Le Japon subit une contraction historique de 27,8% du PIB au deuxième trimestre

Partagez cet article

TOKYO (Reuters) – L’activité économique japonaise a subi au deuxième trimestre une contraction sans précédent, sous l’effet du déclin de la consommation et des exportations provoqué par la pandémie de coronavirus, accentuant la pression sur Tokyo pour des mesures supplémentaires de soutien.

Le Japon accuse le troisième trimestre consécutif de contraction et efface les avantages apportées par les politiques de relance du Premier ministre, Shinzo Abe, déployées à la fin de 2012.

D’après les statistiques gouvernementales préliminaires, le produit intérieur brut (PIB) du Japon a chuté au deuxième trimestre de 27,8% en rythme annualisé, marquant la plus forte baisse depuis le début du suivi de la statistique en 1980.

Les économistes anticipaient en moyenne une contraction de 27,2% sur la période avril-juin.

D’un trimestre sur l’autre, le PIB a diminué de 7,8% au deuxième trimestre, alors que le consensus ressortait à -7,6%.

Si les économistes s’attendent à un rebond au troisième trimestre avec la levée des mesures de confinement, ils estiment que ce redressement devrait être modeste en raison de l’augmentation des nouveaux cas de contaminations qui freine la reprise de la consommation des ménages.

“La forte baisse du PIB peut s’expliquer par le recul de la consommation et des exportations”, a déclaré Takeshi Minami, économiste en chef à l’Institut de recherche Norinchukin.

“Je m’attends à ce que la croissance devienne positive au cours du trimestre juillet-septembre. Mais globalement, le rebond est lent partout, sauf en Chine.”

BAISSE HISTORIQUE DE LA CONSOMMATION

La consommation a connu un plongeon record de 8,2% au deuxième trimestre, là où le consensus tablait seulement sur -1,6%.

Du côté du commerce extérieur, les exportations ont chuté de 18,5%, le secteur automobile ayant été particulièrement affecté.

Le ministre de l’Economie, Yasutoshi Nishimura, a reconnu que les chiffres du PIB étaient “assez sévères” mais a souligné des éléments positifs comme une reprise récente de la consommation.

Le Japon a déployé des mesures massives de relance budgétaire et monétaire pour amortir l’impact de la pandémie, qui a frappé une économie déjà sous le choc d’une augmentation de la taxe sur les ventes l’année dernière et de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine.

Donner votre avis