29/02/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Le fils de Kadhafi entame une grève de la faim au Liban pour protester contre sa détention sans procès

hannibal

BEYROUTH (AP) – Un fils du défunt dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, détenu au Liban depuis plus de sept ans, a entamé samedi une grève de la faim pour protester contre sa détention sans procès, a déclaré son avocat.

Hannibal Kadhafi est détenu au Liban depuis 2015 après avoir été enlevé en Syrie voisine où il vivait en tant que réfugié politique. Il a été enlevé par des militants libanais exigeant des informations sur le sort d’un religieux chiite porté disparu en Libye il y a 45 ans.

Kadhafi a ensuite été arrêté par les autorités libanaises et détenu dans une prison de Beyrouth sans procès.

L’avocat Paul Romanos a déclaré à l’Associated Press que son client avait entamé la grève de la faim samedi matin et « il est sérieux et continuera jusqu’à la fin ». Romanos n’est pas entré dans les détails de l’affaire car il n’était pas autorisé à en parler aux médias.

Kadhafi a publié une déclaration décrivant ses conditions.

« Comment un prisonnier politique peut-il être détenu sans procès équitable pendant toutes ces années ? Kadhafi, qui est marié à une femme libanaise, a écrit dans sa déclaration.

Le citoyen libyen a ajouté que maintenant qu’il est en grève de la faim, « ceux qui me traitent injustement » seront responsables des résultats. Il a ajouté que « le moment est venu de libérer la loi des mains des politiciens ».

Romanos a déclaré que son client souffrait de maux de dos car il avait été détenu dans une petite cellule pendant des années sans pouvoir bouger ni faire d’exercice.

La disparition de l’éminent religieux chiite libanais Moussa al-Sadr en 1978 est depuis longtemps un point sensible au Liban. La famille du religieux pense qu’il est peut-être encore en vie dans une prison libyenne, bien que la plupart des Libanais présument qu’al-Sadr est mort. Il aurait 94 ans.

Al-Sadr était le fondateur d’un groupe politique et militaire chiite qui a pris part à la longue guerre civile libanaise qui a commencé en 1975, opposant en grande partie les musulmans aux chrétiens.

Né dans la ville sainte iranienne de Qom, al-Sadr est venu au Liban en 1959 pour travailler pour les droits des chiites dans la ville portuaire méridionale de Tyr. En 1974, un an avant que n’éclate la guerre civile libanaise qui dure depuis 15 ans, al-Sadr a fondé le Mouvement des démunis, attirant des milliers de partisans.

L’année suivante, il a créé l’aile militaire Amal – l’arabe pour « espoir » et un acronyme du nom arabe de la milice, les Brigades de la résistance libanaise – qui a ensuite combattu dans la guerre civile au Liban. Le groupe est dirigé par le Libanaisle puissant président du Parlement Nabih Berri.

Depuis la disparition d’al-Sadr, la Libye a soutenu que l’ecclésiastique et ses deux compagnons de voyage avaient quitté Tripoli en 1978 pour un vol à destination de Rome et ont suggéré qu’il avait été victime d’une lutte de pouvoir entre chiites.

La plupart des partisans d’al-Sadr sont convaincus que Mouammar Kadhafi a ordonné la mort d’al-Sadr dans un différend sur les paiements libyens aux milices libanaises.

Le dirigeant libyen a été tué par des combattants de l’opposition en 2011, mettant fin à son règne de quatre décennies sur ce pays d’Afrique du Nord. Même après sa mort, le sort d’al-Sadr est encore inconnu.

Hannibal Kadhafi est né deux ans avant la disparition d’al-Sadr. Il s’est enfui en Algérie après la chute de Tripoli, avec sa mère et plusieurs autres parents. Il s’est ensuite retrouvé en Syrie où il a obtenu l’asile politique avant d’être kidnappé et emmené au Liban.