05/03/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Biden se rend au Moyen-Orient pour la première fois en tant que président des USA

Biden

WASHINGTON (AP) – Joe Biden entame la première visite au Moyen-Orient de sa présidence avec une tâche monumentale : assurer aux responsables israéliens et saoudiens inquiets qu’il s’engage à empêcher l’Iran de devenir une puissance nucléaire.

Biden commence la visite mercredi par une escale de trois jours en Israël, où les responsables affirment que le programme nucléaire en évolution rapide de l’Iran est en tête de leur ordre du jour pour les pourparlers avec le président américain. Biden a fait de la relance de l’accord sur le nucléaire iranien, négocié par Barack Obama en 2015 et abandonné par Donald Trump en 2018, une priorité clé lors de son entrée en fonction.

Mais les pourparlers indirects pour que les États-Unis réintègrent l’accord sont au point mort alors que l’Iran a fait des progrès rapides dans le développement de son programme nucléaire. Cela a rendu l’administration Biden de plus en plus pessimiste quant à la résurrection de l’accord, qui imposait des restrictions importantes au programme nucléaire iranien en échange d’un allégement des sanctions.

Peu de temps après son arrivée en Israël mercredi, Biden devrait recevoir un briefing sur le nouveau système de défense antimissile « Iron Beam » du pays et visiter le Mémorial de l’Holocauste de Yad Vashem. En plus de rencontres avec des responsables israéliens et palestiniens, il devrait recevoir la médaille d’honneur présidentielle d’Israël et rendre visite à des athlètes américains participant aux Jeux Maccabiah, qui impliquent des milliers d’athlètes juifs et israéliens du monde entier.

Biden, dans un éditorial du Washington Post publié samedi, a accusé Trump d’avoir renoncé à l’accord nucléaire que la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, la Russie, la Chine et l’Union européenne ont également signé. Mais Biden a également suggéré qu’il gardait toujours au moins une lueur d’espoir que les Iraniens reviendront à la conformité.

« Mon administration continuera d’augmenter la pression diplomatique et économique jusqu’à ce que l’Iran soit prêt à revenir au respect de l’accord nucléaire de 2015, comme je reste prêt à le faire », a-t-il écrit.

Les responsables israéliens, qui ont informé les journalistes avant le départ de Biden de Washington mardi, ont déclaré que les États-Unis et Israël publieraient une « déclaration de Jérusalem » de grande envergure qui adopterait une position ferme sur le programme nucléaire iranien.

La déclaration engage les deux pays à utiliser « tous les éléments de leur puissance nationale contre la menace nucléaire iranienne », selon un responsable israélien qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat pour prévisualiser la déclaration.

Le responsable a déclaré que les Israéliens souligneraient auprès de Biden leur point de vue selon lequel l’Iran a calculé que « le temps est de leur côté » et répugne à faire des concessions. Le dernier cycle de négociations indirectes de l’administration Biden avec l’Iran à Doha, au Qatar, à la fin du mois dernier s’est terminé sans Succès.

La Maison Blanche a également été frustrée par les attaques répétées parrainées par l’Iran contre les troupes américaines basées en Irak, bien que l’administration affirme que la fréquence de ces attaques a chuté précipitamment au cours des deux dernières années. Téhéran a également parrainé les rebelles Houthis dans une guerre sanglante avec les Saoudiens au Yémen. Un cessez-le-feu négocié par l’ONU est en place depuis plus de quatre mois, une paix fragile dans une guerre qui a commencé en 2015.

Par ailleurs, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a déclaré lundi que l’administration estimait que la Russie étaitse tourner vers l’iranpour lui fournir des centaines de véhicules aériens sans pilote, y compris des drones capables d’armes, à utiliser dans sa guerre en cours en Ukraine.

Les Saoudiens, comme les Israéliens, ont été frustrés que la Maison Blanche n’ait pas abandonné les efforts pour relancer l’accord nucléaire avec Téhéran. Biden se rend vendredi dans la ville portuaire saoudienne de Djeddah pour rencontrer le roi Salmane et le prince héritier Mohammed ben Salmane, largement connu sous ses initiales MBS, et pour assister à une réunion du Conseil de coopération du Golfe, où le programme nucléaire iranien est en cours. l’agenda.

Les relations tendues du président avec le prince héritier menacent également la visite saoudienne.

En tant que candidat à la Maison Blanche, Biden a déclaré qu’il chercherait à faire du royaume une nation «paria» en raison de ses violations des droits de l’homme. La relation a été encore plus tendue lorsque Biden a approuvé l’année dernière la publication d’un rapport de renseignement américain quia déterminé que MBS avait probablement approuvé le meurtre en 2018 du journaliste américain Jamal Khashoggi.

Le président arrive en Arabie saoudite, l’un des plus grands producteurs de pétrole au monde, à un moment où les prix du gaz et des denrées alimentaires montent en flèche dans le monde entier, en partie à cause de l’invasion russe de l’Ukraine. Les responsables de la Maison Blanche et les analystes de l’énergie affirment qu’il y a peu d’espoir que les Saoudiens ou les autres membres de l’OPEP+ apporteront des secours.

Un autre facteur dans la recherche d’une détente dans les relations saoudiennes est l’inquiétude croissante de l’administration que les Saoudiens pourraient se rapprocher de la Chine et de la Russie au milieu des tensions avec les États-Unis.

Biden devrait faire une déclaration majeure sur la vision de son administration pour le Moyen-Orient pendant son séjour à Djeddah, selon la Maison Blanche. Le rassemblement du CCG lui donnera l’occasion de s’adresser à un large éventail de dirigeants arabes d’Arabie saoudite, de Bahreïn, du Koweït, d’Oman, du Qatar et des Émirats arabes unis, ainsi qu’aux dirigeants de pays non membres du CCG – Égypte, Irak et Jordanie. — qui ont été invités à se joindre à la réunion.

Aaron David Miller, chercheur principal au Carnegie Endowment for International Peace et ancien responsable du département d’État américain, a déclaré que Biden avait hâte de se rendre en Arabie saoudite « comme j’attendrais avec impatience une opération de canal radiculaire ».

« Vous avez un président qui est terriblement en conflit à propos de cette réunion », a déclaré Miller. « Il ne peut même pas reconnaître, dans toutes ses remarques publiques, qu’il va même rencontrer Mohammed bin Salman. »

Mais les responsables israéliens sont prudemment optimistes sur le fait que la visite de Biden pourrait être un moment décisif sur une lente voie vers la normalisation des relations entre Israël et l’Arabie saoudite. Biden sera le premier président américain à se rendre directement d’Israël en Arabie saoudite, et l’inimitié commune des deux nations pour l’Iran a conduit à une coopération subtile.

Plus tôt cette semaine, le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu a salué la « contribution » du prince héritier aux accords d’Abraham, déclarations de normalisation diplomatique et économique signées par Bahreïn, Israël, les Émirats arabes unis et les États-Unis alors que Netanyahu était Premier ministre.

Israël devrait organiser de nouvelles élections à l’automne après la fragile coalitiongouvernement dirigé par Naftali Bennett s’est effondré le mois dernier.