01/02/2023

C'est le 1er Novembre

Qu'on n'oublie pas les vrais Chouhadas

Le parti tunisien Ennahda proteste contre l’arrestation d’un haut dirigeant

manifestation tunisie

TUNIS, Tunisie (AP) — Des partisans du mouvement islamiste tunisien Ennahda ont manifesté vendredi devant le ministère de la Justice dans la capitale pour dénoncer l’arrestation d’un de ses hauts dirigeants, soupçonné d’être impliqué dans l’envoi de Tunisiens combattre avec des extrémistes en Syrie .

Les manifestants ont exigé la libération de l’ancien Premier ministre Ali Larayedh, vice-président d’Ennahda, affirmant que l’arrestation en début de semaine était politiquement motivée. Ils ont qualifié cela de partie des efforts déployés par le président Kais Saied pour marginaliser le mouvement populaire et détourner l’attention du public de ses problèmes politiques.

La manifestation est intervenue dans un contexte de tensions politiques accrues en Tunisie. Seuls 11% des électeurs se sont rendus au premier tour des élections législatives dimanche, de nombreux partis et électeurs ayant boycotté un effort de Saied pour remodeler le système politique.

Ennahda était le plus grand parti du dernier parlement tunisien lorsque Saied l’a dissous l’année dernière. Le président a convoqué des élections pour créer une nouvelle législature avec des pouvoirs plus faibles, affirmant que cela résoudrait la crise économique et politique prolongée du pays nord-africain.

Au lendemain du vote, un juge antiterroriste a ordonné l’emprisonnement de l’ancien Premier ministre Ali Larayedh, vice-président d’Ennahdha. La décision était liée à une affaire plus large impliquant d’autres responsables d’Ennahdha.

Lors de la manifestation de samedi à Tunis, les manifestants ont scandé pour la libération de Larayedh et la démission du président. La police les a gardés derrière des barrières métalliques.

« Le fait que 90% des électeurs s’abstiennent de se rendre aux urnes signifie un désaveu du processus politique initié par le président Saied. C’est le début de la fin de ce processus », a déclaré le chef d’Ennahda Noureddine Bhiri à l’Associated Press.

Il a déclaré que « Saied n’a plus d’autre alternative que de démissionner et de convoquer des élections présidentielles anticipées afin de protéger le pays contre l’instabilité qui peut affecter toute la région ».

Les responsables d’Ennahda se sont engagés à organiser de nouvelles manifestations en janvier.

Saied a rejeté les critiques concernant le faible taux de participation aux élections de dimanche, affirmant que la mesure la plus importante sera ce qui se passera lors du deuxième tour de scrutin du 19 janvier.

La Tunisie était considérée comme un modèle de démocratie dans la région après que les manifestants ont renversé leur chef autocratique en 2011, déclenchant les soulèvements du printemps arabe.