15/04/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

L’envoyé de l’ONU demandera une trêve plus longue et élargie dans la guerre civile au Yémen

NATIONS UNIES (AP) – L’envoyé spécial de l’ONU pour le Yémen a déclaré lundi qu’il prévoyait d’explorer la possibilité d’une trêve plus longue et élargie avec les parties belligérantes du pays dans les semaines à venir.

Hans Grundberg a déclaré qu’une prolongation pourrait être une bonne étape vers un cessez-le-feu dans la guerre civile qui dure depuis huit ans dans le pays. Il n’a pas fourni de détails sur la durée ou l’expansion qu’il recherche avant l’expiration, le 2 août, de la prolongation actuelle de la trêve de deux mois.

Grundberg a déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU que le renouvellement de la trêve donnerait le temps et l’opportunité d’entamer des discussions sérieuses sur l’économie et la sécurité du Yémen et de commencer à traiter les questions prioritaires telles que les revenus et le paiement des salaires.

« Je demande aux parties de s’engager avec moi sur ces questions avec un sentiment d’urgence et de flexibilité », a-t-il déclaré.

Le cessez-le-feu entre le gouvernement internationalement reconnu du Yémen et les rebelles houthis soutenus par l’Iran est initialement entré en vigueur le 2 avril et a été prolongé le 2 juin. six ans de conflit dans la nation la plus pauvre du monde arabe.

« À ce jour, la trêve dure depuis plus de trois mois », a déclaré Grundberg.

Les pertes civiles ont été réduites des deux tiers, par rapport aux trois mois précédant le début de la trêve, a-t-il déclaré. Et depuis le renouvellement de la trêve le 2 juin, sept navires pétroliers transportant près de 200 000 tonnes de divers produits pétroliers ont été autorisés à entrer dans le principal port yéménite de Hodeïda.

Depuis le début de la trêve, 15 vols commerciaux aller-retour ont transporté près de 7 000 passagers entre la capitale du Yémen, Sanaa, et la capitale jordanienne, Amman, a ajouté Grundberg. Il a indiqué que des discussions étaient en cours avec les autorités égyptiennes concernant des vols réguliers vers le Caire.

Dans le cadre de la trêve, les parties se sont engagées à se rencontrer pour s’entendre sur l’ouverture de routes, y compris la levée du blocus terrestre imposé par les Houthis à Taiz, la troisième plus grande ville du Yémen. Grundberg a déclaré que les Houthis avaient rejeté la dernière proposition de l’ONU sur une ouverture progressive, mais que ses efforts pour trouver une solution se poursuivraient.

« Un accord sur l’ouverture de routes à Taiz et dans d’autres gouvernorats serait capital et ses avantages se répercuteraient sur tout le Yémen », a-t-il déclaré.

L’envoyé de l’ONU s’est dit préoccupé par « la rhétorique d’escalade inquiétante des parties qui remettent en question les avantages de la trêve » ces dernières semaines.

Il a qualifié cela de « démarche dangereuse », a exhorté les parties à mettre fin à une telle rhétorique et a averti que l’alternative à la trêve « est un retour aux hostilités et probablement une phase d’intensification du conflit avec toutes ses conséquences prévisibles pour les civils yéménites et la sécurité régionale ». .”

Grundberg a déclaré que l’ONU continue de recevoir des rapports des deux côtés sur des incidents présumés, notamment des tirs directs et indirects, des attaques de drones, des survols de reconnaissance et de nouvelles fortifications.

« Les parties auraient également envoyé des renforts sur les principales lignes de front, notamment à Marib, Hodeida et Taiz », a-t-il déclaré.

Les combats au Yémen ont éclaté en 2014, lorsque les Houthis sont descendus de leur enclave du nord et ont pris le contrôle de la capitale, forçant le gouvernement à s’exiler en Arabie saoudite. Une coalition dirigée par l’Arabie saoudite est entrée en guerre au début de 2015 pour tenter de rétablir le gouvernement au pouvoir.

Le conflit, qui a finalement dégénéré en une guerre par procuration entre l’Arabie saoudite et l’Iran, a tué plus de 150 000 personnes, dont plus de 14 500 civils, et a créé l’une des pires crises humanitaires au monde, poussant des millions de Yéménites au bord de la famine.

Joyce Msuya, secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires, a déclaré au conseil que le rial yéménite continue de baisser et que « de nombreuses autres familles ont à nouveau faim ».

Mais elle a déclaré que le Programme alimentaire mondial des Nations unies avait été contraint de réduire les rations de millions de personnes il y a plusieurs semaines, car l’appel de l’ONU de 4,27 milliards de dollars pour l’aide humanitaire au Yémen cette année a reçu un peu plus de 1,1 milliard de dollars.

En outre, a déclaré Msuya, un système de vérification et d’inspection des Nations Unies créé en 2016 pour faciliter les importations commerciales vitales au Yémen manque également d’argent et fermera en septembre à moins qu’il n’obtienne 3,5 millions de dollars pour couvrir les opérations des derniers mois de l’année.