04/10/2022

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

L’envoyé de l’ONU se rend pour la première fois au Myanmar déchiré par les conflits

ouighours

NATIONS UNIES (AP) – L’envoyée spéciale de l’ONU pour le Myanmar s’est rendue lundi dans ce pays d’Asie du Sud-Est pour la première fois depuis sa nomination à ce poste en octobre dernier.

Le voyage de Noeleen Heyzer fait suite au dernier appel du Conseil de sécurité de l’ONU pour la fin immédiate de toutes les formes de violence et un accès humanitaire sans entrave dans ce pays déchiré par les conflits.

Heyzer « s’attachera à faire face à la détérioration de la situation et aux préoccupations immédiates ainsi qu’aux autres domaines prioritaires de son mandat », a déclaré le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric.

Il n’a donné aucun détail sur la question de savoir si Heyzer rencontrerait les dirigeants militaires du Myanmar ou l’ancienne dirigeante emprisonnée du pays, Aung San Suu Kyi, une demande de longue date de l’ONU. Suu Kyi a été condamnée plus tôt lundi pour d’autres accusations de corruption, ajoutant six ans à sa peine de 11 ans de prison.

La visite de Heyzer « fait suite à ses consultations approfondies avec des acteurs de tous les horizons politiques, de la société civile ainsi que des communautés touchées par le conflit en cours », a déclaré Dujarric.

Plus tôt ce mois-ci, le ministre cambodgien des Affaires étrangères, Prak Sokhonn, envoyé spécial au Myanmar pour l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est, composée de 10 membres, a déclaré que les efforts déployés par les voisins du Myanmar pour aider à rétablir la paix et la normalité dans ce pays déchiré par les conflits ont été entravés par la récente exécution par le pays de quatre militants politiques.

Il a averti que de nouvelles exécutions obligeraient le groupe régional à reconsidérer la manière dont il s’engage avec son collègue Myanmar.

En février 2021, l’armée du Myanmar a évincé le gouvernement élu de Suu Kyi, puis a violemment réprimé les protestations généralisées contre ses actions. Après que les forces de sécurité ont lâché une force létale sur des manifestants pacifiques, certains opposants au régime militaire ont pris les armes.

Les dirigeants militaires du Myanmar ont convenu d’un plan en cinq points de l’ASEAN en avril 2021 pour rétablir la paix et la stabilité dans le pays, qui comprend un arrêt immédiat de la violence et un dialogue entre toutes les parties. Mais l’armée du pays a fait peu d’efforts pour mettre en œuvre le plan, et le Myanmar a glissé dans une situation que certains experts de l’ONU ont qualifiée de guerre civile.

Heyzer, une militante des droits des femmes de Singapour, a dirigé l’UNIFEM, une organisation de développement des Nations Unies qui se concentre sur la promotion de l’avancement économique des femmes, en 1994-2007. Elle a été la première femme à occuper le poste de secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie et le Pacifique, en 2007-2014.