04/12/2022

C'est le 1er Novembre

Qu'on n'oublie pas les vrais Chouhadas

Les États-Unis et la Chine s’opposent à l’Ukraine à l’ONU

russie_usa

AFP- L’envoyée américaine aux Nations unies a appelé jeudi Pékin à encourager la Russie « à faire ce qu’il faut » dans la crise ukrainienne, attirant une réponse virulente de son homologue chinois qui a accusé Washington d’attiser les tensions.

« Nous espérons que les Chinois joueront un rôle en encourageant les Russes à faire ce qu’il faut », a déclaré l’ambassadrice américaine à l’ONU Linda Thomas-Greenfield dans une interview sur CNN.

Les craintes sont fortes dans les capitales occidentales que la Russie se prépare à envahir l’Ukraine après avoir rassemblé quelque 100 000 soldats autour de son ex-voisin soviétique.

La Russie rejette ces affirmations, mais exige de vastes garanties de sécurité de la part de l’OTAN et des États-Unis.

« Les Chinois ont exprimé une forte préoccupation au sein du Conseil de sécurité pour la protection de l’intégrité des frontières et de la souveraineté des Etats », a déclaré Thomas-Greenfield.

« C’est exactement ce que font les Russes – ils menacent l’intégrité d’une frontière, donc pour la Chine, il serait extrêmement important de transmettre ce message », a-t-elle ajouté.

La Chine, les États-Unis et la Russie sont trois des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, le Royaume-Uni et la France étant les deux autres.

L’ambassadeur de Chine à l’ONU, Zhang Jun, a rapidement répondu aux commentaires de Thomas-Greenfield sur Twitter.

« Notre message est cohérent et clair : résolvez tout différend par la diplomatie », a-t-il déclaré dans un tweet.

« Arrêtez de faire monter la tension », a écrit Zhang sans nommer personne en particulier. « Les préoccupations légitimes de la Russie en matière de sécurité doivent être sérieusement prises en compte.

Après une réunion tendue fin janvier convoquée par les États-Unis, le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir à nouveau sur l’Ukraine la semaine prochaine.

La réunion de la semaine prochaine a été convoquée par la Russie, qui souhaite discuter de la mise en œuvre des accords de Minsk sur l’Ukraine signés en 2015.