15/04/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Pauvreté et inflation : l’économie égyptienne frappée par la tourmente mondiale

Caire

DUBAÏ, Émirats arabes unis (AP) – Les magasins vendent des vêtements d’hiver de la saison dernière au milieu de l’été. Les ateliers de réparation manquent de pièces de rechange pour les appareils. Il y a une liste d’attente pour acheter une nouvelle voiture.

L’Égypte, un pays de plus de 103 millions d’habitants, est à court de devises étrangères nécessaires pour acheter des produits essentiels comme les céréales et le carburant. Pour garder les dollars américains dans le pays, le gouvernement a resserré les importations, ce qui signifie moins de voitures neuves et de robes d’été.

Pour près du tiers des Égyptiens vivant dans la pauvreté, et les millions d’autres dans de mauvaises conditions, les difficultés économiques du pays signifient que la vie est beaucoup plus difficile que les achats hors saison – ils ont plus de mal à mettre de la nourriture sur la table . Une décennie après que des manifestations meurtrières et des bouleversements politiques ont secoué la nation la plus peuplée du Moyen-Orient, l’économie est toujours chancelante et a pris de nouveaux coups.

Fatima, femme de ménage de 32 ans au Caire, raconte que sa famille a cessé d’acheter de la viande rouge il y a cinq mois. Le poulet est aussi devenu un luxe. Elle emprunte à des proches pour joindre les deux bouts.

Elle s’inquiète de l’impact des prix élevés sur le tissu social égyptien. Demandant à n’être identifiée que par son prénom par crainte de représailles, elle craint que la délinquance et les vols augmentent « parce que les gens n’auront pas assez d’argent pour se nourrir ».

Pendant des décennies, la plupart des Égyptiens ont dépendu du gouvernement pour maintenir les biens de base abordables, mais ce contrat social est sous pression en raison de l’impact de la guerre de la Russie en Ukraine. L’Égypte a demandé des prêts pour payer les importations de céréales pour le pain subventionné par l’État. Il est également aux prises avec la flambée des prix à la consommation alors que la valeur de la devise baisse. La menace d’insécurité alimentaire chez le plus grand importateur mondial de blé, dont 80 % provient de la région déchirée par la guerre de la mer Noire , a suscité des inquiétudes .

« En ce qui concerne, par exemple, du pain en échange de la liberté, ce contrat a été violé il y a longtemps », a déclaré Timothy Kaldas, expert économique à l’Institut Tahrir pour la politique au Moyen-Orient.

L’inflation annuelle a grimpé à 15,3 % en août, contre un peu plus de 6 % au même mois l’an dernier. La livre égyptienne a récemment atteint un niveau record face à unrenforcement du dollar américain, vendant à 19,5 livres à 1 $. Cela a creusé les déficits commerciaux et budgétaires, les réserves de change nécessaires pour acheter des céréales et du carburant ayant chuté de près de 10 % en mars, peu de temps après.L’invasion russe a fait grimper les prix des matières premièreset les investisseurs ont retiré des milliards de dollars de l’Égypte.

L’Egypte a peu d’options pour faire face au trou dans ses finances. Comme pour les crises précédentes, il s’est tourné vers les alliés arabes du Golfe et le Fonds monétaire international pour un plan de sauvetage.

Un nouveau prêt du FMI soutiendrait les réserves de change en baisse de l’Égypte, qui sont tombées à 33 milliards de dollars contre 41 milliards de dollars en février. Un nouveau prêt, cependant, s’ajoutera à la dette extérieure gonflée de l’Égypte, qui est passée de 37 milliards de dollars en 2010 – avant les soulèvements du printemps arabe – à 158 milliards de dollars en mars, selon les chiffres de la banque centrale égyptienne.

Les dirigeants attribuent les défis à la pandémie de coronavirus, qui a nui à l’industrie vitale du tourisme, etchocs de prix provoqués par la guerre en Ukraine. Ils ont également blâmé les révolutionnaires et ceux qui ont peut-être soutenu les Frères musulmans.

« Pourquoi ne voulez-vous pas payer le coût de ce que vous avez fait en 2011 et 2013 ? », a déclaré le président Abdel Fattah el-Sissi lors d’une allocution télévisée ce mois-ci. « Ce que vous avez fait n’a-t-il pas eu un impact négatif sur l’économie ? »

Il faisait référence aux manifestations qui ont renversé le président égyptien de longue date, inauguré une présidence controversée des Frères musulmans et entraîné une prise de pouvoir soutenue par les populistes par l’armée et l’ascension d’el-Sissi à la présidence.

L’ancien général militaire a déclaré que les retombées de ces années avaient coûté 450 milliards de dollars à l’Égypte – un prix, a-t-il dit, que tout le monde doit supporter.

«Nous résolvons le problème ensemble. Je le dis à tous les Égyptiens (…) nous allons régler cette affaire ensemble et en payer le prix ensemble », a-t-il déclaré.

Les critiques, cependant, soutiennent que le gouvernement a gaspillé des chances de faire de vraies réformes et dépense trop pour des mégaprojets superflus alors qu’il construit une nouvelle capitale administrative. Le gouvernement a présenté le boom de la construction comme un créateur d’emplois et un moteur économique.

L’emprise de l’État sur l’économie et le « rôle démesuré des entreprises liées à l’armée » ont historiquement évincé les investisseurs étrangers et le secteur privé, a déclaré Hasnain Malik, qui dirige la recherche sur les actions chez Tellimer, une société d’analyse des investissements sur les marchés émergents. Les projets du gouvernement de vendre des participations minoritaires dans certaines entreprises publiques « ne résolvent pas nécessairement ce problème », a-t-il déclaré.

L’élite égyptienne peut supporter la hausse des coûts, vivant confortablement dans des appartements avec vue sur le Nil et des communautés fermées au-delà de l’agitation du Caire. La vie des Égyptiens de la classe moyenne se détériore, a déclaré Maha, une employée d’une entreprise de technologie de 38 ans et mère de deux enfants qui a demandé à n’être identifiée que par son prénom pour parler librement.

« Je pense que nous finirons par descendre l’échelle sociale et finir sous le seuil de pauvreté », a-t-elle déclaré.

Le gouvernement a contracté cet été un prêt de 500 millions de dollars auprès de la Banque mondiale et de 221 millions de dollars auprès de la Banque africaine de développement pour aider à acheter du blé. Cela couvre environ six semaines d’un programme de subvention du pain soutenant 70 millions d’Égyptiens à faible revenu.

La Chine a aidé avec un échange de devises de 2,8 milliards de dollars. L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Qatar sont intervenus avec des promesses de 22 milliards de dollars de dépôts et d’investissements à court terme.

« Avoir ce qu’ils définissent comme la stabilité en Égypte est dans leur intérêt stratégique. Ils ne veulent vraiment pas vivre une répétition de 2011 et de ses conséquences », a déclaré David Butter, membre associé du groupe de réflexion sur les affaires internationales Chatham House. Les États arabes du Golfe font également des investissements stratégiques en Égypte à court et à long terme, a-t-il déclaré.

Le gouvernement a annoncé un programme de protection sociale « extraordinaire » à déployer ce mois-ci, ciblant 9 millions de familles avec des transferts en espèces étendus et des coupons alimentaires. Cela s’ajoute à d’autres programmes d’assistance, y compris des stands éphémères vendant des aliments de base subventionnés. Les responsables expliquent comment ils ont géré la pénurie d’approvisionnement provoquée par la pandémie et la guerre en Ukraine, affirmant qu’il y a suffisamment de blé et d’autres produits alimentaires de base pour six mois.

Pour certains, partir a promis plus d’espoir. Selon l’organigramme de l’Organisation internationale pour les migrations, les Égyptiens se classent derrière les Afghans en tête des « arrivées irrégulières » en Europe jusqu’à présent cette année. La plupart arrivent par la mer.

Alors que la pression monte sur la livre égyptienne, le gouvernement pourrait à nouveau dévaluer la monnaie.

« Ça va faire mal. Cela va augmenter l’inflation », a déclaré Kaldas, l’expert économique de l’Institut Tahrir. « Les subventions pour le pain ne sont qu’un poste dans le budget d’une famille. Donc, pour beaucoup de familles, cela va encore être très douloureux.