03/03/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Les députés irakiens élisent un nouveau président sous la menace de tirs de roquettes

irak manifestation

BAGDAD (AP) – Les législateurs irakiens ont élu jeudi l’ancien ministre Abdul Latif Rashid comme prochain président du pays, défiant les menaces de nouvelles violences à la suite d’un déluge d’attaques à la roquette plus tôt dans la journée et franchissant une étape clé pour mettre fin à un vide politique paralysant.

Au moins neuf roquettes ont visé le Parlement irakien à l’intérieur de la zone verte fortement fortifiée, le siège du gouvernement, avant une session très attendue où les législateurs ont poursuivi la formation du prochain gouvernement malgré la crise politique. Au moins cinq personnes ont été blessées.

Selon la loi irakienne, le président doit appeler le plus grand bloc du Parlement à nommer un Premier ministre. Le Parlement irakien compte 329 sièges.

Le cadre de coordination soutenu par l’Iran, composé de partis majoritairement chiites, a nommé Mohammed Shia al-Sudani comme premier ministre désigné, après avoir soumis jeudi une lettre officielle prétendant être le plus grand bloc.

Latif, 78 ans, a été élu avec 162 voix sur 261 suffrages exprimés. Il a été ministre des Ressources en eau de 2003 à 2010 et est depuis conseiller du chef de l’Etat. Le président sortant Barham Saleh aurait quitté le bâtiment du parlement pendant le décompte des voix. Il a perdu avec 99 voix.

La loi irakienne donne à Latif 15 jours pour nommer un Premier ministre, probablement dans ce cas al-Sudani, pour présenter la composition de son cabinet au Parlement pour faire face à un autre vote.

Dans le système irakien de partage du pouvoir, la présidence est réservée aux groupes kurdes à nommer tandis que le poste de premier ministre relève des blocs chiites. Le président du parlement est un sunnite.

Des querelles politiques et des crises répétées ont empêché la nomination d’un nouveau gouvernement après la tenue des élections fédérales d’octobre 2021. L’impasse a été largement motivée par une rivalité politique tendue entre l’influent religieux chiite Muqtada al-Sadr et l’ancien Premier ministre Nouri al-Maliki, qui est soutenu par l’Iran.

Le véritable test à l’avenir pour les factions qui se chamaillent dans le pays touché par la crise sera de voter officiellement pour le nouveau Premier ministre et la composition du cabinet avec al-Sadr apparemment exclu du processus politique après avoir retiré ses législateurs du Parlement et annoncé depuis son retrait de la politique .

L’attaque à la roquette a retardé mais n’a pas reporté la session législative.

Au moins une roquette a atterri près du bâtiment du parlement avant la session, ont déclaré des responsables irakiens. D’autres sont tombés dans d’autres zones à l’intérieur du périmètre de la zone verte.

Au moins cinq personnes ont été blessées dans l’attaque – trois civils et deux militaires – ont déclaré des responsables de la sécurité sans donner plus de détails. Les coupables n’étaient pas connus dans l’immédiat.

Les attaques, qui semblaient être une tentative de faire dérailler la session, se sont produites après que le cadre de coordination, une alliance composée principalement de partis chiites soutenus par l’Iran et dirigée par al-Maliki, a remis une lettre officielle prétendant être le plus grand bloc au Parlement. .

L’alliance a nommé Mohammed Shia al-Sudani comme candidat au poste de Premier ministre.

Al-Sadr avait auparavant rejeté la candidature d’al-Sudani et ordonné à ses partisans de prendre d’assaut le parlement le 30 juin pour faire dérailler sa nomination.

Le parti d’Al-Sadr a remporté le plus grand nombre de sièges lors des élections fédérales d’octobre 2021, mais il a ordonné à ses législateurs de démissionner après avoir échoué à obtenir le quorum pour voter dans un gouvernement qui exclurait ses rivaux soutenus par l’Iran. De violents combats de rue ont éclaté pendant 24 heures entre les partisans d’al-Sadr et les forces de sécurité irakiennes le 29 août, amenant le pays au bord d’une guerre civile.

Beaucoup craignaient les protestations des partisans d’al-Sadr, un opposant politique au Cadre, avant la session de jeudi.

Mark Bryson-Richardson, ambassadeur de Grande-Bretagne en Irak, a qualifié l’attaque à la roquette de « complètement inacceptable ».

« La violence ne fait pas partie du processus politique et les institutions de l’État doivent être autorisées à fonctionner », a-t-il tweeté.

Les responsables ont parlé sous le couvert de l’anonymat car ils n’étaient pas autorisés à informer les médias.

Ce n’était pas la première fois que des attaques à la roquette visaient le bâtiment du Parlement alors que les législateurs se préparaient à assister à une session.

Le 28 septembre, trois roquettes ont visé la zone verte alors qu’une session était convoquée pour renouveler la confiance dans le président du parlement Mohammed al-Halbousi.