15/04/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Le chef de l’ONU exhorte les parties belligérantes du Yémen à prolonger la trêve

yémen

NATIONS UNIES (AP) – L’envoyé spécial de l’ONU pour le Yémen a accusé les rebelles houthis de ne pas avoir renouvelé une trêve de six mois et a appelé les parties belligérantes à faire preuve de « leadership, de compromis et de flexibilité » et à renouveler et élargir d’urgence l’accord qui a apporté la plus longue période de calme au Yémen depuis le début de sa guerre civile dévastatrice en 2014.

Hans Grundberg a déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU qu’après d’importantes discussions récentes avec des partenaires régionaux à Abu Dhabi et à Mascate, la capitale d’Oman, sur la voie à suivre, il pense personnellement « qu’il y a une possibilité pour les parties de parvenir à un accord ».

La trêve initiale de deux mois convenue le 2 avril par le gouvernement internationalement reconnu du Yémen et les rebelles houthis soutenus par l’Iran a été prolongée à deux reprises, jusqu’au 2 octobre. risque accru de guerre.

L’envoyé de l’ONU a présenté sa proposition de prolongation et d’élargissement de la trêve de six mois, affirmant que le gouvernement s’était engagé « positivement » dans la révision finale, mais que les Houthis « avaient formulé des demandes supplémentaires qui n’ont pas pu être satisfaites ».

La proposition comprenait l’arrêt continu des opérations militaires offensives, un « mécanisme » transparent pour payer les salaires et les pensions des fonctionnaires, l’ouverture progressive des routes dans la ville de Taiz bloquée par les Houthis, un engagement à libérer d’urgence les détenus et la mise en place de « structures » pour entamer des négociations en vue d’un cessez-le-feu et mettre fin au conflit.

Grundberg a salué la retenue dont ont fait preuve les deux parties depuis l’expiration de la trêve, affirmant qu’il n’y a pas eu d’escalade militaire majeure, « seulement des échanges sporadiques de tirs d’artillerie et d’armes légères dans les zones de première ligne à Taiz, Marib, Hodeida et Dhale ».

Il a déclaré que les réalisations de la trêve « ne doivent pas être sous-estimées » : une diminution de 60 % du nombre de victimes, 56 vols commerciaux transportant près de 27 000 passagers, une multiplication par trois des produits pétroliers livrés aux ports de Hodeida en 2021 et « face à face ». face à des réunions des parties sous les auspices de l’ONU sur la désescalade militaire et l’ouverture de routes à Taiz et dans d’autres gouvernorats.

Le Yémen est plongé dans la guerre civile depuis 2014, lorsque les Houthis ont pris Sanaa et une grande partie du nord du pays, forçant le gouvernement à fuir vers le sud, puis vers l’Arabie saoudite. Une coalition dirigée par l’Arabie saoudite qui comprenait les Émirats arabes unis et était soutenue à l’époque par les États-Unis, est entrée en guerre des mois plus tard, cherchant à rétablir le gouvernement au pouvoir.

Le conflit a créé l’une des pires crises humanitaires au monde tout en devenant une guerre régionale par procuration ces dernières années. Plus de 150 000 personnes ont été tuées, dont plus de 14 500 civils.

La sous-secrétaire générale aux affaires humanitaires, Joyce Msuya, a déclaré au conseil lors d’un briefing vidéo depuis Hodeida qu’elle avait passé six jours à voyager au Yémen et avait clairement vu « les ravages que ce conflit a causés aux civils ».

« Les mines terrestres et autres engins explosifs ont continué d’être la principale cause de victimes civiles », a-t-elle déclaré. « En septembre, 70 civils auraient été tués ou blessés par des mines terrestres, des engins explosifs improvisés et des munitions non explosées. »

Msuya a déclaré que les civils sont confrontés à de nombreux autres « périls » au-delà du conflit, soulignant que « la détérioration de l’économie du pays et l’effondrement des services de base sont les principaux moteurs des besoins de la population ».

« J’ai vu des marchés avec de la nourriture et des produits de base, mais à des prix que la plupart des gens ne peuvent tout simplement pas se permettre », a-t-elle déclaré. « J’ai visité des hôpitaux et des écoles qui manquent d’équipements de base et j’ai rencontré des médecins et des enseignants qui ne sont pas assez payés, voire pas du tout. »

Sur une note positive, elle a déclaré que « certains progrès ont été réalisés dans la prévention de la famine ».

Selon de nouvelles estimations qui seront publiées vendredi, Msuya a déclaré que « 17 millions de personnes seront confrontées à une insécurité alimentaire aiguë au cours des trois derniers mois de cette année ».

« Bien que ce nombre soit encore alarmant, c’est 2 millions de personnes de moins que les projections précédentes », a-t-elle déclaré. « De plus, le nombre de personnes estimées se trouver dans des conditions proches de la famine devrait passer de 161 000 personnes à zéro ».

Néanmoins, Msuya a déclaré que si l’appel de l’ONU pour le Yémen a reçu 2 milliards de dollars – plus de la moitié des États-Unis – il n’est encore financé qu’à 48% et a exhorté les donateurs à combler le vide.