20/04/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Élection en Égypte : le mécontentement grandit alors que Sissi brigue un troisième mandat

manif egypte

Autrefois salué par de nombreuses personnes comme un sauveur, l’homme fort égyptien, Abdul Fattah al-Sisi, est désormais perçu sous un jour très différent. Les Egyptiens qui sont descendus dans la rue pour encourager le général devenu président il y a dix ans ne sont pas aussi heureux qu’ils l’espéraient.

Alors que M. Sissi se présente la semaine prochaine pour son troisième mandat présidentiel consécutif, l’économie en ruine figure en tête des plaintes de la plupart des gens.

Nadia fait partie de ceux qui ont du mal à joindre les deux bouts alors que le gouvernement de M. Sissi continue de mettre en œuvre ce qu’il appelle des « réformes économiques ».

Cette veuve de 57 ans et mère de six enfants parvient à peine à gagner sa vie en vendant des journaux dans un kiosque au bord de la rue.

Dans son petit appartement d’un bidonville surpeuplé du Caire, Nadia me raconte qu’elle a acheté de la viande pour la dernière fois il y a trois ans. Pour elle, la vie devient de jour en jour plus inabordable.

Nadia, veuve et mère de six enfants, parvient à joindre les deux bouts en vendant des journaux au Caire
« J’ai parfois trop peur pour m’endormir, car je sais que le lendemain matin, les prix auront augmenté », dit-elle avec un léger sourire et les yeux pleins de douleur.

Les derniers chiffres officiels montrent que le taux d’inflation égyptien en octobre était de 38,5 %, une légère baisse par rapport au record de 40,3 % enregistré le mois précédent.

Ces chiffres sont inédits dans le pays le plus peuplé du monde arabe, et le taux d’inflation réel que connaissent les gens ordinaires est souvent bien pire que les chiffres du gouvernement.

« Nous sommes oubliés »
Mais à mesure que les prix ont augmenté, les revenus de Nadia ont chuté.

Il y a plus de dix ans, elle vendait près de 200 journaux par jour, mais aujourd’hui, elle en vend à peine 20.

Nadia dit qu’aujourd’hui, préparer un repas coûte entre 300 et 500 livres égyptiennes (7,70-13 £ ; 9,70-16,20 $), mais il y a quelques années, cela représentait environ un sixième du prix.

« Même les fruits sont trop chers », me dit-elle.

Une femme fait ses courses sur un marché du Caire, Égypte (9 octobre 2023)
Le taux d’inflation égyptien en octobre était de 38,5%, juste en dessous du record de septembre
Au cours des neuf derniers mois, la livre égyptienne a perdu plus de 50 % de sa valeur par rapport au dollar américain.

L’économie égyptienne étant fortement dépendante des importations, les prix des produits de base ont grimpé au-delà de la portée de nombreux ménages et un marché noir des devises étrangères a prospéré.

Nadia n’a pas beaucoup d’espoir et est visiblement inquiète.

« Personne ne pense aux pauvres. C’est comme si nous étions invisibles », dit-elle, ajoutant en soupirant : « Nous sommes oubliés ».

Des promesses de prospérité
Depuis que M. Sissi est devenu président en 2014 – un an après avoir dirigé le renversement par l’armée de son prédécesseur islamiste Mohammed Morsi – d’énormes sommes d’argent ont été dépensées pour d’énormes projets d’infrastructures.

Les routes ont été élargies et des ponts aériens construits, et un nouveau capital coûtant des milliards de dollars a été construit près du Caire et est à peine habité.

Les critiques affirment que cette « imprudence financière » a épuisé une grande partie des ressources économiques du pays et créé des niveaux d’endettement sans précédent qui ont paralysé l’économie.

Les partisans du président estiment que l’expansion urbaine a rendu la vie des gens plus facile et contribuera à attirer les investissements étrangers indispensables, ouvrant la voie à une époque plus prospère.

Walid Gaballah, économiste et membre de la Société égyptienne d’économie politique, de statistiques et de législation, estime que ces projets ont créé des emplois et ont réussi à avoir un impact significatif sur la résolution du problème du chômage en Égypte.

Il estime également qu’une partie de la responsabilité de la crise économique actuelle incombe aux forces mondiales.

« Toutes les économies créées par les programmes de réformes du gouvernement ont été englouties par la pandémie de coronavirus. Puis est arrivée la guerre en Ukraine qui a poussé de nombreux investisseurs étrangers à retirer leur argent des banques égyptiennes », explique-t-il.

Les Egyptiens font la fête devant le palais présidentiel le 3 juin 2014 après que l’ancien chef de l’armée Abdel Fattah al-Sissi a remporté 96,9 pour cent des voix.
Le gouvernement a attiré l’attention à plusieurs reprises sur ses investissements dans des programmes de protection sociale qui fournissent un filet de sécurité aux Égyptiens les plus pauvres et les plus vulnérables.

Mais les gens continuent de se plaindre de la dégradation de leurs conditions de vie.

Les chiffres officiels montrent que près de 30 % des 100 millions d’habitants égyptiens vivent en dessous du seuil de pauvreté. Depuis 2016, le gouvernement a emprunté plus de 20 milliards de dollars au Fonds monétaire international (FMI) pour soutenir son budget.

Dans le même temps, des mesures d’austérité gouvernementales, jugées nécessaires à « une refonte économique » du pays, ont été imposées. Les subventions ont été supprimées sur de nombreux produits essentiels, comme le carburant, ce qui a fait grimper les prix.

Course à un cheval
Malgré le mécontentement généralisé, les Égyptiens n’ont pas beaucoup de choix dans cette élection, considérée par beaucoup comme une course à un seul cheval.

Les groupes d’opposition se plaignent de ne pas pouvoir fonctionner efficacement en raison de la répression constante de la dissidence.

Même si trois hommes politiques discrets se présentent contre le président, nombreux sont ceux qui pensent que le résultat du vote n’est pas remis en question : M. Sissi remportera facilement un nouveau mandat de six ans.

La nouvelle capitale administrative de l’Égypte a été construite à l’est du Caire
L’ancien député Ahmed Tantawy était l’un des favoris potentiels de l’élection, mais il a abandonné la course après avoir échoué à recueillir le nombre requis de soutiens du public.

En octobre, il a accusé les autorités d’avoir arrêté près de 100 membres de sa campagne, pour le dissuader de se présenter.

M. Tantawy est actuellement jugé, accusé d’avoir imprimé et diffusé des documents électoraux sans autorisation.

Peurs de rentrer à la maison
Tout comme les politiciens de l’opposition, les militants des droits de l’homme se plaignent également des restrictions strictes en matière de sécurité. Ils affirment qu’il est de plus en plus difficile de documenter les abus présumés.

« Les droits de l’homme sont une affaire dangereuse en Égypte », me dit Mina Thabet, une militante qui vit en exil volontaire au Royaume-Uni depuis près de six ans, via Zoom.

Il se souvient encore des souvenirs douloureux du mois qu’il a passé en détention en Égypte en 2016 après avoir été accusé de diverses accusations, notamment d’appartenance à un groupe interdit et de diffusion de fausses nouvelles, souvent portées contre les opposants au gouvernement.

« J’ai eu les yeux bandés et menotté. Un policier m’a agressé physiquement et a menacé de me déshabiller et de me torturer. »

M. Thabet s’est rendu au Royaume-Uni pour étudier un an après sa libération. Il a décidé de ne pas rentrer chez lui car il craignait d’être renvoyé en prison à tout moment.

« La première nuit où j’ai bien dormi, c’était après avoir quitté l’Égypte », dit-il.

Mina Thabet dans un appartement près d’une fenêtre regardant la caméra
Mina Thabet vit en exil volontaire au Royaume-Uni depuis près de 6 ans.
Il considère l’élection comme rien d’autre qu’une extension de la politique autoritaire de M. Sissi, qui, selon lui, ne tolère aucune opposition.

« Beaucoup de mes collègues défenseurs des droits humains en Égypte voient leurs avoirs gelés ou leurs noms sont inscrits sur une liste d’interdiction de voyager. Vous ne pouvez pas faire votre travail sans craindre d’être poursuivi ou persécuté.

M. Thabet me dit qu’il ne retournera en Égypte que lorsqu’il se sentira en sécurité pour travailler et exprimer ses opinions sans aucune représailles potentielle du gouvernement.

Les autorités ont longtemps rejeté ces critiques, les qualifiant de politisées.

Ils ont créé un comité qui a accordé la grâce présidentielle à des dizaines de détenus politiques et ont promis de faire davantage pour améliorer la situation des droits humains dans le pays.

Mais les groupes locaux et internationaux de défense des droits de l’homme parlent de dizaines de milliers de prisonniers politiques enfermés derrière les barreaux – un chiffre que conteste le gouvernement.

Des banderoles portant des photos de M. Sissi sont accrochées à chaque coin de rue du Caire.

Sa campagne tente de convaincre les électeurs que des jours meilleurs nous attendent. Mais beaucoup de gens ici se demandent si sa réélection changerait vraiment quelque chose.