03/03/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Les États-Unis mettent en garde contre un essai nucléaire imminent en Corée du Nord

KIM JONG UN

AFP- Les États-Unis ont déclaré vendredi qu’ils pensaient que la Corée du Nord pourrait préparer un essai nucléaire dès ce mois-ci, son premier depuis 2017, et ont renouvelé une offre de dialogue sur la montée des tensions.

Le département d’État a rendu publique son évaluation au milieu de la frustration croissante des États-Unis envers la Corée du Nord, qui a effectué 14 tests d’armes depuis janvier.

« Les États-Unis estiment que la RPDC prépare son site d’essai de Punggye-ri et pourrait être prête à y effectuer des tests dès ce mois-ci », a déclaré la porte-parole adjointe du département d’État Jalina Porter, faisant référence à la Corée du Nord par son nom officiel, le Parti démocratique du peuple. République de Corée.

« Cette évaluation est cohérente avec les récentes déclarations publiques de la RPDC », a-t-elle déclaré aux journalistes.

« Nous avons partagé ces informations avec des alliés et des partenaires et continuerons également à nous coordonner étroitement avec eux. »

Plus tard ce mois-ci, le président américain Joe Biden se rendra au Japon et en Corée du Sud, où les inquiétudes concernant Pyongyang devraient être à l’ordre du jour.

Un test nord-coréen pourrait coïncider avec la visite de Biden ou avec l’investiture le 10 mai en Corée du Sud du président élu Yoon Suk-yeol, qui s’est engagé à adopter une ligne plus dure à l’égard de Pyongyang.

La Corée du Nord a effectué six essais nucléaires avant de se lancer dans une diplomatie exceptionnellement médiatisée avec les États-Unis, l’ancien président Donald Trump rencontrant trois fois le dirigeant Kim Jong Un.

Malgré les déclarations de Trump selon lesquelles les deux « sont tombés amoureux », leurs rencontres n’ont abouti à aucun accord permanent sur le démantèlement du programme nucléaire nord-coréen.

Pyongyang a montré peu d’intérêt à reprendre les négociations depuis le départ de Trump.

– Dialogue et pression –

L’administration Biden se dit prête à entamer des pourparlers avec la Corée du Nord sans conditions préalables, mais poursuivrait des négociations au niveau opérationnel et non l’apparat d’un autre sommet.

« Les Etats-Unis restent déterminés à rechercher la diplomatie avec la RPDC et appellent la RPDC à engager un dialogue », a déclaré vendredi le secrétaire d’Etat Antony Blinken.

« Dans le même temps, nous continuerons de nous attaquer aux cyberactivités illégales de la RPDC, ainsi qu’aux violations des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU. »

L’administration Biden a cherché à renforcer la pression sur la Corée du Nord.

Le département du Trésor a annoncé vendredi des sanctions contre le mélangeur de devises virtuelles Blender.io, affirmant que le service était utilisé par un groupe de pirates nord-coréens pour soutenir des programmes d’armement.

Il s’agissait des premières sanctions américaines sur un « mélangeur » ​​de monnaie virtuelle, qui est utilisé pour dissimuler les participants à des transactions impliquant Bitcoin et d’autres crypto-monnaies.

Des responsables ont déclaré que le groupe Lazarus, un groupe de hackers soutenu par la Corée du Nord, avait volé 620 millions de dollars au jeu vidéo en ligne Axie Infinity.

Les États-Unis ont également proposé de durcir les coûts de la Corée du Nord par l’intermédiaire du Conseil de sécurité.

Un projet de résolution du Conseil de sécurité présenté le mois dernier par les Etats-Unis et vu par l’AFP renforcerait les sanctions, notamment en réduisant de quatre à deux millions de barils la quantité de pétrole brut que la Corée du Nord serait autorisée à importer chaque année à des fins civiles.

Mais la résolution a peu de chance d’être approuvée car les diplomates disent qu’il n’y a aucun soutien de la Chine ou de la Russie, qui détiennent le droit de veto.

Les deux puissances ont toutes deux des relations avec Pyongyang et testent des liens avec Washington, mais ont parfois soutenu l’action par exaspération avec la Corée du Nord.

Les récents tests de la Corée du Nord ont inclus son premier missile balistique intercontinental à pleine portée depuis 2017.

La semaine dernière, alors qu’il supervisait un immense défilé militaire, le dirigeant nord-coréen Kim s’est engagé à développer ses forces nucléaires « à la vitesse la plus rapide possible » et a mis en garde contre d’éventuelles frappes « préventives ».