en Ukraine « est vraiment un effort potentiel sous fausse bannière en action. »

La réunion était initialement destinée à un vote sur le projet de résolution de la Russie sur l’aide humanitaire à l’Ukraine, qui a été largement critiquée pour ne faire aucune mention de l’invasion de son voisin par Moscou. Mais la Russie a annulé le vote jeudi et a annoncé qu’elle utiliserait plutôt la réunion pour soulever ce qu’elle a appelé de nouvelles allégations d’implication des États-Unis dans des activités de guerre biologique. Ceux-ci ont été niés à plusieurs reprises par les États-Unis et l’Ukraine.

Les six nations occidentales – les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Albanie, l’Irlande et la Norvège – ont prononcé une déclaration commune juste avant la session disant : « Cette réunion et ces mensonges sont conçus dans un seul but, détourner la responsabilité de la guerre de choix de la Russie et la catastrophe humanitaire qu’elle a provoquée.

Ils ont déclaré que la Russie, et non l’Ukraine, maintient depuis longtemps un programme d’armes biologiques en violation du droit international et a une histoire bien documentée d’utilisation d’armes chimiques.

Et ils ont accusé la Russie d’avoir abusé de ses responsabilités et de ses privilèges en tant que membre permanent du Conseil de sécurité et de renverser le mandat du Conseil d’assurer la paix et la sécurité internationales, qualifiant sa « horrible campagne de violence contre le peuple ukrainien… profondément honteuse ».

L’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield, qui a lu la déclaration conjointe, a dit plus tard au Conseil de sécurité de ne pas oublier pourquoi ils se réunissaient – « parce que la Russie savait que son stratagème cynique pour adopter une résolution disculpatoire avait échoué » et elle a dû annuler le vote de vendredi.

La résolution aurait nécessité au moins neuf votes « oui » au sein du conseil de 15 membres et aucun veto d’un membre permanent pour être approuvée. L’ambassadeur russe à l’ONU, Vassily Nebenzia, a indiqué qu’il n’avait pas les votes, accusant jeudi l’Occident, et en particulier les États-Unis et l’Albanie, d’exercer une « pression sans précédent » sur les pays membres de l’ONU pour s’opposer à la mesure.

Vendredi, Thomas-Greenfield a réitéré ce qu’elle avait dit au Conseil lors d’une session du 11 mars convoquée par la Russie sur ses allégations initiales d’armes biologiques : « L’Ukraine n’a pas de programme d’armes biologiques. Il n’y a pas de laboratoires ukrainiens d’armes biologiques, ni près de la frontière russe, ni nulle part.

L’Ukraine ne dispose que d’installations de santé publique soutenues par les États-Unis, l’Organisation mondiale de la santé et d’autres gouvernements et institutions internationales, a-t-elle déclaré.

Réitérant l’inquiétude de l’administration Biden concernant un éventuel effort sous fausse bannière, Thomas-Greenfield a déclaré : « Nous continuons de croire qu’il est possible que la Russie envisage d’utiliser des agents chimiques ou biologiques contre le peuple ukrainien ».

Nebenzia a répondu en qualifiant de « vrai cynisme » les accusations selon lesquelles la Russie a l’intention de déployer des armes biologiques et chimiques contre l’Ukraine.

« Nous avons déjà mis en garde sur le fait que nous savons, et nous avons officiellement mis en garde (…) contre les nationalistes ukrainiens utilisant des agents chimiques dans certaines régions pour mener une provocation, puis accuser la Russie de l’avoir fait », a-t-il déclaré. « Il s’agit d’une opération sous fausse bannière. »

La semaine dernière, Nebenzia a déclaré que le ministère russe de la Défense avait des documents accusant l’Ukraine d’avoir au moins 30 laboratoires biologiques menant des « expériences biologiques très dangereuses » impliquant des agents pathogènes, et que le travail « est effectué, financé et supervisé par la Defense Threat Reduction Agency des États-Unis ». États. »

Il a fait circuler un document de 69 pages aux membres du conseil lors de la réunion de vendredi et a affirmé que le ministère de la Défense avait reçu de nouveaux détails au cours de la semaine dernière « qui nous permettent d’affirmer que les composants des armes biologiques étaient en cours de création sur le territoire de l’Ukraine » pour mettre en œuvre un accord américano-ukrainien de 2005.

« En termes simples, les autorités ukrainiennes ont donné carte blanche au Pentagone sur le territoire ukrainien pour y mener des expériences biologiques dangereuses », a affirmé Nebenzia.

L’Ukraine possède et exploite un réseau de laboratoires biologiques qui ont obtenu un financement et un soutien à la recherche des États-Unis. Ils font partie d’une initiative appelée Programme de réduction des menaces biologiques qui vise à réduire la probabilité d’épidémies mortelles, qu’elles soient naturelles ou d’origine humaine. Les efforts américains remontent aux années 1990 pour démanteler le programme d’armes de destruction massive de l’ex-Union soviétique.

« Les laboratoires ne sont pas secrets », a déclaré Filippa Lentzos, maître de conférences en sciences et sécurité internationale au King’s College de Londres, dans un e-mail à l’Associated Press la semaine dernière. « Ils ne sont pas utilisés en relation avec les armes biologiques. Tout cela est de la désinformation.

L’ambassadrice britannique à l’ONU Barbara Woodward, faisant référence à la réunion du 11 mars convoquée par la Russie, a déclaré vendredi : « C’était alors un non-sens, et c’est un non-sens maintenant ».

La chef du désarmement de l’ONU, Izumi Nakamitsu, a réitéré ce qu’elle avait dit au conseil la semaine dernière : « L’ONU n’est au courant d’aucun programme d’armes biologiques de ce type » et n’a aucun mandat pour enquêter sur les allégations russes.

Le russe Nebenzia a qualifié le matériel qu’il a publié le 11 mars et vendredi de « seulement la pointe de l’iceberg ».

Il a déclaré que le ministère de la Défense recevait et analysait davantage de nouveaux documents et continuerait de tenir le Conseil de sécurité et la communauté internationale informés « des activités illégales menées par le Pentagone sur le territoire ukrainien ».

La Russie a présenté mardi son projet de résolution humanitaire, un jour après que la France et le Mexique ont annoncé que leur propre résolution humanitaire sur l’Ukraine était transférée du Conseil de sécurité, où il était certain qu’elle se heurterait à un veto russe, à l’Assemblée générale de 193 membres, où il n’y a pas de veto.

Le projet de résolution franco-mexicain exigerait « une cessation immédiate des hostilités » et déplorerait « les conséquences humanitaires désastreuses des hostilités contre l’Ukraine », des dispositions qui ne figurent pas dans la résolution russe.

L’ambassadeur français Nicolas De Rivière a déclaré aux journalistes jeudi que la résolution sera présentée à l’Assemblée générale la semaine prochaine. Le britannique Woodward a exprimé l’espoir qu’il obtiendrait plus que les 141 voix reçues par une résolution du 2 mars exigeant l’arrêt immédiat de l’offensive de Moscou contre l’Ukraine et le retrait de toutes les troupes russes.